Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Résistance gauche | Accueil | UMP isolée »

17 juin 2007

Commentaires

Tefy

Une surprise il est vrai mais prenons un peu de recul et attendons les résultats définitifs... ça serait c*** que le PS se repose sur ses demi-lauriers...

Hihi

Borloo, démission ! CSA, au poteau !

(Victoire de la droite, bien sûr. Mais enfin, il y en a qui se sont vus trop beaux. Bon, pourvu que le PS ne se croie pas dispensé de faire du ménage de la cave au grenier.)

le conservateur

Le PS s'en sort, au prix de quels mensonges ! Sous mes yeux, le tract officiel d'un député PS réélu qui prétend que le gouvernement va augmenter la TVA de deux points dès cet été !
En dynamitant la thématique de la TVA sociale, le PS interdit pour plusieurs mois tout débat serein sur le financement de la protection sociale et son rapport avec la question de la compétitivité.
Belle victoire pour le PS en effet. Mais pauvre défaite pour le débat d'idées en France ...

Gilbert Sorbier

Voulez vous des députés qui condamnent une TVA sociale qui va faire augmenter tous les prix (même les oranges pour les prisonniers) défavoriser les plus pauvres (qui vont payer leurs Mercedes 5% plus chère) et servir uniquement aux méchants patrons qui ne pensent qu'à vous exploiter ?

Le génial peuple Français a tranché: continuons tout comme avant, les pauvres que vous fréquentez ne sont pas dans les statistiques, le plus gros taux d'inactifs de G8, c'est une légende........
Circulez ya rien à voir !

Seule bonnes nouvelles au sujet d'un PS désormais confirmé pour cinq ans dans sa vision post-trente-glorieuses de l'économie de salon: Sarkozy est "colère" et Juppé est battu, la morale est pour une fois respectée !

Marie-solange Frodeau

La gauche a sauvé ses meubles toute seule ou bien la droite l'y a t'elle aidée ? Il m'est venu une pensée : ces gens là connaissent leur Machiavel sur le bout des doigts. Pourquoi balancer la TVA et le SMIC entre les deux tours et laisser la gauche s'en goberger ? Pourquoi ne pas monter davantage au créneau pour défendre ces thèmes et les expliquer ? Pourquoi ne pas mettre en avant les peines planchers et le pont aérien humanitaire au Darfour ? En bref, pourquoi la droite a t'elle laissé faire ? Parce que, selon les sondages, les français craignaient un pouvoir "absolu" de la droite à l'assemblée. Alors, futée-rusée, (rappelez-vous le désistement du candidat UMP en faveur de Bayrou : excellent coup )l'UMP a décidé de prendre un risque minima : "nous allons de toute manière gagner, mais si nous abondonnons des sièges aux socialistes, ils auront l'impression d'avoir un peu gagné ; ils seront contents, nous ficheront la paix pendant un moment. Quant aux électeurs, ils seront rassurés". En tout cas, c'est ce que j'aurais fait, moi !

jr

Excellente nouvelle: Sarko va enfin se calmer.

1. Le délire 'je vais le faire parce que je l'ai dit' (sous-entendu, même si je l'ai dit un soir de biture) ve retomber. Les lois seront fixées avec un minimum de réflexion préalable (cf déductions/emprunts)

2. Pas mal de Modem ont franchi la frontière pour la première fois, et n'hésiteront plus à recommencer dans 5 ans s'il le faut. Sarko devra soigner son centre-droit et calmera donc son le délire néo-libéral.


Gerard

Tout d'abord, Sarkozy est Président et maintenant ce n'est plus la communication qui compte mais ses actions, le jogging ne suffit pas.
Ensuite, le TVA dite sociale est l'exemple type de l'erreur économique comme le décrit si bien Paul Fabra dans les Echos (http://www.lesechos.fr/info/analyses/4589536.htm), ceux qui disent que l'Allemagne a bien réussie cette réforme oublie de dire que ce qui a empêché l'inflation c'est la hausse de l'euro qui a fait baisser les prix à l'importation.
Enfin, Juppé et Borloo sont des erreurs de castings, Juppé car il était l'image du chiraquisme et de ses travers (ne pas oublier qu'il a fait baisser le loyer de son fils). Borloo car il n'a pas le niveau pour le ministère qui lui a été confié.
Je pense que la gauche, si le gouvernement remise au placard son projet absurde de TVA dite sociale (Fillon n'est pas favorable donc une chance demeure), aura fait éviter à Sarkozy une grande erreur.
Donc, il y a lieu de se réjouir du résultat.
Abandonner un projet de réforme absurde, un peu de réflexion cette idée de TVA dite sociale est l'exemple même du mauvais projet, car si j'ai voté Sarkozy c'est surtout parce que je pense il n'est pas dogmatique et peut remettre à leur place les apprentis sorciers économistes de salon qui si le projet échoue seront les premiers à le condamner.

noop

@ Marie Solange Frodeau
et aux autres lecteurs.

Je ne résiste pas à copier ma réponse à l'article précédent d'Eric posté samedi matin....

"Eric bonjour.
Vous commencez par la TVA "sociale" en disant que la gauche l'a imposé comme thème de campagne. C'est vrai. Mais pour faire quoi ? De la démagogie.
Vous en appelez au sondage du Parisien, reconnaissez que la formulation des questions gagnerait à être connue... afin d'avoir une idée de contre et pour quoi les sondés se sont prononcés.
Pour le reste je trouve, contrairement à Ségolène Royal que les médias après avoir cédé à la Sarko-mania, comme ils avaient donné dans la Ségo-mania à la rentrée 2006, ont bien "rééquilibré" leur tendance ces derniers jours. Les médias, même les "grands" télévisuels sont de plus en plus "d'opinions" et orientent efficacement l'atmosphère générale.

Des espèces de "Kingmaker" ces médias.

Hier sur C+ à une heure de grande écoute, c'etait "sauvé le soldat Strauskahn"... à la place de sa concurente je l'aurais carrement mauvaise.
C'est à mettre en parallèle avec le reportage de 3 minutes au plus de de France 2 qui a fait grimpé aux rideaux Ségolène Royal, où la parole était donnée aux deux protagonistes... Une histoire de poutre et de paille.
La veille C+ acceuillait Rama Yade pour l'ump qui elle n'est pas candidate...
Les exemples sont nombreux, jusque dans les télévisions local où les journalistes ne cachent pas leurs penchants. TLM (Lyon) par exemple.
Dans ce contexte de "rééquilibrage" la gauche devrait sauver les meubles, et j'entend déjà les "responsables" de ce parti se féliciter de leur bonne tenue, presqu'à parler de victoire.
Rendez-vous dimanche soir.

Rédigé par: noop | le 16 juin 2007 à 10h19"

Une partie de la réponse à la situation du deuxième tour est là je crois.

Hier soir l'angle d'attaque était préparé, bien préparé. Et très énervant.

Et la gauche de répéter que la droite avait annoncé plus de 400 députés... Ah bon c'est la droite qui l'avait annoncé ??? J'ai raté ça.

Et la gauche de laisser entendre comme à son habitude que la droite ne pourra ne devra pas mener sa politique.

En gros en France c'est une politique de gauche avec un gouvernement de gauche. Et le blocage avec une opposition de gauche... constructive bien sur.

Il manque à la droite dans l'opposition, la culture de la grève et de la manifestation... toujours constructive bien sur.

J'espère que Sarkozy sera a la hauteur du défi démocratique qui est poser une fois de plus à ceux qui veulent que la France bouge.

uncentriste

Les commentaires sur l'élection s'affichent avec la même désarmante naïveté qu'il y a quelques années, quand les équipes sportives françaises perdaient régulièrement ; on avait inventé le concept de "défaite honorable", par exemple perdre par moins de 3 buts d'écart au football. Ou encore aujourd'hui, perdre par moins de 30 points d'écart en rugby contre la Nouvelle Zélande.

D'un autre côté, je ne peux m'empêcher de penser, comme Mme Frodeau, que tout le monde à droite n'est pas mécontent du résultat. Je rajouterais aussi, pas mécontent de voir Alain Juppé disparaître du paysage. Car comment expliquer sinon cette succession de chausse-trappes, depuis la déclaration initiale de F Fillon sur les ministres battus, les déclarations de Borloo sur la TVA, puis la confirmation de Fillon sur une TVA augmentée de 5 % (du jamais vu, presque invraisemblable), l'absence de tout soutien direct à Juppé, la discrétion de Sarkozy entre les deux tours.

En bref, tout se passe comme si Borloo et Fillon avaient voulu la peau de ce collègue encombrant, et l'avaient obtenu avec l'appui tacite de N Sarkozy.

Le PS aurait donc tort de crier victoire. D'abord parce que 185 députés, c'est moins du tiers de l'assemblée, et ce n'est franchement pas mirobolant. Ensuite, parce qu'en ayant asséché les verts et le PC, les socialistes n'ont plus beaucoup de réserve de voix. En obligeant le PC à aller faire ses courses à l'extérieur pour constituer un groupe parlementaire, il déstabilise encore plus un parti qui l'a toujours soutenu dans les élections. Cela se paiera un jour. Enfin, parce que le PS aurait tort de voir dans cette élection un mouvement de soutien de l'électorat. Les analyses montreront probablement qu'il s'agit plus d'un mauvais report des voix des candidats dissidents de droite et du Modem sur les candidats UMP que d'une forte mobilisation à gauche. Le taux d'abstention le montre.

Enfin, il est patent que, pendant que le PS menait une campagne agressive et dramatisée sur le ton "sauvons les meubles et stoppons la vague", la droite ne menait pas vraiment campagne. Elle continuait à gouverner et annoncer ses réformes comme si de rien n'était, Sarkozy en Pologne et en Hollande, Borloo devant les journalistes pour préparer les réformes de 2008. La franchise paie certainement, mais trop de franchise peut nuire à court terme.

Le paradoxe de ce résultat est qu'il conforte très certainement Sarkozy, et Hollande, et qu'il prive ainsi le PS de l'occasion de mener très rapidement le nettoyage auquel pourtant il est contraint. S'il n'y a pas de force interne pour contrecarrer cette tendance, le PS fera comme le PC : décliner lentement vers le néant.

droopy

Comme il est curieux que dans cette analyse manque l’élément essentiel qui a permis la remontée de la gauche : le report de voix du MODEM. Le PS peut remercier l’intelligence de ces électeurs qui ont fait vivre le pluralisme malgré l’hostilité dont ils ont été l’objet de la part des dirigeants socialistes, à l’exception notable de Royal. Bien que le MODEM soit le grand perdant de cette élection législative, de nombreux socialistes, le maire de Paris en tête, savent à quoi s’en tenir pour ce qui est du sauvetage de leurs sièges ou du renforcement de leurs positions. Rendez-vous est pris pour les scrutins à venir…

guzet

Trés bien de ne pas escamoter ce fait évident, que personne ne commente ailleurs : la mobilisation de la gauche s'est accompagnée d'un abstentionnisme de droite! Mais l'interprétation est un peu courte. Et si une partie de l'électorat de NS commencait à douter de sa volonté de "rupture" (édulcoration du projet judiciaire, concessions aux syndicats enseignants, etc)?. De toute façon, c'est un retour à la réalité : un vrai redressement ne pourra se faire par des distributions de cadeaux tous azimuts et par une recherche effreinée de popularité... On n'a pas besoin d'un Chirac, mais d'un Churhill...

le gauchiste repenti

Les résultats, pour le moins surprenants, du deuxième tour des élections législatives, présentent deux avantages et deux inconvénients.

L’avantage, c’est que la configuration de la nouvelle assemblée reflète beaucoup mieux le rapport de force politique du pays que l’éventuel tsunami pronostiqué par certains (CSA prévoyait jusqu’à 501 députés UMP dimanche dernier !). Avec un rapport en sièges de 60/40, le Palais Bourbon devrait permettre au PS de tenir son rôle, surtout, si la majorité tient ses promesses de renforcer le rôle de l’opposition (en lui confiant par exemple la présidence de l’importante commission des Finances ou en l’associant aux grandes nominations).

Deuxième avantage : le modem apparaît enfin pour ce qu’il est : une simple (et vaine) aventure personnelle au service des ambitions du seul François Bayrou. Comme toutes les grandes démocraties, la France renoue avec un bipartisme sain (même si le score, plutôt honorable, du PCF apparaît un peu étrange, 18 ans après l’effondrement du mur de Berlin…)

Mais ces résultats inattendus présentent aussi deux sérieux inconvénients. Le premier, c’est que le demi-échec de l’UMP risque d’être interprété par le Président de la République et son Premier ministre comme un avertissement et une incitation à la prudence. Suite aux cafouillages dus à la TVA sociale, l’exécutif pourrait se dire que ce rééquilibrage à gauche est un signe de l’électorat destiné à réfréner les ardeurs réformatrices de l’équipe en place. Ce serait une lourde erreur. Ce serait d’abord une erreur d’analyse : le rééquilibrage d’hier ne signifie pas la volonté de stopper les réformes, mais témoigne simplement d’une démobilisation de l’électorat UMP, certain de la victoire, et de la volonté de nombreux électeurs (du modem notamment) d’éviter une chambre introuvable. Cela ne signifie en rien que les français ont renoncé aux réformes qu’ils appelaient de leurs vœux il y a une semaine ! Retourner aux errements du Ni-Ni chiraquien serait une catastrophe pour le pays et présagerait un avenir électoral bien sombre pour le pouvoir en place.

Le deuxième risque que comportent les résultats inespérés d’hier concerne le PS. Son demi-succès pourrait être un cadeau empoisonné. De même que les (apparentes) victoires de 2004 l’avaient convaincu qu’il n’était pas nécessaire de se réformer pour remporter les futures échéances électorales nationales, le bon score d’hier pourrait avoir le même résultat (catastrophique à long terme pour le PS). Mieux : certains nous expliquent déjà que ce score honorable est du à Laurent Fabius qui a eu l’heureuse idée dimanche dernier d’attaquer Jean-Louis Borloo sur ses projets de TVA sociale. Suivant l’adage selon lequel c’est dans les vieux pots que l’on fait les bonnes soupes, ils nous laissent entendre qu’il suffit à la gauche de cibler le débat sur son terrain de prédilection (le social) pour qu’elle redevienne audible. C’est ce que disait en substance l’inénarrable Mélenchon, bien décidé à persévérer dans sa ligne « à gauche toute ».

Comme toujours, les médias n’aident pas beaucoup à y voir plus clair ce matin, puisqu’ils passent plus de temps à commenter la rupture conjugale des Thénardier du PS (comme certains au PS ont surnommé le couple Hollande/Royal) que le résultat des élections législatives. Pendant ce temps, le pays a plus que jamais besoin d’être réformé.


http://leblogdugr.typepad.fr/mon_weblog/

bernard

Fillon est sur un siège éjectable suite à la bourde invraisemblable qu'il a commise sur la TVA dite "sociale" (ou "antidéloc" en language marketing umpien) en annonçant +5%.

Cette annonce est incompréhensible à moins qu'il ne l'ait faite grisé par une victoire écrasante sure et certaine. Fillon s'est grillé , il se prendra le retour de manivelle un jour ou l'autre de la part de son cher président qui a la duent dure contre ceux qui contrecarrent ses ambitions.

La TVA sociale n'est pas forcément une mauvaise idée du moins en théorie. Tout dépend en fait des choix qui seraient fait quant aux détails de sa mise en oeuvre (baisse des ch patronales ou salariales, ou mix des 2, ciblage des produits à augmenter pour ne pas pénaliser les plus modestes, hausse limitée de ladite TVA, etc ...).

Maintenant il va falloir des trésors d'imagination et de psychologie de la part de la nouvelle équipe pour remonter la pente. Ce qui est est sur c'est que les annonces débiles du genre "la tva augmentera de +5%" (Fillon) seront à éviter pour laisser la place à une véritable concertation entre tous les acteurs concernés doublée d'une pédagogie dépourvue de tout dogmatisme transcendant les clivages droite/gauche.

Courage, Fillon!

Marc24

Perdre une cinquantainer de députés, est-ce une victoire? Heureusement que les sortants battus ont leurs indemnités pendant 5 ans! On pourrait appeler cela "limiter la casse", non? Qu'en pensez-vous M Dupin?
Maintenant, lisons la Constitution. Qui fait les lois? Le Parlement! A moins d'utiliser le 49.3 pour passer en force. Peut être est-ce cela qu'on voulu dire les Français. Nous voulons un Président qui bouge, qui se bouge, qui parle de tout, qui a des réponses sur tout mais nous voulons aussi un travail législatif sérieux, avec des tenants et des aboutissants parfaitement maîtrisés. Le Président, en agitateur d'idées et des lois mûrement réfléchies car on ne fait pas une confiance totale aux agitateurs!
D'autre part, il ne faut pas oublier que nombres d'élus sont aussi des maires. Les municipales arrivent. Certains élus de l'UMP sont passés à quelques voix près. Tout effet de passage en force leur sera compté aux municipales. Il va falloir faire attention au porte monnaie des électeurs, ces salauds de pauvres qui doivent maintenant se lever tôt pour payer le bouclier fiscal de quelques riches!
Sarkozy, maintenant, il va falloir être sérieux! Va falloir réfléchir avant de parler. Le numéro de comique est peut être fini...
Quant à la gauche, laissez-la faire son travail. Elle a toujours su se remettre en cause. Elle sait laisser du temps au temps. C'est bien de s'en inquiéter, cela paraît sympathique mais elle se fout des donneurs de leçons. Qu'ils soient de droite (hein Juppé!) ou de gauche (hein Jospin!)

Ri-Zette

Michel BARNIER a la stature pour être à la tête du ministère de l'environnement.

Il est excellent à l'international, et intime avec Albert GORE qui milite pour l'écologie, avec son superbe film.

On y gagnerait même au change...

ducal

Je suis très satisfait de ce résultat pour la gauche. J'adore cette équipe qui se réjoui de ses défaites depuis des années. Avec ce résultat glorieux on va garder les mêmes leaders, super !! , sego en tête qui n'en fera qu'à sa tête, un Fabius qui se régénére à l'identique, François, jack et les autres. SVP remettez nous un petit coup de AUBRY et GUIGOU et comme ça on sera tranquille pour 10 ans...
Refaites nous le scénario de la démagogie/mensonge permanent, et surtout une bonne critique du travail des autres sans bien sûr avancer le moindre argument et encore moins le moindre idée nouvelle.
Merci d'avance.

flamant rose

Hier soir j’ai cru rêver, je me demandais qui avait gagné les élections législatives. Je pense réellement qu ‘une partie de la classe politique nous prend pour des demeurés.

Enfin quoi, le président de la république a obtenu une majorité absolue de prés de 60 siéges et L’UMP à elle seule a cette majorité. Par ailleurs c’est la première fois depuis prés de 30 ans (1978) qu’une majorité est reconduite. Hier soir on avait l’impression que la majorité présidentielle avait perdu et que c’est la gauche qui avait gagné.

Alors pourquoi cet état de fait. Tout simplement parce que l’on veut procéder à un bourrage de crâne. On ne compare alors pas par rapport aux résultats de 2002, l’UMP perd 42 sièges par rapport à une ancienne majorité très importante et le PS en gagne 45 par rapport à une minorité qui ne la représentait pas vraiment , mais il est loin d’avoir reconquis l’opinion, en 1997 il avait obtenu 242 sièges. En fait et volontairement et c’est là que se produit le bourrage de crâne on compare avec des sondages, des projections, en clair on compare un résultat réel par rapport à un résultat virtuel qui donnait une majorité plus importante. C’est nouveau cette comparaison réel / virtuel. Que les politique utilisent ce stratagème on peut l’admettre mais de la part de professionnels de l’analyse ça me paraît singulièrement dévaluer leurs capacités d’analyses car ce sont eux qui devraient faire ce constat.

A partir de là on peut dire, et on ne se prive pas de le faire, n’importe quoi. C’est ainsi que l’on a entendu ce genre de propos à savoir « Puisque les résultats réels sont en net recul par rapport aux résultats virtuels des sondeurs, cela signifie que les français ne veulent pas de votre politique et que par conséquent vous ne pouvez pas l ‘appliquer » Fermer le ban. C’est la nouvelle démocratie vue par la gauche.

En ce qui me concerne ces résultats me conviennent parfaitement. Le gouvernement à une large majorité, il peut donc gouverner et mettre en application les réformes du programme présidentiel. L’opposition est bien représentée (en nombre) , on devrait donc voir disparaître le terme de députés godillots et surtout cela devrait éviter une oppositions dans la rue.

Par ailleurs on ne m’enlèvera pas de l’idée que dans la semaine d'un second tour voir un gouvernement admettre son projet de TVA sociale, refuser un coup de pouce au SMIC et parler de la création d’une franchisse maladie est une maladresse. Non décidément je n’arrive pas à y croire. Je persiste à penser qu’il y avait là un risque calculé. Le gouvernement a dit qu’il le ferait, les français se sont exprimés, ont donné une majorité absolue et indiscutable donc on ne pourra pas dire qu’ils ont été trahis. Ce sera le moment venu un énorme argument en moins pour la gauche qu’aurait été l’expression de « trahison » qu’elle n’aurait pas manqué de lancer.

A mon avis et après avoir bien regardé les résultats il n’y a qu’un inconvénient, c’est que Nicolas Sarkozy veut faire des réformes institutionnelles, entre autre le traité simplifié. S’il n’utilise pas le référendum ce qui semble être son souhait il lui faut réunir le congrès ce qui exige les 3 / 5 des voix. Il semble que pour remplir ces conditions le gauche ne devait pas avoir plus de 190 sièges à l’assemblée nationale. Pour ces réformes un minimum de consensus sera donc nécessaire et c’est pas plus mal. Cela obligera la gauche à se dévoiler.

Je ne suis pas dans le secret des dieux, j’ignore si tout cela était voulu mais ces résultats me conviennent décidément très bien. Rassuré par eux ,j’attends maintenant la suite en regardant sur ma gauche. Pour elle le virtuel c’est terminé, place à la réalité, ça va pas être triste et je sens que je vais me délecter.

noop

@ Marc24
l'ensemble des contribuables français (pas les "pauvres" ils ne paient pas d'impôt...) paient pour les riches qui ont fuit une fiscalité débile...

Pour le fond du sujet (les résultats d'hier)une petite synthèse sur ma circonscription :

au 1er tour
46,38 % pour la droite
9,79 % pour le centre (udf)
42,12 % pour la gauche
1(gros)% divers ni droite ni gauche
38,48% d'abstention

au 2e tour
51,51 % pour la gauche
48,49 % pour la droite
42,12% d'abstention...

Sauf à penser que l'electorat udf (sur Lyon) vote exclusivement à gauche, il semble que le matraquage de la "vague bleue" que dis-je "le stunami", plus la polémique démagogique entretenue sur la TVA sociale ont produit l'effet escompté.
A savoir une démobilisation de l'electorat de droite et une mobilisation de l'électorat de gauche...

Et c'est en cela que je dis encore que les médias en France sont des "faiseurs de roi".

noop

@ flamant rose
Il est a noté qu'hier je n'ai pas entendu une critique ou seulement un commentaire sur les sondages du "tsunami"...


bernard

Le tsunami umpien a fait pschiit et c'est tant mieux. Les Fillon et consorts qui se voyaient déjà marteler à longueur de discours que le tsunami prévisible leur donnait la légitimité nécessaire pour faire des réformes à leur sauce vont devoir calmer leurs ardeurs et réviser leur communication guerrière et grossière (cf tva sociale annoncée à +5%).

Par rapport au 1er tour on dirait en tout cas que les électeurs soient redescendus sur terre suite au coup de la TVA sociale qui a quelque peu rompi le charme du marketing sarkozien pourtant ô combien efficace.

Les cadeaux fiscaux ne sont pas suffisants pour endormir complètement les foules.

Il y aura des 3è, 4è et 5è tours ....

Greg

Vous avez tout à fait raison en parlant de gauche d'opposition, c'est en effet le rôle que tiendra la gauche pour trés longtemps.

Hier soir on pouvait se demander qui avait remporté la majorité à l'assemblée tant les socialistes montraient leur satisfaction. Pourtant les resultats obtenues sont les pires qu'ils pouvaient esperer.
En effet dans le cas d'une défaite cuisante le PS aurait du faire sa révolution, et changer pour s'adapter au nouveaux enjeux économiques et sociaux d notre pays.
Là en revanche, personne ne sort affaiblis et la guerre qui va se declencher pour le contrôle du partie n'en sera que plus longue et plus fraticide, laissant le champ libre à la droite.
En outre le gouvernement aurait eu de grosses difficultés sans une opposition visible à l'assemblée. La menace d'une opposition radicale dans la rue était le rique d'une victoire trop large.
La TVA social est evidemment un coup stratégique pour renverser la tendance dans les urnes et se garantir une opposition traditionnelle, maitrisable et innofensive.
La victoire aurait été totale à droite sans l'éviction surprise de Juppé.
Mais sans cela ne nous y trompons pas le succès de la droite a été maitrisé en au lieu.
Les resultats d'hier permettent de garder le debat à l'assemblée en donnant l'illusion d'une opposition et permet de declencher une guerre des chefs indecise et longue dans les rangs du PS.
Ceux qui se rejouissaient des resultats de la gauche n'ont pas bien saisie la situation.

uncentriste

Flamand rose : il me semblait que le congrès, c'était AN + Sénat ? N'y a-t-il pas une majorité qualifiée lorsque l'on ajoute les deux ?

Sur le fond cependant je suis d'accord avec vous : pour le traité simplifié, un débat en congrès sera une épine dans le pied du PS car s'il prend la responsabilité de le faire échouer, alors que la position du PS a toujours été jusqu'à maintenant de faire progresser l'Europe, il se décrédibilisera.

Laurent

Bernard n'a encore rien compris : décidément N.Sarkozy est beaucoup plus fort qu'on ne le pense. L'analyse de flamant rose ou de Greg devrait vous inspirer ou au moins vous faire vous interroger...

bernard

Il y a eu la tva sociale mais il y a eu une autre info qui a fait tourner le vent : le refus du gouvernement de donner un coup d epouce au SMIC dont l'augmentation se limiterait donc à +2% !

Les électeurs ne sont pas stupides au point de ne pas rapprocher ce refus de la série de cadeaux fiscaux dont les Smicards sont exclus.

Rajoutez l'annonce de porter la TVA à 25% et l'Etat de grâce sarkozien se ramasse une pelle.

Quant au traité européen je ne suis pas sur que les Français apprécient d'être exclus de la décision (vote référendaire versus référendum comme en 2005). Si ce point avait été évoqué nonchalamment dans l'entre 2 tours l'UMP aurait peut-être ncore perdu quelques sièges supplémentaires.

flamant rose

@ Bernard

Des défaites comme celle-ci avec une majorité absolue j’en veux bien à chaque élection. Je suis preneur. Votre analyse me paraît un peu courte, vous avez fait mieux.

@ Noop

effectivement c’est ce que je sous entends. L’UMP n’ a jamais fait de triomphalisme après le premier tour. Je rappelle que Cayrol (ha celui là ) après ce premier tour a fait état de plus de 500 députés UMP. Alors ou c’est un incapable ou il a manipulé l’opinion et dire que ces gens se disent politologues ( dans google tapez Raymond Cayrol et vous verrez ou cela vous mène ). La gauche a saisi la perche tendue par les sondeurs pour parler de raz de marée bleu et elle a volontairement très sous estimé ses résultats ce qui lui a permis de prendre le thème du pluralisme en danger. Je rappelle que DSK avait fixé la barre à 120. Ce qui permet à cette gauche ainsi qu’à ses relais de relativiser une majorité pourtant absolue et de minimiser sa défaite et d’en déduire ainsi que Fillon ne doit pas mettre en œuvre les réformes prévues. Il suffit pour s’en convaincre de lire et d’écouter les commentaires « les français auraient dit non aux réformes » par 60 voix de plus que la majorité absolue, il faut oser un tel raisonnement. Cette méthode est bien connue. Je crois que tout cela n’a pas échappé à la vigilance de Jean François Coppé homme de terrain et d’analyse et qui j’en suis certain fera ce qu’il faut. Ne nous laissons pas intimider par de mauvais perdants.

@ uncentrisme

Effectivement le congrès c’est l’AN + le sénat et il faut une majorité des 3/5 pour faire passer un projet et non pas une majorité relative. Compte tenu du nombres de sénateurs et de députés élus hier et d’après mes calculs si tous les députés et sénateurs de gauche votent contre un projet ces 3/5 ne seront pas atteints. Pour qu’ils le soient il aurait fallu moins de 190 députés de gauche élus hier. Mais au moins cela présentera l’avantage d’obliger la gauche à se mouiller.

Gilbert Sorbier

ANALYSE OUVERTE et POPULAIRE: Il serait idiot de nier l'Impact de la TVA, présentée comme un impôt allant pénaliser les plus pauvres et réduire le pouvoir d'achat de tous, sur certains électeurs. Mais mon analyse est moins monolithique. D'abord, qui prouve ce sont les mêmes électeurs qui se sont abstenus au 1er et au second tour ? Tout semble au contraire montrer qu'au second tour les électeurs du Modem se sont massivement portés sur le PS. L'énorme abstention semble montrer que les seuls électeurs de l'UMP sont allés sagement voter (25%), à l'inverse les électeurs "occasionnels" de Sarkozy à la présidentielle sont restés chez eux. Enfin les éternels "oubliés" par les sondages et les analystes politiques, ces 50% d'électeurs sans étiquettes politiques bien définie on peut-être voulu TOUT SIMPLEMENT une assemblée (toujours aussi inutile, mais) moins caricaturale, malheureusement pour le PS, ce que François HOLLANDE, et son ego surboosté, prend pour une victoire personnelle, n'est certainement qu'un simple avertissement à Sarkozy !
Lequel ?

Erick

Vous avez dit "Gauche d' opposition" ?

http://fr.news.yahoo.com/18062007/5/la-cgt-met-en-garde-la-nouvelle-majorite.html

Il n' y a pas que le PS qui doit se rénover !!!

BLP

Sarko diabolique -Il n'aura echappé à personne que Fillon a titillé la gauche par ses propos virulents, la tva sociale annoncée aussi pour réveiller les socialos.
Interets pour Sarko
- Une majorité réduite donc disciplinée et pas hautaine.
- des socialistes qui perdent en chantant, donc qui ne se remettront pas en cause tout de suite.
- les tenors socialos réelus, donc pas de montée des jeunes à gauche.
- la gauche bien représentée à l'assemblée, donc face à ses responsabilités : sur le rôle de l'état, qu'est ce que la fonction publique, le déficit, ....
Sarko est suffisamment malin, pour de pas avoir commis des bavures aussi grossières. Il a simplement deux coups d'avance, comme on dit aux échecs.

flamant rose

Sarkozy va attaquer Ségoléne Royal et François Hollande pour plagiat. En effet il a été le premier a déposer le thème de la rupture.

Karl Marx

D'accord avec BLP. Je pense aussi que le fait de créer un statut véritable de l'opposition est très intelligent et va compromettre le PS avec les actions du gouvernement. Ils ne pourront ni s'opposer de manière systématique, ni collaborer. Dilemme.

Sur le statut oppositionnel du PS, le problème est que seul le PS croit que ses victoires lui valent d'être au gouvernement (cas des élections européennes et régionales), alors que ce ne sont que des envies d'opposition de la part des électeurs. Mais le PS ne joue pas ce rôle d'opposant et ne pense qu'au gouvernement. On nage en plein paradoxe.

Dilemme et paradoxe ambulant, le PS devrait se faire psychanalyser. Mme Dolto, où êtes-vous??

Al

Pas absurde l'idée de vos coups d'avance, BLP (Bruno Loger-Petit ?)

D'ici à ce que l'éviction de Juppé pour cause de ah là là, un bon ministre est un élu, pas un vil pain de galouzeau - NS et FF avaient lourdement insisté là-dessus - soit du même style "billard à trois bandes"...

flamant rose

@ Erick

J’ai lu le lien que vous citez sur la position de la CGT . Cela me rappelle un dialogue entre Jean François Revel et François Mitterrand.

Question de Jean François Revel ?
Supposons une unité de production qui ne soit pas rentable. Les travailleurs votent et décident qu’elle doit cependant continuer.

Réponse de Mitterrand :
Non, c’est le pouvoir politique qui tranchera.

Hier soir encore j’écoutais Fabius et cela m’a rappelé Guy Mollet parlant de Mitterrand « Mitterrand n’est pas devenu socialiste, il a appris à parler socialiste, nuance »

bernard

Avis de la " presse internationale" :

http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],[email protected],0.html

Karl Marx

Pourquoi tout le monde est-il aussi discret sur l'idylle de François Hollande, qui a aussi des implications politiques? Tout le monde connait l'identité de l'élue et personne n'en parle, pourquoi??

Papito

Cette semi-défaite du PS hier est très dangereuse pour l'avenir. A les entendre, point besoin d'auto-critique, de refondation, seul compte l'élection rapide d'un leader. Avec quel projet pour la France? Suspens! C'est très dommageable...(voir mon blog)

matéo

Etrange pays où les battus sont les gagnants, où le parti majoritaire de façon absolue ne doit (DONC) pas appliquer son programme, où une centrale syndicale représentant 35 % de 8 % de syndiqués (soit plus grand-chose) analyse (à partir de quoi ? Sur quels fondements ?) les « raisons » du vote d’hier et « met en garde » le gouvernement. J’ai l’impression qu’on a délocalisé la France sur la planète Mars.

Etrange pays où, quand un gouvernement annonce ce qu’il va faire, il serait sanctionné, comme si on eut préféré qu’il mentit copieusement, ce qui aurait été sûrement pire. Etrange pays où l’évocation d’un projet, la fameuse TVA sociale, non ficelé, loin d’être déterminée et verrouillée, permet de passer du conditionnel au présent de l’indicatif. Etrange pays où la pensée binaire a résumé une piste/une voie possible (encore et toujours la TVA sociale) à « mauvaise idée/caca ». Etrange pays enfin où nos socialistes à nous en font un argument de campagne sur le mode éternel des mesures qui fâchent (dès lors qu’on ne donne point, qu’on ne distribue rien, qu’on n’ajoute rien, qu’on allonge rien), là où certains de leur partis frères en usent dans leurs pays, là où l’un des leurs s’est dit « à dispo » pour en discuter les contours, DSK.

Etrange pays aussi, où déjà structurellement déficitaire, et donc en manque de recettes pour la gestion courante, est concocté un programme à 15 ou 20 milliards d’euros le tout, et comble du comble, que certains appellent cela un gouvernement «néo libéral ». Etrange pays aussi où l’on pense bien faire, certes en laissant déduire les intérêts des emprunts souscrits, mais en étendant le truc à tous les emprunts en cours, et à toutes les conditions de ressources, ce qui ne peut immanquablement éviter d’appeler cela des « cadeaux ». Etrange pays enfin où universités, recherche, école, service minimum seraient sortis d’affaires par la ponte de lois et de textes en période estivale, sans qu’aucune remise à plat des modes de fonctionnement, des structures d’organisation et aucune redéfinition des missions et des objectifs n’aient été menées.

Les gouvernements passent, l’alternance existe peu ou prou, mais les tares complètement apolitiques, mais totalement franco-françaises demeurent. La France deviendrait-elle psychotique ?

flamant rose

Il semblerait que le député fabusien Didier Migaud soit intéressé par la présidence de la commission des finances. Il a été le rapporteur général de cette commission de la mandature 1997 / 2002. Il a été questeur à l’AN ce qui signifie qu’il a donc déjà été élu par ses pairs. Les questeurs au nombre de 3 ont pour rôle d’établir et de gérer le budget de l’AN, d’être le DRH dans cette même assemblée et de servir de relais avec l’extérieur. Par ailleurs Didier Migaud est le fondateur avec le sénateur Alain Lambert de la LOLF (loi organique relative aux lois des finances). Ce poste de président de la commission des finances sera proposé au PS et c’est lui qui devrait donné l’aval à Didier Migaud s’il continue à y monter de l’intérêt.

flamant rose

Après vérification, je confirme que Nicolas Sarkozy n’a pas la majorité des 3/5 au congrès. En effet il y a 577 députés et 311 sénateurs soit 908 électeurs. La majorité des 3/5 est donc de 545 voix.

A l’AN le groupe UMP et apparentés représentent 346 électeurs, et au sénat 155 soit 501 électeurs. Il manque donc 44 voix. Sachant que le groupe UDF du sénat est de 33 même en cas de ralliement global du groupe il manquerait 11 voix à la majorité présidentielle.

Nicolas Sarkozy devra donc composer avec le PS pour tout ce qui est institutionnel ce qui sera le cas pour le mini traité.

ap

Juppé obligé de démissionner du gouvernement parce qu'une poignée de Bordelais a choisi de voter à gauche plutôt qu'à droite, c'est fou ! Quand va-t-on supprimer cette tradition républicaine complètement débile qui veut qu'un ministre démissionne s'il n'est pas élu dans sa circonscription ? C'est une très légère majorité de Bordelais qui ne veut pas de Juppé, et pas une majorité de Français !
Cette démission est donc débile car on va se passer d'un type qui a déjà engrangé de l'expérience sur le sujet écologique. Merci à une poignée de Bordelais de décider du sort de l'écologie en France !
Par ailleurs, fausse bonne nouvelle pour le PS car l'aggiornamento est ajourné, sans doute d'au moins 18 mois. Royal toujours aussi hystérique par ces interventions intempestives dans les media, en balançant ses problèmes conjugaux le soir du 2nd tour (en plus elle n'est même pas directement concernée car non député). Dans l'ordre, on a eu droit aux dépêches suivantes :
21h00 : Hollande compte rester jusqu'en 2008
21h30 : Le secrétaire général de Royal demande à Hollande de partir tout de suite
22h00 : Royal annonce sa séparation
Un vrai feuilleton ! Merci aux deux protagonistes d'avoir pollué le débat !
Sinon, quand même une bonne nouvelle, locale : le martien Klarsfeld est remonté dans sa soucoupe volante.

matéo

à Flamant rose,

Je ne vois pas pourquoi le PS n'apporterait pas son soutien pour qu'un mini traité soit ratifié par le parlement. Ils peuvent tiquer sur l'absence de referendum, mais ils ne sont pas sans savoir que si était organisé une deuxième session et que nous engrangions de nouveau un "non", c'en serait fini de l'Europe politique pour de bon.

Les militants avaient voté à 60 % pour le "oui", qui fut la position officielle du PS, avec la scission que nous connaissons entre courants. Ce sont les sympathisants, et plus globalement son électorat qui avait voté majoritairement "contre". Seule inconnue, le poids des "nouveaux" militants à 20 euros.

Une opposition "constructive" et "responsable" pourrait donc totalement souscrire à une ratification parlementaire, une opposition de bourrins et systématiquement contre tout ce qui est pour, et pour tout ce qui est contre, pourrait s'arcbouter sur le referendum. Avec un deuxième "non", les autres européens ne nous diront pas merci, sauf les libéraux pur sucre, pur fruit de ces pays là.

Olivier

Carton plein pour Sarkozy ... ou le tir réussi d'une fusée à multiples étages...:

- 1er tour présidentielle = un excellent score personnel, et le FN dehors;
- 2ème tour présidentielle = son élection large avec 85% de participation = une légitimité record;
- l'ouverture gouvernementale = cela sème une forte zizanie à gauche;
- 1er tour législatives = un score UMP exceptionnel, permettant une prise de risque; Avec en plus un FN durablement essoufflé, un PC enfin marginalisé et un Modem resté balbutiant;
- l'entre-deux tours = lancement délibéré et savamment pensé du missile "TVA-sociale" à destination de la gauche; Réception immédiate du-dit missile dans l'allégresse générale à gauche;
- 2ème tour législatives = l'UMP est largement majoritaire, mais juste ce qu'il faut;

Bilan : Le missile a brillamment atteint son but, et la fusée Sarkozy a TOUT réussi au long de sa trajectoire...

L'objectif du missile "TVA-sociale" étant le moyen de pouvoir obtenir une assemblée qui ne soit PAS une vague bleue comme annoncée pour les raisons suivantes :
-- cela évite un bloc UMP trop gros, toujours source de divisions internes potentielles; Car le groupe UMP (c'est à dire la majorité) devra - par nécessité - rester uni a minima;
-- cela permet à la gauche PS de sentir un air de "non-défaite" et celle-ci ne pourra donc que rester bloquée sur ses dissensions et ne pas "exploser" tout de suite, car une explosion immédiate aurait contribué à un renouveau plus rapide d'un PS modernisé; Les têtes PS ne sont pas tombées de suite, il faudra plus de temps; Plus de temps aussi pour remodeler une idéologie et une ligne programmatique; Tous ces temps là, Sarkozy en a besoin, car ça le laissera tranquille d'une opposition structurée et crédible beaucoup plus longtemps;
-- cela permettra de mieux juguler l'opposition DANS l'assemblée plutôt que QUE dans la rue;
-- cela referme le débat pour la proportionnelle pour quelques années;
-- le projet "TVA-sociale" a été bel et bien largement annoncé "avant"; Et validé de fait dans la forme par le corpus électoral.

Concernant Juppe : pour Sarkozy sa défaite n'était pas forcément envisagée précisément; Mais est-ce vraiment un accident ? Rien n'est moins sûr car il n'en demeure pas moins que la relégation de Juppe signe aujourd'hui la quasi VRAIE fin du chiraquisme, dont il était la dernière grosse écharde dans le pied de Sarkozy. Ceci pouvant expliquer cela, vu depuis les entrailles politiciennes méandreuses... D'une part, il est à noter l'absence remarquable d'une défense acharnée de Juppe durant l'entre deux tour à Bordeaux, alors que tout le monde le savait en risque imminent de perte... il était loisible à souhait de le soutenir plus vivement. D'autre part, en parallèle il faut constater l'extrême affichage volontaire de cette fameuse règle républicaine de se retirer en cas de non élection... Au vu de ces deux faits, la défaite de Juppe, plus qu'un simple accident, pourrait être en réalité le fruit d'un pari délibéré à dessein.

Pour l'aspect local qui m'intéresse également, Carignon et son fils spirituel De Sans Nicolas sont également satellisés en Isère... Rien que du bonheur ici : le gratin dauphinois semble, enfin, brûlé.

En conclusion, le PS en satellite géostationnaire, Juppe et le chiraquisme en apesanteur, l'UMP bien majoritaire sur terre... la fusée Sarkozy a semble-t-il totalement rempli ses missions...

Il a maintenant les moyens et du temps pour déployer son projet.

bernard

Avec la tva sociale et le refus de relever le SMIC de plus de 2% j'oubliais de mentionner l'histoire des "franchises médicales".

Ca commençais par faire beaucoup :
- paquet fiscal : 15-20 milliards d'euros que la collectivité devra bien un jour financer,
- SMIC condamné à ne subir que 2% d'augmentation (pas de "coup de pouce" supplémentaire),
- franchises médicales,
et enfin,
- TVA sociale portée à 25% sans aucune explication.

Toutes ces annonces qui ne font pas vraiment "sociales" ont certainement contribué à ce que le fameux tsunami attendu au vu des résultats du 1er tour ne se réalise pas. Ces annonces en ont certainement refroidi plus d'un.

Maintenant il va vraiment falloir que le PS sorte enfin de sa bête posture d'opposition pour concocter un vrai programme, un vrai projet de société, cohérent et novateur. Le PS n'est plus socialiste, qu'il le (re)devienne enfin.


Trésor de bienfaits

On dirait que la succession de Gilbert Bourdin, le gourou cosmo-planétaire, est très disputée! Après Ségo et ses illuminés voici Sarko et les siens...

flamant rose

la rencontre du PS Ressuscité

Le premier jour de la semaine lundi 18 juin, à l'aube, alors qu'il faisait encore sombre, Marie Ségoléne se rend au tombeau ou le PS avait été enterré le dimanche 10 juin après que Nicolas l’eut tué d’une seule balle évaluée à 43% et voit que la pierre tombale a été enlevée. Elle court, rejoint Julien et les autres disciples, et elle leur dit : ''On a enlevé du tombeau le PS, et nous ne savons pas où on l'a mis''.

Alors Julien sortit, ainsi que 2 autres disciples Dominique, Laurent , et ils allèrent au tombeau. Ils couraient tous ensemble, mais Laurent courut plus vite que Julien et Dominique et arriva le premier au tombeau. Il se penche et voit les bandelettes qui étaient posées là. Toutefois il n'entra pas. Arrive, à son tour, Julien qui le suivait : il entre dans le tombeau et considère les bandelettes posées là et le linge qui avait recouvert le corps. Celui-ci n'avait pas été déposé avec les bandelettes mais il était roulé à part, dans un autre endroit. C'est alors que Laurent celui qui était arrivé le premier et Dominique arrivé entre temps, entrèrent à leur tour dans le tombeau ; ils virent et il crurent. En effet, ils n'avaient pas encore compris l'Écriture selon laquelle le PS devait se relever d'entre les morts. Après quoi, les disciples Julien, Dominique et Laurent s'en retournèrent chez eux.

Marie Ségoléne était restée dehors, près du tombeau, et elle pleurait. Tout en pleurant, elle se penche vers le tombeau et elle voit Saint Nicolas vêtu de blanc, assis à l'endroit même où le corps du défunt PS avait été déposé la semaine précédente ; Femme, lui dit-il, pourquoi pleures-tu ?'' Elle lui répondit : ''On a enlevé mon PS, celui qui m’était promis et je ne sais où on l'a mis.'' Saint Nicolas lui dit alors : Ne sois pas effrayée , tu cherches ton PS, le crucifié par 43%, il est ressuscité d’entre les morts par la TVA sociale, il n'est plus ici, voit l'endroit où on l'avait déposé. Tout en parlant, elle se retourne et elle voit François qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c'était lui. François lui dit : ''Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ?'' Mais elle, croyant qu'elle avait affaire au gardien du jardin lui dit : '' si c'est toi qui as enlevé mon PS ressuscité, dis-moi où tu l'as mis et j'irai le prendre.'' François lui dit : ''Ne me retiens pas, rend moi ma liberté, laisse moi vivre ma vie avec Soeur Anne ! Toi mon ex amie, va trouver mes frères socialistes Dominique, Laurent, Julien , Arnaud et les autres, même Louis, dis-leur que je reste le gardien du temple PS jusqu’en 2008.'' Elles sortit et s'enfuit loin du tombeau, car elle était toute tremblante et bouleversée ; et elle raconta tout, car elle avait peur. Tout le monde fut donc dans la confidence et c’est ainsi que commença la guerre du PS ressuscité.

un_centriste

Merci flamand rose pour ces précisions sur la composition du congrès. Donc il va falloir que la gauche prenne ses responsabilités sur le mini-traité. Vu son incapacité à gérer celle du maxi-traité, on va rigoler cinq secondes.

Pour le reste, il est patent que le PS s'intéresse moins à la réalité qu'à certains symboles : les roses sur les tombes, la révolution française, mai 68, se satisfaire de perdre sans démériter.

Du coup, il n'a gagné que trois élections législatives en 40 ans :
- 1981 dans la foulée de la victoire de François Mitterrand
- 1988 dans la foulée de la victoire de François Mitterrand
- 1997 grâce à une conjonction de triangulaires avec le FN et d'invraisemblable d'erreurs de l'autre camp : décisions impopulaires de la droite, quasi-aucune application des promesses électorales de Chirac, tentative grossière de manipulation de la majorité (la dissolution), etc. De toute façon, vu le traitement de la chose à la hussarde, le PS n'avait pas vraiment eu besoin de faire campagne sur quoi que ce soit.

Si je compte bien, cela fait seulement 3 élections gagnées par la gauche sur 10 fois. La gauche n'a jamais réussi à gagner une élection législative lorsqu'elle était au pouvoir. Pis encore, dans ces conditions, elle s'est pris deux raclées mémorables : 1993 où la droite fait 472 députés sur 577, et en 2002 où aux présidentielles, elle est éliminée au premier tour. Il n'y a qu'en 1986 où la proportionnelle et l'émergence d'un front national qui piquait encore essentiellement ses voix à la droite ont doné l'illusion d'une courte défaite.

Il est donc plus que temps que le PS s'interroge sur ses faiblesses à être durablement convaincant au niveau national. Et qu'il se demande par exemple par quel dysfonctionnement invraisemblable il est capable d'investir pour la présidentielle une candidate qu'il n'a aucune envie de soutenir et qui lui tourne ouvertement le dos pendant toute la campagne.


Gilbert Sorbier

Eric Dupin,

Je vous comprend de jubiler, je suis très satisfait de l'élection de Valls, Montebourg et Bianco.... triste pour JPC.

Mais ne pensez vous pas que cela va être une raison de plus de statut quo, pour le PS ?

Dans le blogue que j’anime (B&B's), j'ai appris que :
"En cas de réforme de la constitution qui doit être approuvée un vote des deux tiers des deux chambres, l'UMP n'est pas majoritaire, il faudra que la gauche soit d'accord sur les textes proposés."

C'est la seule différence pratique entre 288 et 500 députés de majorité, ou bien ?

Gatien

L'éviction de Juppé, calculée?!
J'avoue de pas très bien comprendre le raisonnement. Pourquoi nommer n°2 du gouvernement quelqu'un dont on ne voudrait pas?

bernard

Ben si , Sarko a payé des électeurs pour quils votent contre Juppé !

philbr

Pourquoi chercher des complications là ou il n'y en a pas: la tva sociale annoncée sans préparation et avec peu d'explications pour être rééllement comprise, un second tour qui semble joué d'avance, des électeurs du modem qui viennent au secours du ps dans de nombreuses circonscriptions et vous avez les résultats du second tour

noop

Ceux qui à droite jouent les stratèges de l'ombre ou les (très très très) fins analystes-politologues en voyant dans le deuxième tour, un petit vent contraire mise en place par le sommet sont bien rigolos.

Connaissant la capacité de la gauche (au sens large) à mobiliser la rue même au prix de la démagogie la plus évidente pour faire obstacle au pouvoir en place, je pense que la thèse est peu probable.

Moins il y aurait eu de députés ps à l'assemblée, moins les manifestations auraient eu de légitimité. Le fonctionnement de la démocratie aurait été sans appel, y compris à la rue...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité