Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Social-fiction | Accueil | Drôle de bilan »

15 novembre 2007

Commentaires

Anthony- Daryl

Première centrale syndicale française selon la dernière enquête de la DARES (Dominique Andolfatto et Dominique Labbé). Il ressort que la CFDT n'aurait que 450 000 adhérents (contre 800 000 officiellement) et la CGT 525 000 (contre 710 000).

Cette ligne de fracture sera très présente lors du prochain congrès de la CGT... Quid entre Maryse Dumas et JC Le Duigou?

flamant rose

Je pense que dans cette affaire les 2 partis ont bien joué, le pouvoir et Bernard Thibault. Ce dernier a effectivement compris qu’il ne sortirait pas vainqueur d’un bras de fer ce qui l’a amené à ouvrir une brèche dans laquelle Xavier Bertrand s'est engouffré.

Thibault doit aussi avoir en mémoire les évènements de 1995 dont il est à l’origine puisque à l’époque il était le patron de la fédération des cheminots CGT. C’est à la fin de ce conflit que s’est produite le scission de la CFDT et la création de sud. Thibault n’est pas hostile à une réforme mais le problème est qu’avoir avoir dit et redit qu’il ne céderait pas sur ce qui est le socle de la réforme il semble prêt à faire des concessions. La base de la CGT risque de ne pas comprendre sa nouvelle position et les départs pour sud ne sont pas improbables.

Dans cette affaire Il faut également avoir à l’esprit 2 éléments. En 2008 il va y avoir les élections prud’homales. C’est en fonction des résultats de chaque organisation syndicale que seront déterminés les critères de représentativité. Par ailleurs à la SNCF sud est la deuxième organisation syndicale derrière la CGT. Les prises de position de Bernard Thibault si elles n’inverseront probablement pas l’ordre peuvent amener à un sacré bond en avant de sud. Pour les avoir « travaillé » de 1996 à 2004 fin de ma carrière je pense qu’il n‘y a rien à tirer de sud. Pour cette organisation syndicale négocier c’est soit supprimer la réforme, soit la vider de son contenu., elle n’accepte aucune autre solution. L’esprit sud c’est : si on est quelques uns à décréter la grève tout le monde doit suivre sinon gare. Les hommes et les femmes qui en sont membres n’ont peur de rien et surtout pas d’un conflit long et impopulaire. Si un jour ils sont majoritaires à la SNCF je souhaite bien du plaisir à sa direction et aux usagers

Je souhaite donc que Bernard Thibault et le gouvernement sortent de ce conflit par le haut. Je me suis battu des années durant contre la CGT, mais honnêtement cela n’a rien à voir avec sud.

Erick

J' entendais ce matin un commentateur confirmer que B. Thibault est grand consommateur de sondages et a ainsi révélation (s' il ne l' avait déjà !) du goufre qui sépare aujourd' hui les syndicats de l' opinion. Ce n' est pas l' absence des partis de gauche ou la nullité de ses commentaires quand elle l' ouvre (cf les "déclarations" de F. Hollande) qui va l' aider à persister dans une position dure.
Sans parler de la concurrence avec les syndicats dits réformistes, CFDT en tête, alors que sont en vue les élections consulaires, le débat sur la représentativité des syndicats et sur leur financement.
Il y a sans doute encore bien du chemin à faire mais il semble que soit arrivé ce que beaucoup attendaient du traitement des régimes spéciaux : au-delà des postures, l' occasion d' entrer dans un syndicalisme de dialogue et de proposition. Du chemin à faire parcequ' aller trop vite c' est courir le risque pour Thibault de faire partir un flot d' adhérents chez les extrémistes genre SUD.
Il ne reste plus qu' au MEDEF à faire preuve de la même adresse que les deux principaux syndicats et le gouvernement.

Erick

FR,

J' aurais mieux fait de ne pas me précipiter dans mes commentaires. Cela m' aurait évité d' avoir l' air de répéter ce que vous dites et de sortir une grosse couennerie en parlant d' élections consulaires !

matéo

Au risque de passer pour un empêcheur de se réjouir en rond, je pense que ceux (la quasi unanimité)qui ont confiance dans un cycle court de la grève et s'émerveille de l'ouverture de Bernard THIBAUT vont un peu vite.

Certes, l'acceptation par la CGT de négocier entreprise par entreprise est une "novation" ou en tous cas une initiative plus que significative. On redira que la CGT, effectivement grosse consommatrice de sondage, sait ce que cette fois-ci l'opinion publique sera difficile à retourner, celle-ci étant très majoritairement hostile à la grève et au refus des grandes centrales d'entrer dans le cycle de la négociation.

Mais dans l'émission "C dans l'air" d'hier soir, où était présent Jean Luc Le Duigou, on distinguait fort bien que la dite négociation n'est peut-être pas près d'avoir lieu, en tous cas au sens où tout le monde entend ce terme.

Repoussé dans ses retranchements par un Jacques Marseille en grande forme, lui demandant de dire "aux français" s'il était d'accord sur le point essentiel d'une durée de cotisation égale aux autres régimes pour les bénéficiaires des régimes spéciaux, JLD (le "très en pointe") répondait que la CGT avait été de tout temps pour "l'égalité des retraites" mais qu'ils (les cégétistes) étaient totalement opposés à l'idée que la durée de cotisation était déterminante de ce point de vue. "Ce n'est pas le bon critère" disait-il.

Autrement dit, que le gouvernement ait fait de cette durée équivalente entre les régimes, un des deux points clés de la réforme des régimes spéciaux, et plus généralement que tous les pays d'Europe ayant réformé ou commencé de réformer leurs système de retraite ait joué au premier chef sur ce même facteur, en allongeant les durées de cotisation, n'est pas selon la CGT le bon critère, elle refusera d'ailleurs que ce soit le point central de la réforme.

L'attitude de la CGT n'est donc toujours pas celle d'un syndicat qui joue son rôle de contrepouvoir ou de négociateur. L'attitude reste celle de ceux qui veulent être "à la place de", en l'occurrence du gouvernement, pour décider des facteurs qui doivent être pris en compte, et de ceux qui ne le doivent pas, comme la fameuse durée de cotisation.

A partir de là, la "novation" que constitue la position de la CGT consistant à "accepter" de s'asseoir à la table de négociation entreprise par entreprise, perd totalement de sa superbe. La CGT a obtenu que les négociations entreprise par entreprise soit tri partite, c'est-à-dire que l'état y soit présent, ce n'est pas rien. La négociation va donc très rapidement consisté pour la CGT à refuser de prendre le problème par le prisme de la durée de cotisation, pour faire passer ses critères, et son approche. Dans ses critères la CGT va chercher à basculer vers le budget de l'état les compensations et les rééquilibrages demandés aux bénéficiaires des régimes spéciaux, les tutelles étant au tour de la table. C'est assez malin. En toute logique l'état ne pourra pas accepter ce qui reviendrait à ne pas faire tout simplement la réforme en question. La CGT pourra relancer à tout moment pendant le processus de négociation les appels à la grève. Plus qu'un mouvement continu montant en puissance, difficile à gérer avec une opinion publique défavorable, elle jouera la carte du pourrissement, en brandissant son pouvoir de nuisance. Une partie de l'opinion publique sera alors prête à penser que la CGT ayant fait des concessions, c'est l'état qui n'assure pas la paix dans le transport par une attitude rigide et inflexible.

Pour s'en convaincre, il faut quand même savoir qu'à ce jour, le gouvernement et les centrales syndicales doivent se mettre d'accord, comme par hasard, sur le cadre de la négociation. Et cette mise en forme du protocole, c'est-à-dire "de quoi va t-on parler, et comment allons-nous en parler/ quels sont les sujets qu'on peut/qu'on ne peut pas évoquer, par définition avant toute entame de la discussion, n'est pas la moindre affaire. La CGT veut faire entrer là, dans le champ de la négociation sur les régimes spéciaux, sa vision, et des critères beaucoup plus larges que la "simple" réforme des retraites, pour prendre en considération des sujets ou des questions sans aucun rapport avec le sujet, mais alimentant leur argumentaire pour refuser sous une forme ou sous une autre toute revisite des régimes spéciaux.


L'échec à partir de là est patent, et les dirigeants de la CGT auront ainsi faits la démonstration à leurs troupes qu'ils sont bien meilleurs garants de l'orthodoxie syndicale que SUD, toute chose bonne à prendre en perspective des prudhommales.


La porte de sortie ? Cela consistera alors pour le gouvernement à faire ce qu'il fait depuis qu'il est aux affaires : rogner sur les points essentiels de la réforme, renoncer à son efficacité, en la dénaturant.(compensation par le budget de l'état, subventions, perfusions, différés, statuts intermédiaires).

Pariez que jamais la CGT ne donnera son accord à une durée de cotisations de 40 ans ?

Erick

Matéo,

Je laisse la parole à J-M. Aphatie dont je partage l' avis et qui l' exprime mille fois mieux que moi. J' ai malheureusement mal pu entendre ce passage de C dans l' air; il m' a surtout semblé que Le Duigou faisait des efforts désespérés pour ne pas avoir à répondre "oui" à Marseille.

"Abandonner l'idée d'une négociation nationale au profit de discussions dans les entreprises ne paraît pas casser quatre pattes à un canard. Pourtant, ce changement d'échelle change tout. Jusqu'ici, Bernard Thibault et la CGT voulait tout discuter, tout mettre sur la table, et tenter, dans une vaste négociation, d'attraper le maximum. En acceptant de descendre au niveau des entreprises, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, accepte de fait de mettre hors de la négociation certaines données fondamentales. François Fillon l'a clairement dit, hier, devant les députés. Le fait d'accepter de discuter avec Mme Idrac, présidente de la SNCF, en lieu et place du gouvernement, veut dire que l'allongement de durée des cotisations, l'indexation des pensions sur les prix et non plus sur les salaires, le principe d'une décote, tout cela n'est plus discutable, et tout cela sera donc contenu dans le décret gouvernemental qui exprimera, avant la fin de l'année, le contenu de la réforme des régimes spéciaux de retraite. En revanche, les organisations syndicales pourront discuter des augmentations de salaires, des aménagements de fin de carrière, de l'intégration des primes dans le calcul des pensions, avec les directions des entreprises concernées. Tout ceci, qui est explicite dans les raisonnements gouvernementaux, est demeuré implicite dans la démarche de Bernard Thibault. Depuis mardi après-midi, celui ci n'a plus parlé. Il n'a pas dit cette chose simple: j'accepte de tenir pour acquise la durée d'allongements des années de cotisation. Il ne l'a pas dit parce qu'il sait que la base de la SNCF, les cheminots, tiennent cette position pour une capitulation. Il ne l'a pas dit parce qu'il sait qu'au sein même de la direction CGT, tout le monde n'est pas d'accord avec lui."

brunopo

@ matéo
Analyse très interessante.
Mais la CGT n'est pas seule,la CFDT et la fgaac (etc)semblent moins enclintes a de telles dispositions .
Ne risque t'elle pas alors de se retrouver isolée (la CGT)?
Qu'en pensez vous?

Plus generalement la position actuelle de la CGT me fait penser a celle du PS.
Debordée par une parti de la base par sa gauche ,avec ,de surcroit un probleme d'elections prudhommales très importantes.
On a l'impression que la direction de la CGT hésite entre une attitude de recherche de consensus pour ne pas paraitre trop intransigeante et conflictuelle avec le gouvernement (avec qui elle a de nombreux chantiers de discussions en cours ou à venir)et un besoin de ne pas paraitre se jeter dans les bras du gouvernement pour ainsi garder toute ses chances pour les élections (si importantes) à venir.

Candide

On n'insiste pas assez sur l’inutilité de ces mouvements initiés par des états major aux abois.

Problématique pour les leaders syndicaux :

Comment survivre - se faire ré élire - quand on est « patron » d’une centrale syndicale et qu’on s’est fait élire sur le programme : « Avec moi on ne touchera pas à vos retraites ! »

Unique solution : mettre ses troupes dans la rue. Puis reconnaître, tout confit : « On s’est battu comme des lions, mais on a du céder… »

La lassitude du sieur Thibalt explique son évolution : il n'est plus en recherche d'un nouveau mandat. Il connaît le rapport de force très défavorable aux gréviste. Il sait l'inutilité d'un mouvement qui ne peut se solder que par une perte de revenus pour les grévistes et une grande désillusion pour des troupes que l'on aura mystifiées en laissant entendre que le bon droit était de leur coté.

Actu Politique

Le CNE vient d'être invalidé par l'OIT.

Or que voit-on aujourd'hui : les mêmes qui défendaient le CNE et le CPE sont aux prises avec ceux qui combattaient ces contrats !

Un rappel historique, une petite mise en perspective qui n'est guère exprimée...

JD3000

A "C dans l'air", Marseille et Le Duigou sont tombés d'accord sur le fait que l'age moyen du depart à la retraite des travailleurs salariés du secteur privé se situait à 57 ans et demi (financé par l'argent de l'Etat). En même temps que de s'énerver sur une réforme qui va rapporter des cacahuètes, n'eut-il pas mieux fallu engager sériously la lutte contre la mise au rencart des "séniors" dans le secteur privé ? (promesse de Sarkozy : "notre pays aidera les entreprises à donner du travail aux seniors au lieu de les encourager à s’en séparer")
D'autant que comme il disait si bien, le travail des uns allait créer le travail des autres.

http://www.senioractu.com/CDD-senior-echec-cuisant-avec-20-contrats-signes-depuis-aout-2006_a8109.html?PHPSESSID=58bf93febe042d72add1d3de34e44a5d

chut, Monsieur le Ministre réfléchit...

quand il s'agit t'attaquer les bastions syndicalistes, ils ont le gros muscle.

quand il s'agit de faire panpan-culcul aux entreprises, petit zizi !

Belgo3.0

Eric Dupin,

auriez-vous l'amabilité de préciser ce que vous entendez par "maturité d'une centrale syndicale" ???

Est-ce que ça signifie "conformité des objectifs de la centrale syndicale aux objectifs de l'économie libérale dominante" ?

Soyez logique je vous prie : si c'est "oui", alors c'est que nous sommes dans un systeme fasciste...

le Belge

Karedig

La position de Thibaud est fragile. Après son revers sur le TCE, il tente un deuxième coup...
Mais lorsque l'on regarde l'histoire de l'évolution de la CFDT depuis 1979 (le recentrage au congrès de Brest) jusqu'à son dernier congrès de Grenoble et les péripéties (création de SUD par son aile gauche, départs importants après l'épisode Fillon)on voit que le prix à payer est elevé.

La CGT n'est qu'au début d'un tournant qui n'est pas acquis. La prudence publique de Le Duigou lors de l'émission "C dans l'air" en témoigne. Le bras de fer contenu entre la confédération et sa fédération de cheminots sera révélateur.

Effectivement en ligne de mire les prud'homales de décembre 2008 : l'érosion continue du score CGT sera-t-elle stoppée ?

manapru

qu'espérer d'une base des cheminots le poing levé et qui chante l'internationale ...c'est retour vers le passé !!
Partant du principe '' je nuis donc je suis'' qui semble être le mot d'ordre de Sud et consort ,je suis beaucoup moins optimiste que vous sur la briéveté de ce mouvement !

Karl Marx

Quid du bras de fer confédération/fédération des cheminots au sein de la CGT?
En 95, Thibault, alors patron des cheminots, a gagné ses galons de futur chef de la CGT en étant ferme. Oui, mais en 95, les cheminots avaient gagné la bataille des grèves face au gouvernement. L'avenir de Thibault est-il lié à celui du gouvernement? Ce serait étrange et assez contradictoire, mais peut-être.
Ou alors les cheminots allemands et italiens, qui semblent s'engager sur les rails des cheminots français en espérant capitaliser les luttes plus avancées de leurs homologues gaulois, vont-ils "sauver" le mouvement français en lui donnant une dimension européenne?
Quelle que soit l'issue de ce conflit, j'ai l'impression qu'il s'agit d'un évènement très important et peut-être historique, non?

Erick

Candide,

" Il sait l'inutilité d'un mouvement qui ne peut se solder que par une perte de revenus pour les grévistes ..."

Vous avez peut-être entendu comme moi ce matin à la radio un gréviste SNCF dire qu' il avait économisé pour tenir le temps de la grève.
Ou bien, en fait, le syndicat soutient financièrement les grévistes (ça se faisait à une époque) et on se demande bien d' où vient l' argent. Soit le personnel SNCF est finalement grassement payé et les grévistes sont encore plus mal venus de se comparer défavorablement au privé.

Une question incidente : si les syndicats donnent le l' argent aux grévistes, peut-on reprocher à l' IUMM de faire la même chose pour ses ahérents ?

Ozenfant

Vous avez dit "Syndicats" ?

Je ne savais pas qu'il y avait encore de gentils naïfs à penser que "çà" existait en France !

J'ai travaillé debout jusqu'à 66 ans (devant mes fourneaux), et j'aurais bien travaillé 4 ans de plus, si je n'avais pas eu peur de ne pas trouver un autre acheteur par la suite.

Si on ne peut conduire un engin sur rails après 55 ans, alors ils faut sucrer les permis de conduire voiture à tous les CONS de plus de 55 ans.
Et puis, ma retraite de gérant de restaurant est de 450 euros par mois (retraite des cadres incluse), alors moi, les 1700 euros de retraite..... c'est quand vous voulez !!!!

Quand j'ai entendu 1700 euros de retraite... j'ai cru que mon sonotone était en rade, je l'ai balancé contre le mur et j'ai demandé à ma femme:
"j'hallucine, ou ces blaireaux vont vraiment toucher 1700 euros de retraite ?"

Ma femme à retiré son dentier (qui était collé au chewing-gum) et m'a dit si! si!
pépé, Non seulement ces cons là sont en grève mais en partant 10 piges avant nous à la retraite, ils vont toucher un poil plus que nous deux réunis !

Al

Ozenfant, l'argent d'un retraité vient de l'argent qui a été prélevé sur son salaire brut. Il ne fait que récupérer un argent qu'on lui a pris pour payer la retraite de ses prédécesseurs. Rien de choquant à ça : c'est un truc tout bête qui s'appelle la solidarité.

Alors, si votre retraite est si faible, c'est peut-être parce que vous avez peu cotisé ?

PS Est-ce utile, même si vous êtes en colère, d'utiliser des gros mots sur un blogue comme celui de Monsieur Dupin ?

Al

Erick écrit :
"Ou bien, en fait, le syndicat soutient financièrement les grévistes"

- Oui, ce soutien s'appelle la solidarité.

"et on se demande bien d'où vient l' argent. "

- D'un truc qui s'appelle "cotisations". Etonnant, hein ?

"Soit le personnel SNCF est finalement grassement payé"

- Si c'est le cas, qu'attendez-vous pour rejoindre la SNCF : travailler moins pour gagner plus, tout le monde en rêve, non ?

"si les syndicats donnent de l'argent aux grévistes, peut-on reprocher à l'IUMM de faire la même chose pour ses ahérents ?"

- Evidemment non, on leur reproche seulement de corrompre des syndicalistes (par parenthèse, à voir le résultat, qu'est-ce qu'ils sont bêtes ces patrons ;-)


Michel

Al dixit,

"l'argent d'un retraité vient de l'argent qui a été prélevé sur son salaire brut. Il ne fait que récupérer un argent qu'on lui a pris pour payer la retraite de ses prédécesseurs."

Sauf que si vous faites le calcul, avec l'augmentation de l'espérance de vie, et les départs en retraite à 50 ou 55 ans, le retraité reçoit 2 voire 4 fois plus qu'il n'a versé durant sa vie.

Et se sont ses enfants qui payent la différence.

Le retraité a lutté, le politique a cédé, et ce sont les actifs et les futurs actifs qui payeront.

Al

Effectivement, le retraité actuel a le mauvais goût de mourir de moins en moins vite.

Ah, où est l'heureux temps des avis d'obsèques annonçant la mort de Monsieur Dupont, 61 ans, retraité des Chantiers Truc ! D’ici à qu’on nous dise que ces promesses étaient faites en sachant qu’on n’aurait pas besoin de les tenir…

Il est évident que des efforts doivent être faits. Allongement de la durée de cotisation ? Bien sûr, à condition de ne pas avoir été viré par votre patron parce que vous êtes trop vieux. A condition de ne pas être totalement usé par les conditions de plus en plus dures dans de plus en plus d'entreprises : voir les statistiques de suicides liés au travail.

Et n'oubliez pas que ces retraites viennent d'un contrat, d'une promesse initiale. Monsieur, souscrivez un emprunt sur 37 ans, attendez que votre banque vous annonce qu'elle change la règle du jeu, que vous paierez deux ans, trois ans de plus. Vous viendrez nous dire si ça vous est égal.

Et quand ces efforts sont demandés par des gens qui étalent plus que jamais leur richesse, qui ont commencé par des cadeaux aux plus riches sans même un effet bénéfique sur l'économie globale du pays, ça coince, non ?

brunopo

"L'argent d'un retraité vient de l'argent qui a été prelevé sur son salaire brut"=>Al
Al.
Vous venez de quel planete?
D'ou tirez vous une telle affirmation?
Les retraites des regimes spéciaux sont payées par l'entreprise ( une miniscule part par le salarié) ,entreprise qui s'appelle la SNCF,qui,je le rappelle est deficitaire donc c'est l'etat qui paie donc nous en somme...
De plus si la retraite est si faible dans le privé ce n'est pas parce que les travailleurs du privé cotisent moins, bien au contraire !!!
A quand un grenelle contre la desinformation?:))))

Michel

"Et n'oubliez pas que ces retraites viennent d'un contrat, d'une promesse initiale."

Eh oui! Quand une entreprise fait une promesse inconsidérée et se plante sur un contrat, elle se met en faillite, et le bénéficiaire de la promesse et du contrat pert tout.

L'état ne peut pas se mettre en faillite. Le politique engage les générations future qui n'ont pas été consultées. Si l'état se plante sur le contrat, il est donc légitime qu'il puisse renégotier et modifier le contrat.

Et ce sont aux électeurs d'aujourd'hui de dire s'il faut ou non modifier les choses.

Bastien

Il est gentil Al :
60 milliards d'euros détournés du fond des retraites de 1991 à 2002 pour payer les dettes de l'Etat vis à vis de l'AGIRC et de l'ARRCO.
76 milliards d'euros transférés à la CNAV pour financer les engagements retraite d'EDF et GDF avec seulement 9 milliards de compensation,
900 millions d'euros raflés par la CNAV pour financer les subventions versées aux régimes publics...
Milliards escroqués sur les cotisations du privé que les retraités ne verront plus jamais...

Erick

Sur ce blog , il me semble, et sur d' autres il a été question de l' argent des syndicats. Al n' était pas là pour nous expliquer d' où venait cet argent, les cotisations (malgré l' opacité des comptes) de l' avis général, n' en représentant qu' un tiers.

Al

Al : 62 ans, frais retraité de la fonction publique (pas taper, les mecs ;-)

Dernier salaire net : 2282 euros
Total de mes cotisations, retirées de mon brut :
951 euros.

Je vais toucher environ 1820 euros par mois (et attention, je ne me plains pas) après avoir cotisé pendant 39 ans.

Ça m'étonnerait, malgré que j'en aie envie, que je vive 39 ans.

Un seul regret : ne pas avoir fait député, vu les jolies fleurs qu'ils viennent de se faire en matière de retraite.

Michel

Al

Vous confondez vos cotisations retraite et vos cotisations tout court.

Faisons donc le calcul. Prenez votre dernier bulletin de salaire d'actif.

Vous avez cotisé une pension civile suivi d'un taux (pour moi c'est 7.85 %) et une retraite additionnelle fonction publique (pour moi c'est 5%).

Puisque je n'ai pas vos chiffres, je considèrerais que vous avez cotisé comme moi à 7.85+5= 12.85%.

Jeune retraité, vous vivrez bien 20 ans, et bien 30 si vous étiez une femme. En cotisant 39 ans à 12.85% on acquiers 5 années de salaire plein. Vous touchez 79% de votre dernier salaire, et vos cotisations couvrent donc 5/0.79 =6.33 ans de retraite.

En vivant 20 ans vous percevrez donc, à la louche, 3.16 fois ce que vous avez versé. Ces sont bien, sûr vos enfant et les miens qui paierons.

bégé

Je me souviens de 68 où Séguy, secrétaire général de la CGT de l'époque, venu présenter le résultat des négociations avec le pouvoir aux ouvriers de Renault, a été fermemement invité à retourner discuter.
Thibaut veut sans doute éviter cette humiliation. Le pouvoir veut également lui épargner. Parce qu'alors avec qui négocier: une base incontrôlable ?
Sarkozy n'a pas non plus intérêt à laisser son électorat le plus radical exiger la peau des syndicats. Trop risqué.

bégé

Je me souviens de 68 où Séguy, secrétaire général de la CGT de l'époque, venu présenter le résultat des négociations avec le pouvoir aux ouvriers de Renault, a été fermemement invité à retourner discuter.
Thibaut veut sans doute éviter cette humiliation. Le pouvoir veut également lui épargner. Parce qu'alors avec qui négocier: une base incontrôlable ?
Sarkozy n'a pas non plus intérêt à laisser son électorat le plus radical exiger la peau des syndicats. Trop risqué.

Al

Michel, je suis bien content d'apprendre que je suis un privilégié.

Mes enfants paieront. Oui, et en ce qui concerne les miens (deux), de bon coeur. Cela relève d'une notion ringarde qui s'appelle la solidarité inter-générationelle et le respect dû à celui qui s'est sacrifié pour vous, avec amour.

J'occupe une petite maison. Elle est à vendre. Je ne peux pas l'acheter car je n'en ai pas les moyens, que le fait d'avoir eu mes enfants à charge très longtemps (études longues, marché du travail fermé aux jeunes) m'a empêché de faire la moindre économie valable.

Eh bien mon fils veut l'acheter (en s'endettant bien sûr) pour m'assurer une vieillesse sereine.

Une preuve d'amour comme celle-là, je vous en souhaite.

brisée

Au risque de faire de la polémique ,avec une retraite à 1820 euros vous pourriez l'acheter vous-memes!
De surcroit j'ose ajouter que votre retraite est supérieure au salaire médian de l'ensemble des francais.
Et que le mien dailleurs.
Vous etes content d'apprendre que vous etes un privilégié?
Oui je le confimre vous en etes un...

michel

Al vous n'êtes pas privilégié. En cessant d'être actif prématurément, vous devenez à charge de la collectivité et donc de vos enfants. En travaillant plus longtemps, vous seriez auto-suffisant. Le fruit du travail de vos enfants pourrait être alors consacré uniquement à fonder un foyer, et à élever vos petits enfants.

Comme vous je suis un privilégié, mais j'ai 3 enfants et 2 beaux enfants (+ 3 petits enfants). Et même en étant trés privilégié, je ne pourrai pas les aider tous. Je préfère donc avoir un peu moins, travailler un peu plus longtemps pour qu'ils aient plus, et que j'aie moins besoin de les aider.

Mais rien ne vous empèche de reprendre une petite activité mi-temps. Vous cumulerez retraite et demi-salaire, et vous pourrez même aider un peu vos enfants. Et ne croyez pas qu'en travaillant à nouveau vous volerez le travail de vos enfants. La collectivité récupèrera 50% du fruit de votre futur travail, pour le redistribuer. Elle pourra alors réduire les charges sur le travail, ce qui créera plus d'emploi que le poste mi-temps que vous occuperez.

JD3000

est-ce Al qui serait "trop haut" par rapport au salaire médian, ou bien le salaire médian qui serait "trop bas" par rapport à Al.
Ce gouvernement gagne-petit a pour ambition de bien gérer... le déclin social. Il organise la descente, sauf pour quelques-uns, au profit de quelques uns, les vrais privilégiés, dont ne fait assurément pas partie Al.
(Un exemple http://www.rue89.com/2007/11/07/joli-bouclier-fiscal-pour-les-sportifs-de-haut-niveau, un lien que j'avais déja placé. Eux doivent rester en France avec pour mission de distraire le bon peuple)

les vrais privilégiés ne sont pas salariés à la SNCF, RATP, EDF...etc

les vrais privilégiés ne sont pas génés par les grèves non plus

on nous amuse avec ça
tous les soirs à la télé
Et on gobe. Et on gobe.

A lire Brisée, on voit que la stratégie de nous monter les uns contre les autres fonctionne à merveille.

JD3000

A lire Brisée, on voit que la stratégie de nous monter les uns contre les autres fonctionne à merveille.(bis)

Hi Hi Hi !

http://www.betapolitique.fr/Un-Troll-surpris-au-ministere-de-l-02021.html

Yann

Tout à fait Mr Dupin, je suis vraiment surpris en bien par les syndicats, le président ne rêve que d'une chose c'est d'affrontements lui permettant de bomber le torse devant les caméras et de ne rien faire de concret dans les faits, pour le coup je tire mon chapeau à ceux qui déjouent les tactiques éculées de sarkozy.

Gatien

Ce qui me plaît dans cette histoire, c'est d'entendre l'électorat de droite parler de "prise d'otage", ou du fait que les cheminots "empêchent les gens d'aller travailler".

Les deux affirmations sont fausses si on les prend au pied de la lettre (les cheminots n'obligent personne à rester coincé dans une gare ni ne bloquent les routes pour empêcher les gens de se déplacer); elles n'ont un sens que si l'on part du principe que le transport est un droit qui doit être garanti pour tous.

En somme, la droite se livre à un vibrant plaidoyer pour le principe même du "service public". C'est beau! :)

manapru

@ AL :

c'est d'autant plus bête que la casi totalité de nos beaux députés émane de la sphère publique ..!!
donc pour faire bref : un retraite sympathique ( calculée sur le s6 derniers mois de salaire...généralement pas à la baisse !! contre les 25 meilleures annees dans le privé); des cotisations ''al dente'' pour nos amis fonctionnaires qui vont faire un détour en politique c'est tout bénéf : aucun risque, si ils ont battus , ils retournent pantoufler gentiment dans leur corps d'origine et pendant leur députation c'est le jackpot au niveau retraite !!

Comprenez donc cher Al que les povres bourricots du secteur privé commencent à en avoir ras l'assiette à fondue !!

Yann

Bouuuh je suis censuré sans raison valable Mr Dupin, dites à votre administrateur de ne pas faire de sélection idéologique des messages.

Yann

Ah non désolé, mes excuses à l'admin c'est sans doute mon ordi qui est défaillant, encore pardon.

manapru

@ gatien :
à moins d'être un recordman du marathon, quand vous habitez en banlieue et que le train /rer/metro est le seul moyen de locomotion que vous avez pour aller bosser; alors oui on peut affirmer que les cheminots vous empêche d'aller bosser et cela ressemble bien à un eprise d(otage !!
J'oubliais : ce n'est en rien une défense du service public; moi des trains gérés par le privé avec un founissseur qui considérerait ses clients comme des clients et non comme de simples usagers que l'on peut malmener sans crainte puisqu'on est en situation de monopole; çà m'irait trés bien !!

Ozenfant

@Al; vous avez dit:
"Ozenfant, l'argent d'un retraité vient de l'argent qui a été prélevé sur son salaire brut. Il ne fait que récupérer un argent qu'on lui a pris pour payer la retraite de ses prédécesseurs. Rien de choquant à ça : c'est un truc tout bête qui s'appelle la solidarité."
Non ! Sans blagues ! Vous en savez des choses !

"Alors, si votre retraite est si faible, c'est peut-être parce que vous avez peu cotisé ?"
Non ! Sans blagues ! Il y a des gens qui gagnent plus que d’autres et des fonctionnaires en plus ?

"PS Est-ce utile, même si vous êtes en colère, d'utiliser des gros mots sur un blogue comme celui de Monsieur Dupin ?"
Je vous fait toutes mes excuses d’avoir utilisé une grossièreté aussi rare et inconnue à la télé que le mot c.., Je ne le ferais plus !!!

En tant que socialiste NON Bobo, je vous offre, rien que pour vous un papier de l'excellllllent Monsieur Gilles GRIPARI:
L'optimisme béat des journaleux s'effrite car la base marxiste ne veut pas retourner au travail. C'était prévu.
La SNCF a mis, un dispositif d'information remarquable au point. il est vrai que notre longue tradition de prises d'otages massives et d'entrave à la liberté de circuler (autrement appelées "grèves") y sont pour quelques chose. De plus, sur mes lignes, je dispose de trains le matin et le soir, et rien entre les deux, ce qui est suffisant, et dans l'esprit des intentions du Sarko.
Idem pour le métro parisien où, en revanche c'est l'enfer.
Les Français comment à s'agacer de plus en plus et l'UMP contre attaque discrètement. A la sortie de ma gare ce soir, distribution de tracts anti-grèves. Je vous le joins en attaché.
La suite: http://gillesgripari.neufblog.com/le_blog_de_gilles_gripari/

Michel

Gatien,

Toute affirmation prise au pied de la lettre et bien sûr fausse. Donc inutile d'ergoter sur les mots. Inutile également d'employer le mot droite comme une arme ou une insulte. Se dire de gauche ne donne aucun privilège, ni du coeur, ni du droit, ni de la morale. Et dire que celui qui ne pense pas comme vous est de droite n'est pas un argument audible ici.

Et puis où est la droite, où est la gauche ? Et le parti socialiste a beaucoup menti à ses électeurs, du fait de son surmoi gauchiste.

http://ericdupin.blogs.com/murmures/2005/12/surmoi_gauchist.html#comments

DKS au FMI, Pascal Lami à l'OCDE, JC Trichet (qui fut directeur de cabinet de Bérégovoy) à la BCE sont ils de gauche ? Et Attali, Kouchner, Allègre (qui pilote ou inspire la réforme des universités) ?

Antoine

Al

Brisée, je suis allé à la banque faire une étude : 1000 euros par mois. On peut sans doute vivre avec 800 euros par mois. En ne dépensant que le minimum alimentaire acheté à Lidl, en baissant son chaufage, en lavant la vaisselle à l'eau froide, oui : c'est ce que je fais.

Et nulle part je n’ai écrit que je me plaignais. Vous gagnez moins que moi, mais avez-vous mon âge ?

Ça vous va, Brisée, ou je continue et je vous envoie faire la chasse aux vrais privilégiés ? Ma voiture a quinze ans et j’achète les nouilles Top Budget en paquet de 1kg. Je continue ?

« Al vous n'êtes pas privilégié. En cessant d'être actif prématurément, vous devenez à charge de la collectivité et donc de vos enfants ».

- J’ai aussi libéré une place de façon telle que le même travail est fait par quelqu’un nettement moins payé.

- "Prématurément", 62 ans ? Alors, c’est quoi le bon âge, pour vous ? 65 ? 70 ? 75 ?

« En travaillant plus longtemps, vous seriez auto-suffisant.

- J’ai cru que je pourrais travailler encore deux ou trois ans. Mais je n’en pouvais plus et je devenais mauvais, cela dans une activité en contact avec des personnes. Mal agir avec une machine n’est pas grave, avec des humains, si. Vous ne savez pas encore qu’il vient un temps où les années passent plus vite. Quand vous y serez aussi, on en reparlera, si vous le voulez bien.

« Comme vous je suis un privilégié, mais j'ai 3 enfants et 2 beaux enfants (+ 3 petits enfants). Et même en étant trés privilégié, je ne pourrai pas les aider tous ».

- Je n’ai rien demandé à mon fils, la proposition vient de lui, et que tout sera fait pour que mon loyer corresponde à son emprunt, donc opération blanche. N’oubliez pas que cette maison sera son héritage.

« Mais rien ne vous empêche de reprendre une petite activité mi-temps ».

- C’est en cours de réalisation, pour un petit gain. Pour une seule raison : je n’ai pas le choix. J’avais rêvé de pouvoir développer mon activité de bénévole (vous savez, ce truc où on agit pour les autres sans gagner d'argent) dans des associations liées à la précarité inventée par vos amis poliiques, et enfin de voyager un peu ça et là en France chez des amis ou dans ma famille, ve,nir voir ma fille en région parisienne. C’est repoussé sine die, et ça me met dans une rage folle. Le ferai-je en chaise roulante ou en déambulateur, si j'y arrive, j’hésite.

Faire travailler jusqu’à la mort, c’est le rêve des négriers pour qui vous tous avez voté. Puissiez-vous en crever vous aussi, avec comme dernière image, ces croque-morts penchés sur vos cadavre de cocus.

michel

"62 ans" vous êtes trés au delà de la moyenne.

"J’ai cru que je pourrais travailler encore deux ou trois ans. Mais je n’en pouvais plus et je devenais mauvais,"

Ce que vous dites est juste. Travailler plus longtemps, oui, mais en réduisant le rythme de son activité et en adaptant la nature de son activité à ses capacités. D'où l'intérêt de pouvoir cumuler (oh le vilain mot) retraite et mi-temps. Autoriser ce cumul est l'une des mesures les plus utiles.

"Faire travailler jusqu’à la mort, c’est le rêve des négriers". Il n'y a pas de négrier. 50% des richesses créées sont redistribuées. Il y a des riches et des trés riches, mais ils sont si peu nombreux que la masse leurs richesses compte à peine.

Le retraité a un revenu moyen supérieur à celui des actifs. Là est l'anomalie. Je parle du revenu, et non du patrimoine. A propos des retraites, nous sommes passé d'une "logique de solidarité envers les faibles à une logique de congés payés".

Pour palier au problème posé par l'alongement de la durée de vie, il n'y a que 3 possibilités: diminuer les prestations, augmenter les cotisations et retarder l'age de cessation d'activité, ce qui permet d'augmenter la masse des cotisations (un peu: 2.5% par an) et de diminuer (de beaucoup: 5% par an) la masse des prestations versées. Agir sur le troisième paramètre est sans doute le plus indolore à condition d'organiser la reduction progressive de l'activité.

Al

"Il y a des riches et des trés riches, mais ils sont si peu nombreux que la masse leurs richesses compte à peine."

Lisez donc l'excellent article de Laurent Neumann dans Marianne p 8. En gros : d'accord pour les sacrifices, mais pour tout le monde. Et il poursuit avec la liste des négriers qui continuent de s'engraisser. Vous pourrez voir si la masse de leurs richesses compte peu.

Je suis allé négocier un report de ma taxe d'habitation (accordé sans frais)
J'ai lu attentivement cette feuille, pour trouver ceci :

- Toute somme non acquittée à la date-limite (...) sera augmentée de 10%.

et dans la colonne à gauche, en gras :

- Lorsque votre impôt est supérieur à 50 000 euros, le non-respect de l'obligation de paiement (...) majoration de 0.02%

Pas 2%, pas 0.2%, non, 0.02% !

Rendu là, malgré ce que j'ai conseillé à ce pauvre Ozenfant, à qui je répondrai le jour où il me parlera sur un autre ton, je vais devenir grossier, très.

matéo

"Faire travailler jusqu’à la mort, c’est le rêve des négriers pour qui vous tous avez voté."

Al, voilà un commentaire bien redoutable et nombriliste à souhait. Il faut bien vous dire que Sarkozy ou Royal, l'allongement des durées de cotisation est bel et bien l'instrument principal de financement de notre système de retraite par répartition mis à mal par la pyramide des âges et l'augmentation forte de l'espérance de vie dans les 15 dernières années.

Il est d'ailleurs surprenant de constater qu'il reste de nombreuses personnes, dont vous, qui visiblement ne mesure pas les conséquences de l'inversion de la proportion entre actifs et inactifs.

La plupart de nos voisins, depuis une bonne décennie dans certains cas, plus récemment pour d'autres ont réformé le financement de leur système de retraite. Tous ont utilisé la variable de la durée de cotisations pour au mieux financer le système, au pire pour le financer en partie. C'est une réponse de n'importe quel pouvoir politique à une tendance lourde de nos pays européens, où la population vieillit. Vous y voyer le signe du malin, autrefois dénoncé par le gros mot "capitalisme" remanié depuis près de 10 ans pour des raisons marketing en "libéralisme", alors qu'il n'y a pas 36 façons de prendre en compte une inversion aussi massive (à terme) des gens au travail et des gens en retraite.

Que ce soit Sarkozy ou Royal, il faut bien se dire dans le cas de la France, que nous n'échapperons pas non plus d'ici 10 ans à l'introduction de la retraite par capitalisation. Ceux qui vous diront qu'on peut l'éviter (pour attrapper votre bulletin de vote) vous mentiront effrontément.

Ce qui est énervant, c'est votre petite phrase laissant à penser qu'il y aurait une fouletitude de leviers, et que c'est par idéologie que l'on veut faire travailler les gens plus longtemps, par malignité ou par misanthropie de surcroît. Cette volonté de faire mordre la pousssière à la population serait, à vous lire entre les lignes, quasi consubstantielle à la droite.

Difficile d'aborder le sujet et le débat avec de tels schémas de pensée rangeant dans des boîtes bien ordonnées les éléments du réel.

La différence entre les français dont vous êtes qui attribuent aux "ennemis du peuple" l'allongement de la durée de cotisation et la plupart des autres peuples en Europe, où il y a eu des débats, pas aussi surréalistes, c'est qu'une grosse majorité a compris là-bas qu'on ne pouvait pas faire autrement. Il est vrai que le poids de l'idéologie communiste y est moins lourd, et que personne ne fait d'une économie collectiviste et égalitariste un projet "possible" d'alternative au système économique dans lequel nous évoluons.

Al

On l’aura compris, je n’ai pas le moral. Heureusement que j’ai pu sourire quand je suis allé ce matin acheter un millionnaire : j’ai pu voir la manchette de l’Express qui nous parle… du passé turbulent de Fillon ! Fillon et sa tête d’employé des PFG ! Fillon et sa tête de chien battu par son maître ! On m’apprendrait que Mère Térésa a commencé comme pute à Bombay que je ne serais pas plus étonné…

Al

Matéo s’abaisse à me dire : "Difficile d'aborder le sujet et le débat avec de tels schémas de pensée rangeant dans des boîtes bien ordonnées les éléments du réel".

Je vous lis assez pour savoir que votre principale activité sur ce blog est de prouver aux pauvres posteurs qui ont le front de ne pas penser comme vous (et qui ne vous ont rien demandé) qu'ils sont bêtes.

Et accessoirement, de leur faire dire ce qu’ils en disent pas, de leurs prêter des pensées qu’ils n’ont pas. Trouvez une seule ligne de mes textes où je m’oppose à l’allongement des temps de travail.

Donc, comme je suis bête, comme je ne peux pas comprendre ce que vous dites, laissez-moi dans mon nombril, et restez dans le vôtre. Surtout qu'il est plus confortable.

Connard. Oui, je sais, c’est mal, Ozenfant va ricaner, mais ça soulage. Et en parlant comme ça je vous rend votre mépris, capital et intérêt. Nombriliste, moi ? Vous en faites du bénévolat associatif, vous ? Vous voulez mon adresse, pour que je vous envoie ma liste et vous la vôtre ?

JD3000

voila, voila : un clown arrive à point qui va tous nous détendre.
Vas-y, Arnaud !

http://olivierbonnet.canalblog.com/
archives/2007/11/17/6916175.html#comments

(fortement déconseillé à nos amis sarkozistes)

Baillergeau

Qu'attend le PS pour soutenir à fond Thibault et l'aider dans la mutation de la CGT ?
Sans un autre syndicalisme plus en phase avec l'économie qui vient, le PS ne peut pas avancer dans la transformation du pouvoir dans les entreprises nationales et multinationales;
j'ose esperer que le PS à venir n'aura pas un autre avis !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité