Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Bleu et rose | Accueil | Scrutin de confirmation »

04 juin 2007

Commentaires

Erick

"On peut imaginer qu’un grand parti social-démocrate noue des alliances à la fois avec des écologistes enfin responsables et avec des centristes enfin autonomes. Le PS serait, à l’inverse, bien mal inspiré d’aider à la constitution, sur son flanc droit, d’un parti de centre-gauche qui réduirait singulièrement son propre espace électoral."

Dur, dur. Encore faut-il que le psd soit "grand". Or, si le PS arrive a faire sa rénovation sur une sorte de compromis, combien va-t-il en laisser en chemin sur sa droite (d' ou une aide non désirée aux centristes) et sur sa gauche ?
Des écolos responsables et des centristes autonomes, d' accord; mais en nombre important et représentatif ? Il va y avoir du travail.

Alice

Les lacunes de DSK c'est surtout d'avoir toujours eu la direction du PS contre lui. Hollande s'est entouré d'ultra-fidèles, qui certes se sont reportés sur Royal pendant la primaire, mais qui ont tout fait pour restreindre au maximum le champ d'action de Strauss-Kahn. Tout en lui piquant parfois maladroitement son positionnement social-démocrate, quoiqu'ils en disent.

Et puis DSK a visiblement peiné à faire émerger autour de lui une génération de jeunes loups (comme Peillon ou Valls). Impossible de citer un seul quadra de son entourage (et il en est de talentueux) qui soit au Conseil National.

Martin P.

Bref, la gauche est dans la merde avec une perspective bouchée à horizon de 10 ans puisque la france est devenue une pseudo démocratie.

on se demande même pourquoi on vote aux législatives. A l'étranger on se fout presque de notre gueule: cette histoire de "président au dessus des partis" est une blague, et on va devoir voter 4 fois pour exactement le même résultat, avec effet d'amplification à chaque fois.

Dès lors que dans notre pays il s'agit de choisir le chef bien avant de s'occuper du parlement, la solution cynique mais efficace pour la gauche serait de déclencher un combat des chefs dont le meilleur sortirait vainqueur.

La difficulté c'est aussi qu'on se fout un peu de savoir qui va perdre contre sarkozy en 2012. le seul intérêt c'est de savoir si celui qui perdra en 2012 sera suffisament jeune pour gagner en 2017.

bernard

>"La tâche sera difficile si l’on songe que la gauche est aujourd’hui profondément divisée sur la plupart de questions (libéralisme, immigration, Europe, mondialisation). L’incapacité commune de la gauche anti-libérale et de la gauche social-libérale à proposer une doctrine convaincante offre néanmoins quelque chance à un processus de clarification inévitablement long et laborieux."

C'est clair! La gauche doit quitter l'idéologique pour s'attaquer au concret. Elle doit d'abord faire un état des lieux pour tirer un bilan des modèles scandinaves et anglais. Et à partir de ces bilans bâtir un projet politique pour la France.

Le plus difficile est de "clarifier" effectivement. Par exemple clarifier ce que cache les faibles taux de chômage des modèles nordiques et anglo-saxon.

Les évolutions démographiques à venir vont modifier nos sociétés de fond en comble, le vieillissement de la population va poser de sérieux défis et le PS devra s'atteler à faire des propositions qui tiennent compte de ces évolutions-là plutôt que nous ressasser des idées éculées appartenant désormais au passé. La gauche doit se tourner vers l'avenir.

tefy

Il est vrai que la question de la doctrine n'est tjs pas réglée, le PS n'a toujours su devenir un véritable parti social-démoc moderne

Mais cela demandera un profond travail d'auto-critique que le PS semble ne pas vouloir faire...
selon Royal "qq chose s'est levé" pdt cette campagne, elle parle d'une "belle camapgne", les militants l'ont applaudie aux cris de "merci Ségolène"

ça serait oublier la fuite d'une partie des électeurs PS vers Bayrou..
Que depuis 93, la droite est au permanence au pouvoir et que la gauche ne l'a été que 7 ans et chaque fois sous cohabitation..
Depuis 78, aucune majorité n'a été reconduite et compte tenu de l'impopularité de celle-ci, il faut se poser des questions sur l'état du PS...
Malgré les mouvements sociaux contre la réforme des retraites et contre le CPE, les émeutes en banlieues, la défaite aux régionales... les français ont élu le n°2 du Gouvernement...

Malgré cela, les socialos continuent à se regarder le nombril... il fallait voir le grand sourire de Royal au soir du 6 mai...


De plus le rapport gauche/droite en 2002 au premier tour était de 1 voix de gauche ou d'extrême gauche pour 1,33 voix pour les autres candidats

En 2007, ce rapport était de 1,75...

Calcul certes artificiel mais devrait inciter le PS a plus de modestie étant donné l'évolution du rapport de forces...

Le PS ce n'est plus le parti de la rose, c'est la parti du narcisse...

Bachelay alexis

Je partage souvent les analyses et les pistes de réflexions de mr Dupin. Je mettrais juste un bémol sur l'état du PS à la base. S'il est vrai que jusqu'en 2005 le PS ressemblait à "un parti épuisé et dévitalisé", cette situation a profondemment évolué en quelques mois avec l'afflux de nouveaux adhérents. Dans sa sociologie tout d'abord, puisque le PS s'est rajeunie, diversifié et ouvert à de nouvelles catégories socio-professionnelles.
Dans sa pratique ensuite, où, jeunesse aidant, nous avons rénoué avec un ancrage de terrain qui faisait souvent défaut.

POur le reste, je suis d'accord pour dire qu'il faut un triple réflexion sur le leadership,les alliances et la doctrine.

Reconnaissons que, malgré son échec, Ségolène Royal a accéléré certaines mutations nécessaires. A suivre...
http://www.renover92.canalblog.com/

matéo

Même si cette option est le pire scénario pour tout militant ou sympathisant du PS, la scission aurait à moyen terme un effet salvateur.

Je ne suis pas sûr que le PS consomme les divergences de vue et d'appréciation fondamentales qui le taraudent depuis des lustres, et il a bien tort. On peut tabler sur de bonnes et sévères branlées après les élections législatives, mais je crains qu'une fois de plus l'unité soit de mise, et que la revisite de la doctrine passe à la trappe.

Si la doctrine, effectivement "la question des questions", était sérieusement creusée, il apparaîtra clairement qu'on ne peut rester unis quand on diverge à ce point sur des sujets aussi fondamentaux que l'appréciation du systéme économique, le principe de l'économie de marché, et des sous-questions aussi déterminantes que la liberté d'entreprendre ou le principe de la propriété privée, et pourquoi pas le droit des contrats.

Ce qui paraît limpide à l'homme de la rue, à savoir les radicaux aux discours anti-patronaux, et à l'anticapitalisme patenté avec les Besancenot et consorts, les modérés avec les démocrates (canal historique et nouveau parti démocrate), ne l'est absolument pas pour l'homo socialus. Mais les choses ne sont simples que vues de l'extérieur. La volonté de rester unis a de beaux jours devant elle dans la mesure où elle est (sûrement) garante d'un retour (rapide) au pouvoir, en tous cas plus qu'une scission, qui aggraverait encore plus l'émiettement de la gauche française, facteur d'échec électoral par excellence.

Rester unis, c'est refaire une sorte de synthèse "du Mans", c'est-à-dire élaborer la liste des communs dénominateurs, autant dire une peau de chagrin, épaisse comme une tranche de jambon SNCF. Revendiquer l'unité du parti, composée de militants pouvant avoir eux mêmes des doctrines individuelles en opposition frontale, sous couvert de la diversité des courants serait pourtant improductif, en tous cas pour proposer une plateforme politique alternative à la droite actuelle, et donc à fortiori pour rallier une majorité de français.

Je ne peux que constater, au delà de la simple personne de DSK, que les orientations sociales démocrates ne prennent pas dans le PS actuel, et que majoritairement militants et sympathisants ne font pas leurs, celles de leurs grands partis frères en Europe. C'est dire si déjà la redéfinition d'une doctrine est en soi, une montagne à abattre.

La seule hypothèse du retour de la gauche au pouvoir, par l'intermédiaire d'un PS demeuré uni, mais insuffisant quant à sa doctrine, ne réside selon moi que dans les échecs, ou les demi-succès de la droite au pouvoir au terme du mandat de 5 ans. Au vu du train de vie dispendieux dont nous semblons prendre le chemin, dans une sorte d'euphorie de nature keynésienne, toujours et encore à rebours des réformes menées ailleurs, je ne vois que cela comme planche de salut pour un retour du PS, certes "unitaire" mais toujours sans base doctrinaire porteuse d'une alternative crédible et donc efficace.

Le contexte actuel de notre droite au pouvoir et de notre gauche empétrée dans ces hésitations, donne la curieuse impression de marcher à reculons.

Bref la Gaulle, celle avec deux "l", c'est clair.

tefy

"Reconnaissons que, malgré son échec, Ségolène Royal a accéléré certaines mutations nécessaires. A suivre..."

@Alexis

Lesquelles ? Se faire piquer des voix par Bayrou ? Ou permettre à la droite de rester pdt 10 ans au pouvoir ?

La prise en compte des mutations du marché de l'emploi en faisant du CDI la règle ?

Sarkozy a ringardisé le chiraquisme et fait émerger de nouvelles têtes comme Rachida dati... Qui Royal a-t-elle fait émerger ? N.Belkacem ? La seule porte-parole qu'on aquasiment jamais vu dans les grands médias ?

A suivre...

Cela dit Royal est la loin d'être la seule fautive, l'échec est collectif...

Erick

Bernard,

"Les évolutions démographiques à venir vont modifier nos sociétés de fond en comble, le vieillissement de la population va poser de sérieux défis et le PS devra s'atteler à faire des propositions qui tiennent compte de ces évolutions-là plutôt que nous ressasser des idées éculées appartenant désormais au passé. La gauche doit se tourner vers l'avenir."

Votre propos est doublement ironique. Avec mon mauvais esprit, je l' interprète ainsi :
1/ L' avenir, c' est les vieux.
2/ Le PS, avec Royal, s' est vanté du vote des jeunes en sa faveur et a accusé Sarkozy d' avoir été élu par les "vieux". Il va sacrément devoir revoir son marketing !!!
:-)) :-)) :-))

bernard

Erick

L'avenir , c'est les vieux" ! Ben oui c'est la réalité démographique. Ils vont peser lourd en terme de charges mais de l'autre côté ils vont représenter un marché important.
Royal a effectivement bénéficié du vote des jeunes (18-30ans je crois) et Sarko a fait plein carton chez les 60 ans et +. La population vieillisant les conservateurs tendance réac' ont de beaux jours devant eux et le PS ferait bien d'en tenir compte. La société de 2020 n'aura plus grand chose à voir avec celle d'aujourd'hui et encore moins avec celle d'hier. C'est pourquoi je disais que les recettes d'hier (et d'aujourd'hui) ne seront plus valides. Le PS devrait profiter de ces 5 années d'agitation sarkozienne pour peaufiner un programme digne de ce nom à la hauteur des enjeux à venir.

bernard

Erick

Quand je parle d'un prg " digne de ce nom à la hauteur des enjeux à venir" ça sous-entend d'abandonner les vieilles lunes dont le PS ne s'est pas encore totalement départies (et ce, malgré Royal qui a quand même contribué à bouger des lignes) : Face à la Chine (l'Inde etc ...) les vieux réflexes (nationalisme économique, protectionisme ...) sont voués à l'échec.
Dire cela ne veut pas dire qu'il faille verser dans un néo-libéralisme tout-crain qui laissera la majorité sur le bord de la route pour le bonheur d'une minorité..

Trésor de bienfaits

Une preuve de mon intérêt pour vos commentaires, Matéo, je m'interroge sur la chute du dernier :
"Bref la Gaulle, celle avec deux "l", c'est clair."
Bref je ne la trouve pas aussi claire que vous le dites. C'est quoi ce truc avec avec deux "l"?

Malakine

C'est bien beau d'en appeler à la refondation de la gauche. Il faudrait encore dire sur quelles bases.

Face au Sarkozysme, il n'y a que deux voies possibles : La liberté si je régime tourne à l'autoritarisme, mais les fantasmes ne se réalisent pas toujours ... Et l'égalité. Toutes les mesures du nouvel élu sont d'essence inégalitaires. Mais qui croit encore à l'égalité dans ce pays ?

matéo

@ Trésor de Bienfaits

Ne cherchez pas, c'est en fait très mauvais.

D'abord j'aurais du écrire la Gaule (en parlant de la France) et du coup ma vaine tentative de jeu de mot avec l'autre sens de gaule (longue perche !) a fait pschiit, car toutes deux n'ont qu'un seul "l".

Pan sur mon bec !

matéo

@Bernard

"malgré Royal qui a quand même contribué à bouger des lignes"

Sûrement, sûrement, mais lorsque celle-ci prononce le mot "MEDEF !!" avec haine, comme lors du débat avec NS, elle est belle et bien dans le crypto des tenants de l'aile radicale du parti. Qu'elle le vomisse est une chose, qu'elle le claironne comme une bonne palanquée de ténors de son parti, alors qu'il s'agit d'un syndicat patronal avant tout en est une autre, surtout pour quelqu'un qui se présente à la magistrature suprême. Bref une once de Rosa Luxembourg, pas franchement en voie de droitisation.

Enfin à défaut de libéralisme, les orientations libérales des réformes auxquelles vous reconnaissiez une certaine valeur chez certains de nos voisins, ne sont pas forcément contraires aux intérêts de la ..."classe ouvrière". Par contre, certaines pratiques du socialisme "à la française" (ou "à l'ancienne") peuvent nuire gravement à sa santé.

bernard

@ tous

Que pensez-vous des propositions de Patrick Ollier :

"Ollier présente 21 mesures pour moderniser l'Assemblée nationale" :
http://fr.news.yahoo.com/04062007/290/ollier-presente-21-mesures-pour-moderniser-l-assemblee-nationale.html

tefy

Deux remarques :

Il me semble que officiellement que Copé était en charge de faire des propositions du la "modernisation du travail parlementaire"

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/communiques_4/premier_ministre_recu_jean_56435.html

enfin c'est une remarque, j'ai jamais dit que Ollier était jaloux et veut couper l'herbe sous le pied à Copé...

Autre point et pour en revenir au sujet, Ollier semble réticent à confier la présidence de la Commission des finances à l'opposition... si sa réforme est adoptée, il privera le PS d'une occasion de montrer leurs compétences en gestion du budget... Est-ce un mal ? That is the question..

Gilbert Sorbier

Eric Dupin,
J'ai été tout à fait d'accord avec votre texte... jusqu'à la première partie de votre dernière phrase:

"le PS est trop à gauche dans l’opposition mais aussi trop à droite au pouvoir"

En effet, bien des gens qui ont voté Bayrou au premier tour, l'ont fait parce que les propositions électorales du PS en faveur de l'assistanat, de Mai 68 et de l'immigration leurs semblaient irréalistes dans un pays endetté... pour eux le PS était trop à gauche dans l'idéologie et non pas trop à droite. Seuls les bourgeois bohèmes tombent dans le cas d'espèce de votre phrase.
J'aurais préféré:

"le PS est trop à gauche en économie mais aussi trop à droite dans le social"

Trésor de bienfaits

@Mateo
:-)))

Trésor de bienfaits

Il n'est pas de divergences idéologiques que des hommes de bonne volonté, mus par un même idéal de progrès social, ne puissent surmonter. Le problème du PS est malheureusement d'une autre nature : les Erynies sont de sortie; la tête de Méduse, l'Hydre de l'Herne, et toutes ces saloperies mythologiques mènent grand train parmi les camarades divisés en deux camps irréconciliables.

D'un côté les illuminés de la Dame persuadés qu'ils auraient gagné si les méchants éléphants n'avaient pas fait des mines, dans le cimetière où elle les avait enclos, à force de respirer des miasmes morbides, d'entrevoir des drapeaux et d'entendre au loin des alléluia.
De l'autre les troupes traditionnelles pas trop fières des leaders qui leur avaient si bien concocté un programme pour bonnets de nuit qu'ils s'étaient faits blouser par une gourgandine à l'imagination décoiffante, capable de s'enchaînerà un pied de vigne ou à tout autre chose, un Béarnais par exemple, si la victoire était à ce prix.
Seul le sang pourrait laver la rancoeur d'un côté et l'humiliation de l'autre.

Mais ces gens ne ne veulent pas passer pour des sauvages : en tout état de cause il leur faut sublimer dare-dare. D'où l'idée d'une refondation. On ressort donc les boîtes à idées, avec plus ou moins de succès car certaines, qui ont dû être sabotées, depuis le temps qu'elles n'ont pas servi, font "meeeeuh" comme ces trucs qu'on renverse sous le nez des enfants. Enfin, si c'est ridicule c'est toujours moins obscène que de s'étriper devant les caméras du journal télévisé. Malheureusement la sainte Chabichette qui ne connaît pas le sens du mot refondation a une fois de plus décidé de remporter le combat des idées par l'extérieur (grand sujet de thèse future en neuro-sciences). On voit tout de suite la complication! C'est même là que ça devient herculéen.

Evidemment ils n'en seraient pas là s'ils avaient mené le combat ensemble et gagné l'élection. La question doctrinale ne se poserait même pas, ce qui serait sans doute regrettable en terme d'honnêteté intellectuelle - mais dans le feu de l'action qui se soucie encore de l'honnête ou du déshonnête? On en veut pour preuve l'unanimité de la droite de Sarkozy : comme si ces gens partageaient tous le même corpus idéologique, comme si les chiraquiens, les ex-UDF et les gauchistes recyclés ne faisaient qu'un seul homme...
L'occasion en ces matières fait le larron.
Hercule redevient alors un chien comme un autre, auquel on fait faire de temps en temps le tour d'un jardin à la française pour qu'il y parade.

Trésor de bienfaits

D'Accoyer : "Je suis candidat au perchoir".
Je trouve ça surréaliste : voilà au moins un oiseau qui a une ambition.

Erick

Les propositions d' Ollier feront peut-être plaisir à Gilbert qui s' épomonne à blogs que veux-tu sur les godillots :-o))

bernard

Erick

>"Les propositions d' Ollier feront peut-être plaisir à Gilbert qui s' épomonne à blogs que veux-tu sur les godillots :-o))

Ah Ah! C'est vrai que j'ai aussi pensé à lui en copiant/collant l'info ici ! ollier est en train de couper l'herbe sous les pieds de G Sorbier qui va pouvoir économiser ses poumons.

Karl Marx

"Pour simplifier, le PS est trop à gauche dans l’opposition mais aussi trop à droite au pouvoir"

C'était sans doute vrai autrefois. Malheureusement, ça n'a pas été le cas depuis 2002. Pendant ces années d'opposition, le PS n'a pas avancé d'idéologie cohérente, fût-elle de gauche. Le PS n'a pas été de gauche dans ses attaques (peu nombreuses) du gouvernement de droite, sans doute parce qu'à chaque critique, la droite pouvait lui rétorquer que le PS avait fait la même chose ou presque au pouvoir. Je pense donc que cette schizophrénie que décrit Eric Dupin a déjà atteint ses limites en 2002. Ce qui m'étonne le plus, c'est que la propagande de droite sur une gauche "marxiste", "étatiste", "dépensière" etc... ait marché dans la population, car le PS ne correspond plus depuis longtemps à ce constat.

Trésor de bienfaits

Une gauche qui a cessé d'être "marxiste", étatiste, dépensière", n'est-ce au gouvernement de Lionel Jospin que nous le devons? Le réalisme dont se réclame aujourd'hui DSK, n'est-ce pas peu ou prou du jospinisme? Et même, en remontant dans le temps, du mitterrandisme post 83 - à ceci près que Mitterrand nous joua le coup de la parenthèse, ce qui ne dupa personne, mais il parlait bien.
Histoire tragique de Jospin, tué par l'extrême-gauche en 2002, et transformé en épouvantail par ses héritiers. Il faudra lui rendre justice, dépasser le meurtre du père, pour reconstruire.
Après reste à savoir s'il y a une différence entre DSK et Fabius les deux ex du ministère de l'économie. Sans doute mais pas sur tous les plans et c'est plus compliqué que ne le croient certains à mon avis. Fabius s'est mal positionné pour 2007 en pariant sur la gauche de la gauche, choix logique pourtant après 2002. Facile de se moquer du plantage. Il a peut-être raison sur le long terme car l'extrême gauche pourrait renaître d'un positionnement trop droitier du PS à la mode DSK. Ségo fut à mon sens de la poudre aux yeux destinée à éviter la prise de conscience de cette difficulté. Comme je ne crois pas à la magie j'ai dis depuis le début que ça n'allait pas marcher. Ou alors il aurait fallu un clone de Mitterrand. Or elle en avait le culot mais ni la subtilité ni la culture.

bernard

Karl Marx :

>"une gauche "marxiste", "étatiste", "dépensière" etc... "

On dirait du Sarkozisme !

bernard

Trésor de bienfaits

Jospin c'était la gauche plurielle. Cette gauche plurielle lui a mis quantité de bâtons dans les roues.

Cela dit Jospin a eu le malheur de dire un jour "L'Etat ne peut pas tout" (c'était je crois sur les délocs de la sté Metaleurope).

Mitterrand avait déjà eu le malheur de dire "contre le chômage on a tout essayé".

Sarko a bien compris la leçon puisqu'il a dit l'inverse, électoralement plus productif : "tout est possible"!

flamant rose

Cela dit Jospin a eu le malheur de dire un jour "L'Etat ne peut pas tout" (c'était je
crois sur les délocs de la sté Metaleurope).

Non, c’était sur Michelin

Gilbert Sorbier

Monsieur Dupin,
Je sors du sujet (actualité oblige), pour parler de Manuel Valls qui vous à gratifié, hier soir chez Calvi d'un compliment appuyé sur votre appréciation des problèmes du P.S.
Vous semblez tous les deux être sur la même longueur d’onde en ce qui concerne les valeurs de travail et de sécurité qui doivent redevenir des valeurs de gauche. Vos divergences semblent se réduire à ce qu’il pense que Ségolène Royal a représenté ces valeurs avant d’être récupérée par le «non programme» du PS, et vous NON. Vous êtes toujours très discret sur votre conception du socialisme, et depuis que je vous lit, je suis toujours dans l’expectative…. Est-ce pour entretenir le mystère autour de votre auguste personne ?
J’essaie de ne pas adopter un ton comminatoire !

J'ai enfin trouvé dans mon parti, avec Manuel Valls un "client" qui pense
"efficace", qui sort des clichés de la pensée unique médiatico-politique, qui écarte les clivages consacrés et bi-colors, qui rejette l’hypocrisie de la caviar-bobocratie, qui décolle les étiquettes!
Manuel Valls en «aérant nos neurones», va-t-il permettre un rassemblement de toute la gauche de bonne volonté ?

Gilbert Sorbier

Erick et Bernard... bonjour,
Vous êtes vraiment des amours de vous préoccuper de la santé de mes poumons !

Il est vrai que la proposition d'Ollier, comme tout ce que fait Sarkozy est très habillement concocté pour -en effet- couper l'herbe sous le pied de ses opposants.

Chapeau bas !

Eric Dupin

Gilbert Sorbier,

Effectivement, j'ai certains points d'accord importants avec Manuel Valls. Je ne suis d'ailleurs pas sûr qu'il pense que Ségolène Royal pouvait vraiment incarner le renouveau du socialisme...

Quant à ma conception du socialisme, j'avais tenté d'analyser la crise de la gauche française dans mon livre "Sortir la gauche du coma" (2002). J'esquissais quelques pistes en conclusion. Mais il faudrait sans doute un nouveau bouquin pour approfondir sérieusement tout cela...

ed l'epicier

"On peut imaginer qu’un grand parti social-démocrate noue des alliances ... avec des centristes enfin autonomes"

Personnellement, j’ai l’impression que le PS est tombé dans un piège en se réformant trop tard. Le centre gauche est maintenant en partie occupé par le MoDem dont l’ambition affichée est de devenir majoritaire sans alliances. Si le PS se réforme pour devenir social–démocrate, il aura un espace politique doublement réduit : son aile gauche risque de se désolidariser, et la pression est désormais forte sur son aile droite. Je me demande si le PS n’est pas désormais contraint à poursuivre son grand écart idéologique qui le rongera à petit feu. Il a raté le coche.

« allant du centre-gauche aux post-communistes »

Je pense que c’est justement ce grand écart qui est la source de son immobilisme. La différence idéologique est trop importante (et inconciliable). Tant que le PS caressera ce rêve, il sera contraint à des contorsions qui le scléroseront. La seule option est de choisir une ligne tranchée, et de rassembler autour de celle ci. Mais n’est pas déjà trop tard ?

Qu’en pensez vous ?

Erick

Gilbert,

"Il est vrai que la proposition d'Ollier, comme tout ce que fait Sarkozy est très habillement concocté pour -en effet- couper l'herbe sous le pied de ses opposants."

J' ignore si Sarkozy avait prévenu qu' il allait couper de l' herbe mais il avait bien annoncé ce que dit Ollier. Pas de surprise.

tefy

On peut dire sur ce sujet que Sarko a su donner un corpus de valeurs à la droite (autorité, respect...) qu'il a martelé dans son discours...

Si Royal a un programme, il lui manque un "main stream", un fond pour lier tout cela... d'où l'impression de flou de son discours...

Pour parler des "cibles"... Un des "piliers" du pacte de Royal parlait de la protection sociale des "familles".. est-ce pertinent dans une société qui compte de plus en plus de célibataires, de divorcés sans parler des homos ?

quand à au concept d'égalité des possibles, elle me semble une bonne piste pour refonder la gauche plutôt qu'un vieux concept d'égalité sociale...

Mais, un point me semble fondamental : celui de l'Europe, à mon sens le projet européen doit être le pivot d'une refondation de la gauche et de son nouveau corpus idéologique, comme celui de l'indépendance de la France a été celui des gaullistes...

Pour cette refondation, nul s'en doute que les intellos auront leur place... plutôt que de partir dans la démagogie de la "démocratie participative"
(sachant qu'elle ne concerne en fait que les élites éco, soc et polt de la population... il est évident qu'on voit mal une cohorte de Rmistes faire des propositions pour refonder la gauche alors qu'ils n'ont même plus d'emprise sur leur propre vie...)
Ne vaut-il pas mieux assumer un certain élitisme et le mettre non pas au service de l'arrogance mais du renouvellement intellectuel ?
En cela quelle peut être la place des fondations comme la fondation Jean Jaurés, des clubs de pensée comme la République des idées, ou des groupes de recherches comme l'Observatoire des inégalités ?

Peut-être que le PS devrait réfléchir à ses questions au lieu de se vautrer ds le nombrilisme ou l'anti-sarkozisme primaire...

NS

Des gens de la gauche dépassée, celle dont on se demande quel Hercule arrivera un jour à vider ses écuries présidentielles et remplir son grenier d’idées applicables, gauche dépassée comme le coma du même nom, ce sont les nouveaux suicidés de Peugeot.
Qui s’ajoutent aux anciens. Qui s’ajoutent à ceux de Renault Guyancourt. Qui s’ajoutent à d’autres n’ayant pas eu la chance qu’on les médiatise.

Voilà des gens qui ont refusé les bienfaits de la mondialisation et du progrès qui va avec. Des gens qui n’ont pas accepté de « travailler plus pour gagner plus ».

Ils sont morts et c’est bien fait. Cela fait de la place pour d’autres, qui accepteront tout pour ne pas redevenir des salauds de feignasses de chômeurs : un travail plus stressant, plus précaire, moins payé, à horaires morcelés ; au besoin ils se délocaliseront, ils prendront femmes et enfants pour aller travailler en Pologne, en Roumanie, que sais-je. Ils laisseront derrière eux une maison invendable (dame, dans une région où ce sont des centaines voire des milliers d’emplois qui disparaissent d’un coup, je vous dis pas la chute de l’immobilier) mais qu’il faudra continuer de payer, les banques c’est pas les Restaus du cœur.

Et des amis. Mais à quoi ça leur sert d’avoir des amis, à eux. Les amis c’est bon quand on peut aller sur leur yacht ou au Fouquet’s, sinon, pffftt, c’est du temps perdu qu’ils pourraient consacrer à travailler plus.

Nicolas Sharkozy

(Alain Duhamel, qui est un homme compatissant, a inventé un nom pour ça : les « nouvelles fragilités ». Joli. Pas aussi beau que mon Albert Cohen que j’aime, mais presque.)

Banquise tropicale


Tout à fait d'accord sur la question du Modem: Le PS serait très mal inspiré de laisser respirer les afficionados de Bayrou. Et Hollande est bien trop "habile" (j'aurais dit malin plutôt pour le côté légèrement démoniaque de sa stratégie de .. diabolisation) pour se laisser avoir par les sirènes centristes.

C'est dommage sinon que vous n'abordiez pas plus la question du leadership. Il y a un problème clair et ni Royal, ni DSK, ni Fabius ne peuvent le résoudre: L'une car elle est bien trop individualiste, l'autre car trop impopulaire dans son parti et le dernier complètement grillé. Alors qui? Delanoë? Je crains pour le PS que 5 ans ne soient pas suffisants pour faire émerger un réel leader capable de mener le PS à la victoire.

flamant rose

A François H un lendemain d’élections

Ô rage ! ô désespoir ! ô droite ennemie !
N’as tu donc tant vécu que pour cette infamie ?
N’as tu pas participé au programme du PS
Pour devoir en un jour subir tant de détresse ?
Ton bras qu'avec irrespect tu as tant soulevé,
Envers tes adversaires pour pouvoir te moquer,
Tant de fois désiré le trône de ta maison,
Trahit donc ta querelle, et ne fait rien de raison ?
Ô cruel souvenir de ta gloire passée
OEuvre de 10 ans en un jour effacée
Nouvelle débâcle fatale à ton bonheur
Que de siéges perdus d'où tombe ton honneur
Faut-il dans l’éclat voir triompher Sarko,
Et mourir sans vengeance, ou vivre tout penaud ?
Ségolène, sois de son parti à présent secrétaire,
Ce haut rang n'admet point un homme sectaire,
Car par ton jaloux orgueil de femme blessée
Devant le parti, tu pourras te dresser.
Et toi, François malgré tes glorieuses victoires,
Oubliées pour un temps tu peux aller te faire voir.
Va, quitte désormais ce parti de cyniques
Tu n’as plus ta place dans la joute politique

Trésor de bienfaits

Flamant, Flamant! Si ça continue comme ça je vais vous faire un cours de versification. Et je suis très sévère.

Eric Dupin

Ben, moi, pauvre cuistre, j'ai trouvé les vers de FR assez plaisants !

Gilbert Sorbier

@Banquise tropicale,
Socialiste à 20 euros, je préfère encore Sarkozy et surtout Bayrou... au Maire qui à privé les banlieusards d'accès à la Capitale: l'inénarrable Delanoë.
Le PS possède des néo-cortex pas encore atteints par Alzheimer: Le bouillant Montebourg, Peillon l'intello, Boutih et surtout Manuel Valls et Hubert Védrine !

Pourquoi cette obsession à vouloir trouver la solution chez ceux qui ont déjà démontré leur insuffisance neuronale ?

Trésor de bienfaits

Plaisants oui, mais presque tous faux. Un alexandrin a douze syllabes pas une de plus pas une de moins. Mais je ne vais pas faire la prof ici!

flamant rose

Il ne m’est même pas venu à l’idée de vouloir faire des alexandrins. Je ne sais pas ce que c’est, je n’en ai pas la prétention et n’en possède probablement pas les capacités. De toutes façons je ne sais pas compter jusqu’à douze et ignore ce qu’est une syllabe. Je ne suis pas prof moi. J’ai voulu m’amuser, c’est tout. Je sais, le risque de l’humour est parfois de passer pour un inculte et je me suis dévoilé.

Erick

TDB,

Dequoi exercer votre férule ?

Alpes Maritimes
Édition du vendredi 01 juin 2007
Baccalauréat : les élèves du lycée Amiral-de-Grasse ont étudié le mauvais programme !
Imaginez : vous êtes élève en classe de terminale et vous passez votre premier oral du baccalauréat en présentant un dossier que vous avez réalisé avec votre enseignant pendant toute l’année scolaire. Au bout de dix minutes, l’examinateur vous interrompt et suspend, du même coup, les oraux. Le motif ? Le programme que vous avez étudié n’est pas le bon !
Ce scénario inimaginable s’est pourtant bel et bien déroulé, hier matin, pour une trentaine d’élèves en classe de terminale sciences et techniques de gestion (STG) du lycée Amiral-de-Grasse. Convoqués à 8 heures précises pour présenter l’épreuve de commerce devant des enseignants-examinateurs extérieurs au lycée, ces candidats au bac STG ont vu leur premier oral tourné court. « J’ai eu ma fille au téléphone. Elle était en larmes comme tous ses camarades de classe, raconte Patricia, une mère de famille. Ils ont appris par les examinateurs que le programme de commerce étudié en classe datait de l’an dernier et était donc obsolète. »
Comme est-ce possible ? A cause de la refonte totale de la filière opérée à cette rentrée. Les anciennes classes de sciences et techniques du tertiaire (STT) ont laissé leur place aux sciences techniques de gestion (STG) et à un programme de commerce entièrement repensé. Des transformations importantes qui visiblement sont passées totalement inaperçues au lycée Amiral-de-Grasse… Une matière dotée d’un coefficient 12 !
Alertés par leurs ados en pleine crise de larmes, les parents, en colère, sont montés au créneau pour alerter le rectorat de Nice. « Le scénario vécu par nos enfants est digne du théâtre de l’absurde ! s’exclame Patricia. Comme le programme étudié n’était pas le bon, les examinateurs ont décidé d’interrompre les oraux et d’octroyer à tous les candidats la même note : 8 sur 20 ! A 13 h 30, changement de consignes. Les examinateurs ont repris les oraux pour entendre des gamins qui, depuis 8 heures, attendaient dans l’angoisse et les larmes. Cela pour les noter sur leur manière de s’exprimer. Du délire ! »
Cette affaire de faux programme de commerce au baccalauréat STG, qui selon le rectorat de Nice est limité à ce seul lycée grassois, est « suivie de près par le recteur ». D’autant que cette discipline phare donne lieu à deux épreuves - l’une à l’oral, l’autre à l’écrit - dotées au total d’un coefficient 12. Hier après-midi, l’inspecteur pédagogique régional de cette spécialité était sur place pour évaluer la situation et trouver une solution. Histoire de ne pas pénaliser ces élèves qui en toute bonne foi ont étudié, pendant toute l’année, un faux programme de commerce.
Véronique Mars
Nice Matin

Trésor de bienfaits

J'ai voulu taquiner, je crains d'avoir blessé.

bernard

C'aurait pu être pire : prose à la mode SMS ...!

Gilbert Sorbier

"Gilbert Sorbier, effectivement, j'ai certains points d'accord importants avec Manuel Valls. Je ne suis d'ailleurs pas sûr qu'il pense que Ségolène Royal pouvait vraiment incarner le renouveau du socialisme... Rédigé par: Eric Dupin"

Mr Dupin,
Je n'ai pas dit, non plus qu'elle incarnait le renouveau du socialisme, seulement que les "jeunes talents du PS" auront besoin de se servir de sa popularité pour se débarrasser des pachydermes. Mais au delà des références citées dans la CONCLUSION de "sortir la gauche du coma" qui ne donne pas de piste quand à vos vues personnelles sur le socialisme... il semble bien que vous prenez un malin plaisir à nous laisser dans l’expectative !

flamant rose

De Laurent Fabius Hier soir au meeting de Créteil

"Nous pensons qu'il y a des domaines qui doivent échapper à la logique financière", a-t-il dit. "C'est vrai pour l'éducation, la culture, la santé".

Monsieur Fabius

Un peu de retenue SVP. Dans l’affaire du sang contaminé les stocks de produits non chauffés représentant une valeur de 34 millions de francs, ont été laissés en circulation par pure logique financière. L’électeur que je suis ne l’oubliera jamais.

Alors quand vous parlez de logique financière en citant la santé un peu de pudeur. Vous pouvez contester la logique financière de Sarkozy mais contrairement à la votre elle ne fera pas des centaines de morts.

Avec votre collaboratrice Georgina Dufoix vous vous êtes déclarés responsables mais pas coupables. Après avoir démontré ce qu’était votre logique financière vous avez mis à jour votre logique morale. Allez Basta fabius, du vent.

FR

Jean-Luc

Et pan sur le bec de Lolo.
Encore une fois F.R vous avez trouvé les mots justes.
La mémoire des français ne permettra jamais à Fabius de gagner quoique ce soit en politique. A part dans son propre parti et encore.

Trésor de bienfaits

-Blanchi par la Haute Cour de justice.
-A remettre dans le contexte scientifique de l'époque où les incertitudes étaient grandes.
-Mesurer la rapidité des décisions françaises par rapport à celles de nos voisins.

Comparer
- Au nuage de Tchernobyl.
-A la vache folle
- Aux produits chimiques qui augmentent le risque de cancer.
Et se demander si les politiques qui font la leçon à Fabius ont mieux appliqué que lui le principe de précaution.

alexis Bachelay

@tefy "Reconnaissons que, malgré son échec, Ségolène Royal a accéléré certaines mutations nécessaires":

Primo, l’anéantissement du PCF et des Verts, l’échec du courant antilibéral et le succès relatif de François Bayrou prouvent que la vieille stratégie d’union de la Gauche est définitivement morte. Ségolène Royal a essayé de secouer le cocotier. Trop peu , trop tard. La ligne tout à gauche de Fabius-Emmanuelli-Mélenchon ne mène nulle part. Il faut une nouvelle doctrine du NI-NI. Il ne faut courir Ni après Besançenot, ni après Bayrou. Mais refonder un projet socialiste donc réformiste en assumant les difficultés liés à l'exercice du pouvoir.

Deusio l’investiture de Ségolène Royal a fait exploser nombre de tabous de la Gauche sur nombre de sujets : institution (6ème république), sécurité (l'angélisme n'est pas une politique), environnement, Etat providence (oui à l'efficacité), Entreprise (tous les patrons ne sont pas des enfoirés), la dette (ça inquiète et pas seulement les économistes) etc...

Tercio, les socialistes doivent revendiquer haut et fort les symboles et les valeurs de la République pour que les Français les prennent à nouveau au sérieux. Les Français demeurent attachés aux promesses républicaines. Ségolène Royal a tenté de renouer le fil de cette histoire.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité