Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Génération stagiaires | Accueil | Finkielkraut et le débat »

26 novembre 2005

Commentaires

Yoyo

Et la fête continue !
Et si le seul un peu conséquent dans cette affaire était Arnaud Montebourg, sabordant son particule ? J'ai bien envie d'aller voir de plus près son projet de VI° République.
Quant à la non-candidature définitive de Jospin, tient-elle en fait au relatif succès/insuccès de son livre ?
Allez, on va finir par le regretter. Atrabilaire ou pas, lui au moins était respectable.

Olivier Rey

Tout ceci signifie surtout que le seul débat de poids qui aura lieu se jouera entièrement et totalement autour des candidats à la présidentielle.

Je ne sais pas dans quelle mesure c'est volontaire, mais placer Emmanuelli au projet, Hamon à l'Europe ou quelques fidèles peu charismatiques pour animer le Parti, c'est clairement tout faire pour que l'avenir du PS ne passe par le coeur du parti !
Résultat garantit : DSK, Fabius et les autre potentiels leaders vont s'organiser à côté.

A moins que Hollande ne s'imagine réellement avoir un destin national, en restant seul en piste après la neutralisation réciproque de toutes les personnalités.
Voilà la promesse d'un avenir plein de dynamisme et d'audace. Triompher par défaut sur la ruine des autres...
Car à part quelques uns de ses copains, qui peut l'imaginer porter l'avenir de la gauche sur ses épaules ?

Monteville

Le PS a-t'il un problême avec le texte de la synthèse du congrès toujours pas visible sur son site ?

fradet

un symbole de plus de la situation de notre pays et là à la tête...le poisson pourrit toujours par la tête, n'est-ce pas?

Robert Marchenoir

Déclaration de Lionel Jospin hier à Europe 1: "Pour l'instant, le PS est rassemblé, c'est une bonne chose. Il lui reste à proposer."

C'est bien ce qu'il me semblait: la prétendue motion de synthèse du congrès, c'est de la couillonnade. Elle n'existe pas.

C'était déjà évident, mais c'est mieux quand c'est un dignitaire du PS qui le reconnaît.

Robert Marchenoir

Ma modeste contribution au renouveau socialiste et au futur programme du PS: ceux qui pensent qu'il faut faire quelque chose pour les banlieues devraient lire l'article suivant.

(Désolé, c'est en anglais, mais aujourd'hui, pour accéder aux réflexions politiques les plus pertinentes, il faut lire l'anglais; je n'y suis pour rien.)

http://www.timesonline.co.uk/article/0,,2087-1892987_1,00.html

Ce texte est écrit par Shaun Bailey, un jeune Noir né dans l'un des ghettos les plus durs d'Angleterre. Il a réussi à s'en sortir et à accéder à l'université. Aujourd'hui, il est retourné dans son quartier d'origine comme travailleur social.

La réalité qu'il décrit est très proche de celle des banlieues françaises.

Pour lui, l'origine des maux des banlieues ne fait pas de doute: c'est la permissivité de la gauche, alliée au culte de l'argent.

On retrouve dans son analyse les points de vue d'Alain Finkielkraut et de Nicolas Sarkozy, qui ont dernièrement été dénoncés en France comme racistes et d'extrême-droite.

Evidemment, pour la petite bourgeoisie de gauche, c'est beaucoup plus amusant d'excommunier Finkielkraut que d'essayer de comprendre le message, certes un peu embrouillé ces jours-ci, qu'il essaye de transmettre.

Elle devrait profiter du fait qu'en Angleterre, il existe des Shaun Bailey, pour rattraper un peu son retard et écouter ce qu'il a à dire, qui nous concerne autant que les Anglais.

Sinon, la prochaine fois, ça lui pètera encore plus fort à la figure.

Bien entendu, il lui est parfaitement loisible de faire comme si de rien n'était. En France, il n'existe aucun Noir issu du prolétariat des banlieues qui ait accès aux pages d'opinion des grands quotidiens.

La tentation est donc grande de ne pas écouter cette voix, puisqu'elle n'a personne pour l'incarner et aucun moyen de se faire entendre.

Je ne me fais cependant pas trop d'illusions: on continuera encore longtemps à mettre à mort les messagers comme Finkielkraut, au lieu de s'attacher à lire leurs messages.

C'est tellement agréable de se donner bonne conscience en distribuant les étiquettes de "pétainiste" ou de "facho"...

Raphaël

Bercé par des enregistrements de JL Hooker de 53-54, je souscris encore et toujours aux propos de Marchenoir. des amis ont essayé une analyse à froid du texte et des conditions d'enregistrement du susdit Finkie. D'abord, et selon plusieurs témoins, c'est bien au déjeuner, après un bon gueuleton, que les questions politiques sont apparues. Chacun en était à sa peite poire. on parlait en Français. Les journalistes ont ensuite traduit en hébreu, puis de l'hébreu, les responsables du site du journal Haaretz l'ont traduit en anglais pour faire parler du journal. Sur ce Le Monde a traduit certains des propos qu'il a bien entendnu et comme c'est de coûtume au monde, tronqués. On se retrouve avec des phrases complêtement alambiquées, sorties de elur contexte, traduites trois ou quatre fois et qui ne veulent plus rien dire.

Jai rgardé en travers le documentaire e Serge Moati sur Le Mans. Pauvre Montebourg... Je sais que l'auteur de ce blog n'a pas une affction particulière pour l'homme, mais enfin, il était réellement pathétique à ainsi s'accrocher à sa pauvre VI° république morte-née. Peillon en donneur de coup de grâce, en porteur du descabelio abattant le taureau dans un coin sombre de l'arène, a dû goûter le bonheur des lumières te des caméras, lui qui se les voyait constamment volées par son ancien comparse. Fabius, très bon. Démago just ce qu'il faut, comme le dit très bien peillon, mais très bien, et Strauss-Kahn nul. Bon, c'est entendu, Môsieur Strauss-Kahn est un esprit supérieur. Okay. M'enfin, cela doit-il le dédouaner de quelques heures de travail par jour ? Cette nonchalance (en fait, un beau, vrai, grand branleur) le perdra. Quant à Hollande, chapeau. Il a réussi à tenir sa chère et tendre, et pour lui-même, ma foi, ça va pas mal... ils ne gagneront pas encore cette fois-ci, mais au moins, on n'a pas assisté au desastre rennais. dans le contexte actuel, c'est une performance ! Au pays des courses automobiles, on appelle ça un temps scratch !

Michel

A propos de l'interview de Finkielkraut sur Haaretz, le texte complet publié par Haaretz a été traduit par JCD et mis sur son blog:
http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/jcdurbant/2005/11/_que_veut_en_fa.html#comments

L'analyse de Fienkielkraut est interessante. La façon dont ses propos ont été raportés en France l'est également.

Michel

Certaines des analyses de Finkielkraut (Dieudonné, bricolage de l'indentité) sont présentés également dans le rapport Rufin:

http://www.interieur.gouv.fr/rubriques/c/c2_le_ministere/c21_actualite/2004_10_19_rufin

dont le texte peut être téléchargé:

http://www.interieur.gouv.fr/rubriques/c/c2_le_ministere/c21_actualite/2004_10_19_rufin/rapport_Rufin.pdf

Michel

Désolé, problème technique, les liens ont été coupés. Cette fois c'est bon j'espère.

http://www.interieur.gouv.fr/rubriques/c/c2_le_ministere
/c21_actualite/2004_10_19_rufin/

http://www.interieur.gouv.fr/rubriques/c/c2_le_ministere
/c21_actualite/2004_10_19_rufin/rapport_Rufin.pdf

Eric Dupin

Contrairement à certaines informations diffusées samedi, Henri Emmanuelli n'est finalement pas chargé d'animer la "commission du projet". Celle-ci sera présidée par François Hollande. Emmanuelli va simplement piloter les "états généraux" dudit projet destinés à associer le reste de la gauche à son élaboration.

Matéo

Le seul truc du NPS qui ouvre le débat et une perspective est bien le projet de 6ème république.

Pour le reste et pour m'être infusé la motion à Montebourg, et malgré le déni figurant dans les premières pages, c'est "on rase gratis". Le truc est connu, à tout sujet et à tout propos, on propose "plus de..." et de "développer le....". Avec quoi, l'histoire ne le dit pas.

En résumé, à contrario de tous les "nouveaux" ou "néo" partis sociaux-démocrates ou socialistes, de 1959 pour les allemands du SPD aux socialistes italiens dans les années 80, Nouveau en France ne rompt toujours pas avec le marxisme, et en appelle à plus de radicalité. L'irréalisme économique y est terrifiant, le complexe de supériorité franco-français atterrant.

A SAVOIR : la motion NPS, c'est 20 tonnes de critiques du libéralisme (en gros, tout ce que ne va pas, y compris la scarlatine du petit dernier, c'est la faute à la mondialisation ultra supra méga libérale, 10 tonnes d'évidences et de poncifs ("on a besoin d'une recherche forte") et 4 kg de programmes, essentiellement fondés sur plus de dépenses publiques, et èvidemment pas chiffré : france française oblige !
Soporifique ! excellent en lieu et place du temesta !

Nimbus

Robert Marchenoir,

Vous meme donnez des etiquettes: "petite bourgeoisie de gauche", en est une il me semble.

Vous avez un probleme, que beaucoup de gens ont. Vous selectionnez dans ce que vous lisez, ce qui va dans votre sens.

Autant le texte que vous pointez est interessant, autant sa conclusion est ridicule. On exonere les politiques de droite, c'est cela votre propos ?

Je crois que la faillite du monde politique francais moderne c'est sa polarisation autour de l'ideologie, incapable d'inventivite.

Prenez mon cas: je suis pour une secu deficitaire, pour une education forte, pour plus de fermete avec la jeune delinquance mais sans prison s.v.p. parceque ca rend les jeunes plus betes, pour moins de religion, pour plus de flexibilite dans le code du travail, pour le droit au travail des etrangers meme en situation irreguliere, contre la pub pour les enfants, pour un debat national sur la consommation de cannabis, pour une recherche "a la de Gaulle" plus forte....

Et je vote pour qui moi ? (Si quelqu'un a une idee, qu'il me le dise)...

Je crois que chercher les responsabilites en terme de Droite/Gauche est vraiment Ridicule.


Haha

RM cite :
"Pour lui, l'origine des maux des banlieues ne fait pas de doute: c'est la permissivité de la gauche, alliée au culte de l'argent."

Dont acte. Alors nous, à gauche, on va faire un effort pour être moins permissif et vous, à droite, pour moins cultiver l'argent. OK ?

Robert Marchenoir

Nimbus: je vous remercie de me signaler "mon problème", ça fait toujours plaisir de pouvoir compter sur autrui. Se rééduquer tout seul, c'est toujours difficile.

Seulement je ne suis pas sûr que ce soit un problème, voyez-vous.

Vous affirmez que je sélectionne, dans ce que je lis, "ce qui va dans mon sens".

Qu'entendez-vous exactement par "mon sens"? Désignez-vous par là une opinion, une vision du monde dont j'aurais hérité avec ma naissance, et qui serait immuable?

N'avez-vous pas envisagé que j'aie pu, à l'inverse, élaborer "mon sens" en fonction, justement, de ce que je lis (et de ce que je vois)? Et que ce "sens" puisse, à son tour, évoluer, en fonction de ce que je lis et que je vois?

Cela dit, effectivement, je vous le confirme, parmi tout ce que je lis, je sélectionne ce qui me paraît intelligent et ce qui me paraît idiot.

Le texte que j'ai signalé me semble appartenir à la première catégorie. Vous estimez sa conclusion ridicule. C'est votre droit, mais vous vous abstenez d'expliquer pourquoi.

Vous me reprochez de donner des étiquettes. Bien sûr que je donne des étiquettes. Autrement dit, je mets des mots sur des concepts. Je ne vois pas comment on peut faire autrement pour penser. Ce n'est pas cela que je critique. Ce que je critique, c'est la façon dont certaines étiquettes, "pétainiste" et "facho", sont attribuées actuellement.

Je suis d'accord avec vous sur le poids excessif de l'idéologie dans la vie politique française. Je pense également que la division droite-gauche est de moins en moins pertinente.

Cela étant, des hommes et des partis se réclament de la gauche. Il est donc légitime de mettre en cause leur action au titre de cette appellation qu'ils revendiquent, même si l'on a le droit de penser qu'une vraie gauche, ce serait autre chose.

Enfin, un point m'inquiète dans votre programme: si vous êtes pour une Sécurité sociale déficitaire, comment préconisez-vous de financer ce déficit?

Haha: "Nous, à gauche, on va faire un effort pour être moins permissif et vous, à droite, pour moins cultiver l'argent."

Je me demande qu'est-ce qui vous autorise à prétendre que je représenterais la droite, et à moi tout seul, encore? Et qu'est-ce qui vous autorise à prétendre que je cultive l'argent? Que savez-vous de mes revenus? Que connaissez-vous de mon mode de vie?

Haha

Douloureusement surpris de voir que RM, malgré la pertinence dont il fait habituellement preuve, ignore la différence entre un "vous" général et un "vous" personnel.

Nimbus

Robert Marchenoir,

je m'excuse pour ma verve.

Je voulais souligner que dans l'article, plusieurs phenomenes sont pointes:

1) L'absence d'autorite
2) L'usage repete et le commerce de drogue
3) L'absence de religion
4) L'echec du systeme scolaire
5) L'inutilite de la prison
6) La societe de consommation qui donne envie de consommer
7) La musique violente

J'ai du mal a voir en quoi la conclusion est: "c'est la faute a la gauche". Honnetement, RM, vous me decevez.

On pourrait peut etre arreter de voir le monde en Une dimension (une ligne, a la rigueur un cercle si les extremes se rejoignent) et passer a quelque chose d'un peu plus complexe. Passer de la prehistoire a Gallilee.

On peut etre pour la flexibilite du code du travail, et pour une protection sociale. Contre la prison et pour la sanction.

Ben non. Et le seul qui semblait prendre cette voie la, (Sarkoleon) , n'a pas reussi a rester 'class enough'.

Je voudrais, pour finir, souligner quelque chose. J'habite dans un pays ou la gauche n'existe pas. Ou les propositions de Sarkozy existent depuis 30 ans. Ou les prisons contiennent 10 fois plus de gens. Ou l'autorite et son expression vont jusqu'a la peine de mort. Ou la religion et la morale sont fortement ancrees, et restent les dernier ciment des quartiers pauvres. Ou la discrimination positive fait que des noirs sont presentateurs de 20h. Ou creer une entreprise est aussi facile que de boire un soda. Ou l'armee pratique un interventionnisme forcene. Ou la societe s'interroge sur son racisme depuis 30 ans.

Et pourtant les problemes sont similaires...

A mon avis on se retrouve devant une conjonction societe-de-consommation/monde-mediatique / hommes-politiques-emascules / mondialisation-des-echanges qui pose des questions plus complexes que :
"la gauche avait raison/non c'est la droite"

Haha

Nimbus dit :
A mon avis on se retrouve devant une conjonction societe-de-consommation/monde-mediatique / hommes-politiques-emascules / mondialisation-des-echanges qui pose des questions plus complexes que :
"la gauche avait raison/non c'est la droite"

Et inversement :
"la droite avait raison/non c'est la gauche"
Si l'une comme l'autre pouvaient balayer devant leur porte...

imothep

Nimbus,
Je suis tout à fait d'accord avec vous sur énormément de point.
Le débat se situe ailleurs (j'ai l'impression de me faire un X-files là !!:-)). Je me demande si tout ne vient pas du fait que justement le monde économique a dépassé le monde politique. je vais tenter une explication mais je ne vous promets rien, accrochez-vous !!
On parle de mondialisation et effectivement nous y sommes en plein de dedans, dans notre vie de tous les jours. Nous sommes français, mais combien sur notre territoire travaillent pour des entreprises étrangères ?Le souci vient du fait que nos politiques ne prennent pas du tout la mesure de cet état de fait. Et il ne s'agit plus la de gauche de droite, de centre ou que sais-je. Il s'agit de politique française. Nos amis politiciens nous abreuvent encore de discours, de méthodes, de concepts politiques, accès sur notre pays !!C'est tout de même effarant !Comment pouvons-nous nous inscrire dans un monde qui avance si on prend des mesures essentiellement sur un plain national ?? Ca ne peut pas marcher. Je me demande d'ailleurs si inconsciemment lors du référendum, le résultat ne traduit pas ce fait....On ne sent pas nos politiques capables de nous mener dans cette aventure..
A ce niveau effectivement, le clivage droite-gauche devient complètement obsolète. Les derniers évènements en allemagne tend d'ailleurs à confirmer cette tendance.
Dans nos actes de tous les jours, nous sommes nous, à notre niveau, plus impliquée dans le mondialisation que les gens supposés nous accompagner et nous montrer la voie...
Il n'y a pas moins européen que nos politiques qui pensent une europe comme un animal dont la tête ne serait que la France. Je n'ai jamais pu digérer, les différents gouvernements français mettre à l'index des pays de l'union en faute sur certains critères économiques et faire l'effarouchée quand il s'agit de notre pays..
Notre souci, vient de là et uniquement de là. Il faut effectivement comme le dit sarkozy repenser la politique. Il faut sans nul doute avoir à l'esprit l'individu avant le marché comme le prône un Hollande. Mais que ce soit l'un ou l'autre, ils sont déjà dépassés.
Le politicien de l'avenir, ce n'est que mon humble avis, sera celui qui a compris qu'il faut inscrire sa nation dans le monde et pas vouloir adapter le monde à sa nation.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité