Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Papier à vendre | Accueil | Bourse et emploi »

06 décembre 2005

Commentaires

Françoise

C'est amusant de voir les chiraquiens reprocher aujourd'hui à Sarkozy leur comportement d'hier...

blabla

En somme Sarko organise des primaires sur le mode américain. Le débat ayant lieu avant, dans son parti, pour concentrer un front uni face à l'opposition pendant l'élection présidentielle. Personnellement, je ne vois pas où est le problème.
Cela n'empêche pas tout chacun de se présenter aux élections, ni de voter au final pour qui il veut. Par contre cela évite les combats des chefs stériles et egotiques qui divisent les partis et les électeurs pour le profit seul des chefs et non du débat politique. Je demande toujours à ce qu'on m'explique pourquoi une Taubira, qui savait et avouait savoir ne pas avoir de chance de se faire élire, s'est présentée aux présidentielles contre Jospin. Une primaire lui aurait permis de se faire entendre tout autant et de s'effacer une fois ses propositions prises en compte par la motion majoritaire. Par contre c'est vrai qu'elle n'aurait pas de pepette ne pouvant atteindre les 5%. Est-ce un peilleur système. Je doute que Jospin dise oui aujourd'hui...

Basta

Blabla, c'est pourtant clair, le 1er tour de la présidentielle a offert à Taubira la chance de devenir une personnalité du théâtre politico-médiatique français. Elle l'a saisie, et est devenue une incontournable dès lors qu'il est question de racisme, esclavage, discrimination, laïcité... tous thèmes d'actualité.
Ce n'est pas nouveau; pensons à M.Barbut et au sénateur Marcilhacy dès 1965. Mais ça s'accentue en raison du poids écrasant des médias dans la société.
Il est urgent de réformer ce 1er tour qui voit sur la même ligne, des personnalités "diverses" en quête de notoriété, des candidats valables pour... une primaire, et 3 ou 4 présidentiables véritables. C'est un véritable dévoiement de la démocratie dont il ne faut pas que s'étonner qu'il débouche sur des 21 avril.
Conclusions :
1- élever le nombre de parrainages
2- des primaires sur le modèle italien, voire américain, assez semblables en définitive.
Quant aux primaires à la française à l'UMP ou au PS, elles restent dans le périmètre des adhérents de partis trop faiblards pour constituer des échantillons valables des "peuples" de gauche et de droite.

blabla

Basta, sur le mode italien c'est fort récent et on peut en reparler. Pour le reste, j'abonde dans votre sens.
Sur le manque de représentativité d'hypothétiques primaires à la française, cela pose problème. Mais c'est difficile à résoudre tant qu'il y aura tant de partis et si peu d'adhérents. Que proposez-vous ?

Basta

Blabla,
Je ne sais que proposer de plus dans l'immédiat, que d'élever le nombre de parrainages. Ca devrait être efficace, car je crois que beaucoup des figurants de 2002 étaient limite.
Pour aller plus loin, il faut réfléchir à ce que seraient des primaires à la française. Car, au-delà de l'aspect "accidentel" du 21 avril 2002, il y a un désir de primaires chez les français.
Le plus radical, serait... de supprimer le premier tour, et de passer directement à la finale, tout en multipliant par 4 ou 5 le nombre de parrainages, pour écarter les parasites. Alors, il faudrait bien que les camps s'organisent ou se suicident. On verrait apparaître par en haut ou en bas un "Comité pour la désignation du candidat unique de la gauche", idem à droite. Des primaires pourraient alors apparaître, au cours desquelles de nombreux postulants pourraient faire leur Tour de France, et qui sait, bouleverser la cadre figé de la politique française.
C'est un peu ce qui s'esquissait à l'extrême-gauche depuis le 29 mai. En effet, pour eux, la finale, c'est le 1er tour! L'échec est déjà consommé. Au moins, ça nous évitera Bové-)

Basta

Eric, vous êtes sûr que Sarko l'a emporté ? Il n'y aura pas de primaires, mais un vote de soutien au candidat qui se sera imposé... autrement dit un plébiscite, après une bataille d'appareil et de médias, arbitrée par les sondages.
Nul doûte, connaissant la culture gaulliste, et ce qu'il en reste dans l'UMP, que le plébiscite soit un triomphe !

Raphaël

Bonjour, Eric.
Juste une petite information qui n'a certes pas beaucoup d'importance, mais enfin tout de même, elle éclaire d'un feu nouveau ce nombre de militants. Les cotisations s'élèvent certes à 25 € sauf que pour les chômeurs, elle se monte à dix euros. Louable intention ! Saus qu'aucune preuve de son statut n'est à donner. On peut donc dire qu'il y a beaucoup de chômeurs qui se sont inscrits à l'Ump cette année...

Autre chosee peut-être plus grave, on entend des choses dans les permanences Ump qui ne dépareraient pas au Front national. Est-ce que ces "militants" nouveaux seront, dans l'isoloir, amenés à voter pour Nicolas Sarkozy en 2007 ? Répondre à cette question, c'est donner le futur nom du président de la République.

JIB

Il me semble qu'en 2002 la stratégie de Jospin, était de favoriser la candidature des petits de gauche pour toucher le plus d'électeurs potentiel, et rassembler sur son nom.
C'était pas con, personne n'avait vraiment prévu le retour de Le Pen. Tout ça ne c'est pas joué à grand chose, si Pasqua avait été candidat Jospin serait peut-ê président.

Eric Dupin

Comme de bien entendu, chiraquiens et sarkoziens prétendent avoir gagné. Mais il me semble que cette nouvelle épreuve de force tourne pourtant à l'avantage du président de l'UMP. L'essentiel, pour lui, est d'avoir fait avaliser la méthode de choix présidentiel du parti qu'il contrôle par ses adversaires internes, Villepin le premier. Ce dernier ne pourra être qu'un candidat "libre", soutenu par aucune grande formation (Balladur était quand même appuyé par l'UDF), ce qui est très périlleux.
La querelle du mot sur le terme "investiture" est tout à fait formelle. Il a un sens pour des législatives (le député s'inscrit dans un groupe politique) mais pas pour des présidentielles (le chef de l'Etat représente tous les Français).
Rappelons enfin que le système des primaires existe en France: il s'agit tout bonnement du premier tour de la présidentielle (les Etats-Unis n'ont qu'un tour, d'où leurs primaires). Aux électeurs de voter en pensant à celui qu'ils souhaitent voir figurer en finale !

JIB

Pour l'UMP tout ce qui peut éviter la redite du Scenario de 95 est un bon point.
Ensuite on peut penser que Bayrou fera un bon score -qui sait ... 10 % ? - avec report sur le candidat de l'UMP au second tour -ça ce discute-, et de Villier doit lui pomper des vote sur le FN 3-4 % avec la aussi report ... Et avec un candidat unique UMP avec au moins 24-25 % au premier tour -pas de Madelin- pour être légitime, ça peut faire une belle machine à gagner à droite.Enfin disons qu'il n'y a rien qui lui ressemble encore à Gauche.

JIB

Un ticket Sarko-Bayrou pour le second tour 2007 ? C'est inconsevable Eric ?

Basta

Oui, le premier tour est une "primaire à la française", mais mal fichue, car c'est en même temps, une campagne de témoignage et de notoriété pour la moitié des "candidats", et une éliminatoire pour la finale. Certes, ce bricolage permet aux français de s'exprimer comme ils peuvent dans toutes leurs nuances. Mais c'est aux dépens de la clarté du scrutin présidentiel, qui est quand même l'objet essentiel de l'événement.

NkM

"Autre chosee peut-être plus grave, on entend des choses dans les permanences Ump qui ne dépareraient pas au Front national. "

On en entend de belles partout et dans tous les partis. ;)

J'avoue mon incompréhension quand on accuse tel ou tel de recycler les électeurs du FN. Que faudrait-il faire? Leur retirer le droit de vote?? Le fait de voir des électeurs frontistes revenir à un vote plus recentré est plutôt rassurant. Michel Rocard n'a-t-il pas dit que la militance au PSU empêchait de nombreux adhérents "terroristes potentiels" de franchir le pas? :)

Raphaël

Nkm, je m'en inquiêtais dans le sens où nous ne sommes absolument pas sûrs que ces "anciens" du FN ne retourneront pas, dans l'urne, vers leur leader d'origine. Je me suis sans doute mal exprimé.

Michel

"L'heureux élu disposera de l'appui de l'UMP... et du financement public afférent."

Donc, pour voter utile, je fais de l'entrisme à l'UMP pour faire partie des 200 000 happy few qui choisiront ledit "élu". Il ne m'en coûtera que 25 euros.

Et si le PS baisse ses prix, je fais la même chose de l'autre côté.

Je pousse l'UMP à droite en votant Sarko, et le PS vers le centre en votant pour le candidat …dont Eric dit le moins de mal.

Pris en tenaille entre une droite sans complexe et une gauche sociale démocrate, les archaïsmes volent en éclats. La France peut se moderniser.

Et pour 2007 qu’importe. Que le meilleur gagne !

Robert Marchenoir

Michel: pas con, mais faut être à plusieurs...

Raphaël A.

Allez-y, la cotis' est à dix euros ;-)


Sinon, plus sérieusement, quand je lis la dernière note de Roxane decorte, je me dis qu'on se prépare, aussi bien à droite qu'à gauche, un beau désastre pour 2007. Les vieilles méthodes ont encore cours, apparemment...

http://rdecorte.typepad.com/mon_weblog/2005/12/ce_soir_runion_.html#comments

Baratin

qu'est ce qu'on en a affaire de savoir qui sera le prochain president (de droite ou de gauche d'ailleurs). Ils font tous la meme politique, donc il y aura toujours autant de chomage, et meme si on cree des emplois aides, qu'est ce que c'est d'autre que des futurs chomeurs ?

Un exemple : je suis moi meme chomeur depuis 3 ans, bac +5, alors on ne me la fait plus ...

blabla

Baratin, vu votre amertume, vous devez avoir envie de changement. Que proposez-vous donc ?

Nicolas

Bonjour ! je trouve ton blog partculièrement beau et bien conçu :) un petit mot d'ecouragement ! bonne cnotinuation ;)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité