Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Renouveau socialiste | Accueil | Histoire en otage »

28 novembre 2005

Commentaires

fradet

Monsieur,
Je viens de protester contre le lynchage médiatique dont vous faites l'objet et qui, paradoxalement, vous honore. 
adressé à Alain Finkielkraut via l'X et Haaretz
Je suis scandalisé par le lynchage médiatique qui...pardoxalement vous honore (faut-il citer cette haute lignée française qui comprend Revel et feu Jelen)
j'ai aussi écrit un courriel de protestation à Moati (émission Ripostes) dont l'émission m'a scandalisé à divers titres (notamment composition de la table et en particulier présence de T. Ramadan qui, je le croyais, n'est pas persona grata en France! et placer ce monsieur à côté de vous!).
Persévérez car notre pays manque de voix comme de voie
gabriel fradet

Eric Dupin

On lire aussi la très intéressante analyse de la philosophe Sophie Ernst dans Libération:
http://www.liberation.fr/page.php?Article=340860

Michel

Autre analyse intéressante, d'un autre philosophe, dans un autre grand quotidien. L'auteur oppose "Culture" au sens philosophique et "cultures" au sens sociologique.

http://www.lefigaro.fr/debats/20051128.FIG0038.html?105555

Pour revenir à Finkielkraut, ses thèses sont intéressantes. Le lynchage médiatique dont il est victime l'est également.

muriel.bastien

Cher Eric Dupin,

Il faudrait préciser et rectifier beaucoup d'éléments dans cette affaire.
Alors, précisons par exemple qu'Alain Finkielkraut, invité du journal matinal de France Culture ce lundi 28 novembre, a reconnu que qualifier les émeutes de nos banlieues de "pogrom anti-républicain" était une erreur. Que ce qualificatif avait, de très loin, dépassé le point où il entendait mener sa pensée.
Merci à vous de nous signaler l'existence de la traduction française de cet article tant décrié. Les faiblards en anglais dont je suis vont pouvoir se faire tous seuls, comme des grands, leur propre opinion sans s'en tenir à la sélection du journal Le Monde. Enfin, je suis personnellement effarée de ce procès en sorcellerie, donc forcément truqué, fait à l'un de nos derniers intellectuels osant braver la dictature de la pensée unique, du boboisme parisien bien à l'abri des banlieues en feu. Et comme M. Finkielkraut, je ne suis pas loin d'assimiler l'antiracisme officiel au communisme, ou autrement dit, à toute autre idéologie totalitaire. Une grande partie de la gauche, - intellectuels et politiques - , se fourvoie depuis des années sur les moyens de réduire la fracture sociale et communautariste. Ce n'est pas en tout cas, en cassant du Finkielkraut, qui plus est amputé dans le texte, que notre modèle de société laïque peut encore espérer une quelconque résurrection.
Merci aussi à l'un de vos lecteurs de nous signaler l'émission de Serge Moati où semble-t-il, ce dernier a encore parfaitement brillé, confortablement calé dans son fauteuil de donneur de leçons patenté.
Merci encore à vous, pour vos posts. Un vrai plaisir comme toujours, de débattre en toute sérénité, politesse et ouverture d'esprit.
M.B

Héhé

Combien de morts au compteur, l'anti-racisme officiel ?
Combien de fractures, le lynché médiatique ? Et où ? Du crâne ? Des côtes ? Ou seulement d'un ego surmené ?
Combien de kilomètres entre "sérénité" et "outrances verbales" ?
Moati "donneur de leçon patenté". Pourquoi pas.
Et Finkie, lui, il bosse en free-lance ?

zeno

Je témoigne du fait d'avoir cessé il y a plusieurs mois ou années , je ne sais plus ? d'écouter l'émission de Finkelkraut sur France Culure le samedi matin.

Si je me souviens bien le déclic (l'agacement ) s'est produit alors que le problème palestinien était évoqué. J'avais l'impression d'un certain parti pris de la part de Finkelkraut. Tiens tiens...

muriel.bastien

"Tiens, tiens..."...."Un certain parti-pris"...
Ah oui, quel scoop ! Désolée, blogueurs du jour et d'Eric Dupin, le cerveau des hommes n'est pas encore réduit à l'état de machine sans, cependant, être toujours plus dirigée par le cerveau d'un être humain.
Je préfère encore l'expression libre et assumée de l'être humain, surtout si celui-ci se donne la peine de réfléchir, le courage et l'honnêteté de s'exprimer.
Combien de morts au compteur ? Je ne sais pas. Je ne suis pas, heureusement ou malheureusement, dotée de cet instrument de mesure. Existe-t-il ?
Un "certain parti pris" au sujet du "problème palestinien". Le mot "problème" sonne comme un doux euphémisme. A propos, quel est le problème ?!
Et enfin, ne doit-on jamais prendre parti ? Est-ce donc interdit ? Personnellement, je me garde de m'alimenter en réfexion et opinion auprès de personnes qui soit-disant, n'ont "aucun parti pris".
Moi-même, je le "confesse", en suis bien dotée. Mais je tente de me soigner.
Encore meri à Eric D. pour son lien sur l'UPFJ. Allez-y. Mais je vous préviens : je suis indécrotablement "de parti pris" !
M.B

Michel

La comparaison (faite sur le site de l'UPJF) entre le texte intégral et les extraits donné par Le Monde est accablante pour Le Monde.

On ne peut donc faire confiance au Monde. Et comme Libé n'est guère mieux:

http://ericdupin.blogs.com/murmures/2005/11/voiles_et_meuti.html#comments

Que nous reste-t-il ?

Thomas

On peut quand meme s'interroger pourquoi certains se "lachent" dans la presse etrangere. Je ne pense pas seulement a AF (je m'excuse, j'assume, faudrait quand meme savoir), mais aussi a Hélène Carrère d’Encausse.

Contrairement a d'autres, je prefere vivre dans une societe 'politiquement correcte', peut-etre un peu ennuyeuse, puritaine et moralisatrice mais qui rejette clairement la criminalisation d'un groupe ethnique. A choisir entre les deux, je prefere quand meme avoir l'antiracisme, que le racisme comme valeur officielle.

On parle de "pensee unique", mais il faudrait quand meme un jour que l'on m'explique ce qu'est c'est que cette fameuse pensee unique. D'apres ATTAC, la pensee unique, c'est l'ultraliberalisme etc... Le fait meme que l'on puisse debattre de choses et d'autres, ici et ailleurs, me fait penser que cette "pensee unique" n'est pas si unique que cela.

Michel

Thomas, le problème du politiquement correct est qu'il se traduit par une culture de l'excuse dans les milieux sociaux (éducateurs, assistantes sociales, juges pour enfant, en particulier dans notre beau département du 9-3). Ainsi les "petits délits" (comme le fait d'incendier une voiture) commis par des mineurs ne sont pas punis. Les juges du 9-3 sont surnommés ainsi par les mineurs, les "péres noels", car ils ne punissent jamais. JP Lagarde, maire de Drancy, critique d'ailleurs le tribunal de Bobigny en indiquant, qu'après les émeutes, sur 89 mineurs arrétés par la police dans le 9-3, seul 1 a été condamné à de la prison ferme.

Dans une émission télé par exemple, un "éducateur sportif", payé par la ville de Clichy, va expliquer que l'incendie de centaines de voitures est un fait anodin, alors que l'explosion de 2 grenades lacrimogène à proximité d'une mosquée (explosions qui se sont produites dans le contexte d'une émeute urbaine), est qualifié de "charge de la police afin d'humilier les musulmans en profanant un lieu saint".

Au Royaume Unis, les choses sont, je crois, très différentes. Il est possible d'imposer le couvre feu partout quant cela est nécessaire. L'état d'urgence, que la gauche critique, est chez vous permanent.

Voici un exemple du politiquement correct. Dans le Monde du 19 novembre le journaliste écris:

"Mais quand ils scandent "J'baiserai la France jusqu'à c'qu'elle m'aime" (morceau de rap du groupe Tandem), il serait grave d'entendre une déclaration de guerre et non la fureur de ne pas être admis dans le concert national."

Cette phrase m'avais profondémént choqué. Je ne suis en tout cas pas le seul a avoir été choqué par cette phrase. Dans le courrier des lecteurs de ce jour, un lecteur du Monde (S. Champeau) critique vertement ledit article et fait remarquer que "baiser quelqu'un jusqu'à ce qu'il m'aime" est une parfaite définition du viol.

Nimbus

Michel,

je suis d'accord avec vous jusqu'a un certain point. Aux US, avoir un taux d'emprisonement 10 fois plus grand ne resoud rien. Ce n'est pas la prison qui change les chose. A mon avis elle les empire. La prison est devenu un rite initiatique.

On se retrouve devant un probleme delicat: reinventer l'autorite. Celle des parents, des profs, de la republique.

Mais sans la prison... vous semblez regretter que le tribunal de Bobigny n'aie pas decide de fabriquer plus de delinquants !

Moi ca me va... Je sais bien que les chantres de l'anti-bobobitude vont encore me tancer, mais bon on se refait pas... La prison j'y crois pas.

Au sujet du rap, je crois que le debat est tres tres vaste... Tant que ca parle de femme et de fric, ca gene personne, des qu'on passe a la france, ca donne une excuse pour sortir les indignations de rigueur.

A la limite ce debat serait acceptable, s'il ne venait pas apres des termes malencontreux (je veux pas refaire le debat, mais j'ai eu une fois une eleve en larme pour s'etre fait appeler racaille, j'ai vraiment du mal avec ce mot), la polygamie, le pogrome ... et maintenant le rap.

bref, ca devient vraiment n'importe quoi.

Cela dit, je suis d'accord: le monde et libe ont souvent des textes d'une betise absolue.
J'aimerai rencontrer les profs des ecoles de journalisme, parceque la ca devient mechant.

Marchenoir a la place de Colombani !
Eolas aussi ! PMB a libe ! M'enfin, quoi, qu'on ait un vrai debat...

Thomas

Michel,

Alors, il faudrait trouver une definition satisfaisante pour 'le politiquement correct.' Pour ma part, c'est l'usage d'un discours qui tend a eviter d'utiliser des termes qui peuvent heurter une communaute. Et je ne vois toujours rien de mal a cela.

Cela n'a rien avoir avec l'impunite (et son sentiment) que vous decrivez. Au contraire, le 'politiquement correct' remet tout le monde sur le meme pied en utilisant des termes neutres, adaptes qui font preuve de mesure et donc de profesionalisme.

La derniere phrase de l'interview de AF vaut vraiment le detour:

"Mais il y a quelque chose, en France, une espèce de déni qui provient des "bobos", des sociologues et des assistants sociaux, et qui est cause de ce que personne n’ose rien dire d’autre."

Ne surestimons pas le pouvoir des bobos. Je me trompe peut-etre, mais la France n'est ni gouvernee par les bobos, ni par les sociologues et encore moins par les assistants sociaux. Aux dernieres nouvelles, les bobos ne 'detiennent' que Paris. La droite est au pouvoir et l'a ete majoritairement depuis les 50 dernieres annees. Et vu l'etat actuel du PS, les bobos n'ont que peu de chance de gagner la prochaine presidentielle.

Alors, on peut se moquer fustiger, la faiblesse des analyses boboesques mais quand est-il de nos ministres? Le Financial Times a mis, pendant plusieurs jours, en 'une' de ses pages 'Europe' les declarations du ministre de l'emploi Gerard Larcher sur la polygamie (sub):
http://news.ft.com/cms/s/b5e74906-5645-11da-b04f-00000e25118c.html
"France's employment minister yesterday fingered polygamy as one reason for the rioting in the country.

Gérard Larcher said multiple marriages among immigrants was one reason for the racial discrimination which ethnic minorities faced in the job market. Overly large polygamous families sometimes led to anti-social behaviour among youths who lacked a father figure, making employers wary of hiring ethnic minorities, he explained."

Inutile de dire que la France n'est pas sortie grandie. Dans d'autres pays, encore plus 'antiracistes' que la France, un tel personage aurait ete force de demissioner.

JIB

Bonjour,

Thomas, le politiquement correct c'est aussi l'appel à la démission dés qu'un homme politique dit quelque chose qui ne soit pas consensuel.

Je suis un peu déprimé aujourd'hui personne n'a une telecommande avec 'Avt rapide" qu'on soit vite vite en 2007 ? Encore que, il ne faut pas mettre trop d'espoir dans une élection.

JB

zeno

ben moi je ne me sens pas capable de prendre parti dans le conflit israélo-palestinien.

J'attends juste que çà se tasse.

Michel

"Je me trompe peut-etre, mais la France n'est ni gouvernée par les bobos, ni par les sociologues et encore moins par les assistants sociaux."

Non, bien sur, les "bobos et les sociologues" ne gouvernent pas. Mais ils dominent depuis des lustres le débat d'idée et leur point de vue constitue le "politiquement correct". Le débat s'en trouve polué car chacun a peur de dire ce qu'il pense, en employant des mots juste et forts. D'où des discours alambiqués, et l'incapacité d'agir des responsables de l'état.

Par exemple, ici même sur le blog, pour parler du caillassage des pompiers lors de l'incendie qui a fait 18 victimes, Eric s'est cru obligé de parler de "détail".

http://ericdupin.blogs.com/murmures/2005/09/incivilit_ou_ac.html#comments

Pour revenir aux émeutes des banlieues, pendant plus d'une semaine, le "racaille" de Sarko a été présenté par les médias comme la cause principale des incendies de voiture. Par ailleurs, on glose sur "l'état d'urgence", alors que la possibilité d'ordonner un couvre feu existe au Royaume Unis tout le temps.

Un autre exemple, est le mot "racisme" dont parle Finkielkraut. C'est un mot totalement interdit. En parlant de Valls et du Franprix d'Evry, RM a accusé Valls de racisme. Eric est immédiatement intervenu pour le reprendre. En réalité la critique de RM était pertinente (ou en tout cas pouvait prêter à débat) mais le mot "racisme" était impropre.

voir par exemple post de Robert Marchenoir | le 14 novembre 2005 à 02h47 dans
http://ericdupin.blogs.com/murmures/2005/11/voiles_et_meuti.html

Quand RM écrit: "C'est ça, le racisme contemporain. C'est refuser de partager le pouvoir économique et politique.", RM décrit une attitude critiquable, mais qui n'est pas à proprement parler du "racisme", du moins dans le sens où le mot "racisme" est totalement interdit (idée de race supérieure ou inférieure).

Thomas

JB,

Bonne remarque. A ma connaissance (apres une recherche rapide sur Google actualite), personne n'a demande la demission de Gerard Larcher. Ce qui me laisse a penser que le 'politiquement correcte' ne domine pas encore completement la France.

Michel,

Je prend en compte vos arguments. Mais je reste convaincu, qu'une action juste, ferme de l'Etat ne peut qu'etre activee que par un discours exemplaire de la part des representants de l'Etat et les divagations fumeuses sur la polygamie n'ont pas vraiment leurs places.

Quant aux bobos qui dominent le debat, je me demande si c'est plus du a l'incapacite des intellos de droite a faire entendre leurs voix a creer des idees etc... Zeno rappelait par ailleurs que AF parle tous les matins sur France Culture ce qui prouve qu'il existe des enclaves mediatiques bobos-free. Je n'ai pas regarde TF1 (ou d'autres chaines francaises) depuis des lustres, mais je serais surpris d'apprendre que les bobos aient investi les redactions de JP Pernaud et du Figaro.

zeno

je voudrai juste un peu développer à propos de Israel -Palestine et expliquer pourquoi il est mal aisé de prendre parti :
Ce qui est en cause pour la vieille génération (celle qui a vécu l'expulsion des territoires) c'est la légitimité de la présence des isrêliens, qui sont en fait des européens immigrés.
En ton âme et conscience, es-tu capable de te prononcer sur ce point sans douter du bien-fondé de ta réponse?
Il y a bien d'autres interrogations , notamment concernant la place des arabes dans la société israëlienne.
Ces observations ne remettent pas en question le fait que la Shoah a existé, mais les palestiniens n'en sont pas les responsables.
C'est pourquoi j'observe et je doute.

Imothep

bonjour à tous,
très intéressant de lire tous vos posts dont les réflexions sont loins d'être anodines.
Tout d'abord je trouve cette mode de vouloir identifier tout courant de penser comme les "bobos" ou le "politiquement correct" particulièrement énervante.
Ceci étant dit, il faudra bien noter tout de même que ces évènements dans les banlieues ont révélé beaucoup plus de choses qu'à première vue. Ils renvoient finalement chacun d'entre nous face à sa propre position dans la société. Ils nous confrontent à nos valeurs, notre morale, notre identité.
Je ne pense pas non plus que la prison pour ces mineurs soient une solution. Mais attention, je ne dis pas qu'il ne faut rien faire loin de là !! Le problème se situe actuellement dans le fait que nous sommes pris entre 2 feux, d'un côté une mouvance proche de l'angélisme ("en fait ces jeunes sont des victimes") et de l'autre une mouvance agressive ("racaille que l'on va mettre en prison ou expulser")....J'ai le sentiment profond que nous payons dans ces évènements les errances de nos classes politiques. Avec des socialistes qui se veulent d'une gauche pure et dure pour récupérer leur militant partis sans eux lors du référendum. Et de l'autre la droite qui nous rejoue la droite dure avec son créneau sur le tout sécuritaire et les dérives que cela entraine avec elle. On pourrait, si ce n'était pas si grave, rire des comportements auxquels nous sommes confrontés. Quand j'entends un député attaqués les rappeurs, qui seraient à l'origine des troubles, j'en arrive à me demander qui y croit réellement...
Pourquoi ne pas tenter de trouver une alternative ? Suis-je un idéaliste complet ou un naïf patenté ??Ces jeunes, n'ont apparemment pas la mesure de leur responsabilité ?Soit, quid des travaux d'intérêts généraux ??Ils ont pénalisé par leurs agissements les gens des quartiers où ils vivent, qu'on les astreigne à "réparer" leurs fautes, sur le terrain directement.
Pour revenir au "politiquement correct". Je trouve pour ma part choquant que l'on ne puisse pas parler de tout sans être souvent taxé des pires intentions!
Je pense profondément que l'on est en droit de critiquer par exemple la politique israélienne sans être taxé d'antisémitisme ou encore les palestiniens sans être taxé de racisme.
N'oublions jamais qu'avant de parler de religion, de race, on parle d'êtres humains et de leur actes. Il faut juger sur les actes.
La bêtise est universelle et ne connait aucune frontière quelle qu'elle soit.

Michel

"Ces jeunes, n'ont apparemment pas la mesure de leur responsabilité ? Soit, quid des travaux d'intérêts généraux ??".

Pour obliger "les jeunes" à effectuer des travaux d'intérêts généraux (TICs), ils faut une authorité pour les y obliger, et il faut des personnes prêtes à les surveiller. Pour faire preuve de cette authorité, il faut que la sanction soit crédible. Elle ne l'est pas. Les juges sont des "pères noels".

Imothep

d'accord Michel, mais pourquoi ne pas essayer cette formule? Elle s'avèrerait peut-être moins couteuse pour la collectivité que la prison ne croyez-vous pas ?

Michel

Pour l'heure, c'est l'impunité totale.

L'important n'est même pas la nature de la sanction, mais son existance. Il faut néanmoins que la sanction ne soit pas ridiculement faible, afin qu'elle aie un sens, et qu'elle soit crédible. Il faut que l'incendiaire soit un peu perdant, ne serait ce que vis à vis de ses copains.

Nous n'en sommes même pas là, du moins pour les mineurs au tribunal de Bobigny (si du moins j'en crois le maire de Drancy).

Souvenez-vous: "On a gagné, on nous a vu partout, sur toutes les télés CNN, Al Jazirah !".

Nimbus

Michel,

je vous indique ce petit post d'un maitre du blog... c'est fort instructif (de meme que le reste de son blog, d'ailleurs).

http://maitre.eolas.free.fr/journal/index.php?2005/11/08/221-la-banlieue-dans-le-pretoire

Nimbus

J'ai mis un meilleur lien ;-)

Michel

Nimbus, le post que vous m'indiquez ne me contredit pas nécessairement.

Les personnes condamnées étaient majeures. Mineur, l'impunité semble totale. Après, c'est tout autre chose. D'où la surprise et le sentiment d'injustice (et peut être plus que le sentiment d'ailleurs).

Comme Severin l'a bien noté, les "petits" sont fous, et n'ont pas conscience de la gravité de leurs actes. Mais ils peuvent en prendre conscience par la gravité de la sanction. Les "grands" sont "plus ou moins honnêtes", mais ils savent qu'ils risquent gros. Ils ne sont plus "fous".

Thomas

En tous les cas, je suis impatient de lire la chronique de Robert Sole, presque sur qu'elle va porter sur le 'cas AF.'

Michel

Un mot pour signaler l'analyse de M. Gurfinkiel, rédacteur en chef de "Valeurs actuelles", qui laisse entendre que Finkielkraut s'est laisé piégé par Haaretz -"politiquement à gauche, antireligieux, post-sioniste , mais très chic, et lu par l'ensemble de l'Establishment de Jérusalem et de Tel-Aviv "

La liberté de penser est-elle menacée ? 2 décembre 2005 -Michel Gurfinkiel - Valeurs Actuelles
http://www.desinfos.com/impression.php?id_article=4025

PMB

Pourquoi Finkielkraut ne porte-t-il pas plainte contre Haaretz ?

(Journal de gauche, donc. Pas étonnant : tout le monde sait bien qu'être de gauche, c'est être congénitalement bête et malhonnête.)

Michel

Nimbus, concernant la quasi impunité des mineurs au tribunal de Bobigny, Jean-Pierre Rosenczveig président du tribunal pour enfants de Bobigny confirme:

Question internaute: Une justice expéditive, pourquoi ? Pour des raisons de "communication politique" ? Pour désengorger des tribunaux déjà débordés ?

Jean-Pierre Rosenczveig: .... Pour les mineurs, chaque situation a été traitée dans le cabinet du juge, et à Bobigny, il n'y a eu lieu qu'à une seule incarcération. Et dans 30 % des cas, les juges des enfants n'ont pas trouvé matière à mettre les jeunes en examen. Et dans bien d'autres des cas, à ne pas prendre de mesures éducatives. Donc la justice a su "résister" à la pression de l'ordre public. Justice expéditive : pour les majeurs, peut-être, pour les mineurs, heureusement, la loi l'interdit.

http://www.lemonde.fr/web/chat/0,[email protected],55-715352,0.html

nimbus

michel,

je ne critiquais pas votre post,
je voulais juste ajouter une reference
a ce que vous disiez...

Je pense que la notion d'autorite fait cruellement defaut, en meme temps il ne faut pas oublier que l'injustice est un sentiment tres fort...


Thomas

Robert Sole dans le Monde,

http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-717155,0.html

"Il n'y a eu, de la part du Monde, aucun "montage", mais un choix des citations. Ce sont les plus frappantes et les plus polémiques (mais pas toutes) qui ont été choisies, comme souvent dans la presse. Les déclarations d'Alain Finkielkraut au journal israélien méritaient-elles un article plus long ? Sans doute. Il est sûr en tout cas que Le Monde du 24 novembre aurait dû renvoyer au texte complet en donnant l'adresse électronique du site de Haaretz. C'est un réflexe qui n'est pas encore entré dans les habitudes de la rédaction."

PMB

Extrait de l'article de Valeurs Actuelles :
"Les intervieweurs, Dror Mishani et Aurelia Smotriez, écrivent que Finkielkraut les a reçus à Paris, " au Rostand, un café élégant décoré de photos orientales et dont la terrasse fait face aux jardins du Luxembourg ". Sous-entendu : l’intéressé serait un monsieur à la mode, donc, fatalement, un esprit superficiel."

Ce sous-entendu est lui aussi un bel exemple de la malhonnêteté qu'on reproche à Haaretz. Ce n'est pas la première fois que je remarque que des gens qui réclament l'honnêteté ne sont pas les derniers à s'en dispenser.
Tous les reproches ont été faits, et pas tous à tort, à Finkie. Mais je n'ai jamais vu qu'on lui imputait d'être un beigbeder. Que diable, si on me photographiait devant Notre-Dame, et qu'on le soulignait, je ne me sentirais pas pour autant traité de bige-jésus !

(Les meilleurs conseils qui aient été donnés à Finkie, et pas tous par ses ennemis, allaient tous dans une direction : du repos, du repos, du repos !)

NkM

Ne suivant plus tous les médias, j'avais tendance à croire que le "lynchage" de Finkielkraut n'était pas si hargneux que cela. Après avoir vu la couverture du Nouvel Observateur, je sais désormais que critiquer l'islam et s'inquiéter du communautarisme religieux revient à être un "nouveau réac". Ecoeurant. Ca donnerait presque envie de boire de l'eau de Vichy!

Thomas

Pour faire le lien entre le precedent post sur Sarkozy et celui de AF, voila l'opinion du premier sur le second:

"M. Finkielkraut est un intellectuel qui fait honneur à l'intelligence française et s'il y a tant de personnes qui le critiquent, c'est peut-être parce qu'il dit des choses justes"
http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],[email protected],0.html

Hum, hum, si quelqu'un est critique, cela veut dire qu'il dit des choses justes? Un peu pauvre comme formule, non?

Michel

Ce qui est surtout "un peu pauvre" c'est l'article du monde qui consacre 447 mots à répéter une petite phrase qui ne prétend pas être une analyse. Le Monde aurait mieux fait de consacrer ses colonnes à donner le texte initial non tronqué.

PMB

Eric,

Puis-je me permettre d'inviter vos clients à visiter le BBB, qui donne un lien sur un article de Mona Chollet ? Article à lire en entier avant d'en extraire une ligne pour la tordre...

Robert Marchenoir

Pierre Manent, professeur à l'EHESS, dans le Monde:

"Il me semble que Nicolas Sarkozy a une certaine sensibilité à l'état de la France, et pas seulement à l'état de l'opinion. S'agissant de la population des banlieues, il a senti que sous le discours tellement compréhensif à l'égard des jeunes il y avait une grande indifférence.

Il est clair que nous ne sommes pas sincères dans notre compassion, sinon un pays comme le nôtre aurait obtenu d'autres résultats dans les banlieues.

Le diagnostic de M. Sarkozy a été que les jeunes gens avaient besoin de plus de sévérité et de plus de générosité. Sur ce point au moins, il a saisi quelque chose de juste : il faut remplacer le couple bienveillance-indifférence par le couple sévérité-générosité.

Pour que la réalité devienne moins désespérante, deux choses sont possibles. La première est de faire respecter la loi, comme il sied à un Etat libéral, souverain et républicain ; la seconde est de tout tenter pour rendre les circonstances plus propices au travail. [...]

Les Français préfèrent [...] s'accrocher à ce qu'ils ont — et beaucoup ont quelque chose. Le système français est extrêmement protecteur pour ceux qui ont déjà quelque chose, et terriblement dur pour ceux qui n'ont rien."

http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-717149,0.html

Maxou

Petit rappel, pour les pourfendeurs du "boboïsme et de l'antiracisme"

Hélène Carrère d'Encausse : Ils sont tous polygames, ces noirs, et croient vivre dans leurs villages africains!

Nicolas Sarkozy : Le pedigree judiciaire des racailles!

Larcher : C'est la polygamie qui est à la base de tous les maux de la France!

Finkielkraut : La France n'a fait que du bien aux Noirs!

Si être PC, c'est refuser que ce genre de propos irresponsables et malhonnêtes, alors, vive le politiquement correct. Et que tous ceux qui soutiennent ces propos se posent des questions sur ce qu'ils entendent par racisme!

Michel

Si être PC, c'est, pour reprendre les termes de PMB, ne pas "lire un article en entier" mais "en extraire une ligne" et "la tordre...", alors non au PC.

Quant aux bobos, ils n'ont pas raison ou tord parce qu'ils sont bobos, mais par ce qu'ils disent et font. Au passage, j'invite les bloggeurs à aller voir ce que Laurent Lafforgue (Médaille Fields 2002), qui vient de demissionner du Haut Conseil de l'Education, pense des bobos qui sévissent au ministère.

http://www.ihes.fr/~lafforgue/demission.html
http://www.re2.freesurf.fr/A

Nimbus

Michel,

Merci, cette demission est edifiante.
Bon, apres nous, le deluge, alors ?


JIB

C'est sur qu'en disant que l'Education Nationale (Que le monde entier nous envie) devrait prendre exemple sur Singapour, la Russie ou Israël il a pris des risques.

Et il se serait pas un peu enflamé dans son courriel quand même ?

Robert Marchenoir

C'est curieux, je n'ai lu dans aucun organe de presse de large extraits du document de Laurent Lafforgue, qui est simple, clair, court, direct, juste. Et effrayant.

Je n'ai pas vu non plus de gros titres sur son départ du HCE, alors qu'un tel débat aurait dû, naturellement, faire la une de tous les quotidiens nationaux.

Tout au plus de courts articles mentionnant sa "démission", articles faux, puisqu'il révèle ici qu'on a exigé son départ.

Quand j'écris sur tel ou tel blog le dixième de ce qu'il écrit, alors que je suis bien moins informé que lui sur le sujet, je me fais copieusement insulter par une masse impressionnante de gens.

Mais quand lui écrit cela, avec toute sa connaissance du problème et toute sa légitimité, il ne se fait même pas insulter: c'est le silence radio de la grande presse, tout simplement. Beaucoup plus efficace, la conspiration du silence.

En revanche, que de tartines n'a-t-on pas lues sur le Kärcher à Sarkozy... ça c'est un débat fondamental!

Thomas

"la conspiration du silence."

Apres la conspiration des bobos, des sociologues et des assistants sociaux, maintenant "la conspiration du silence" ;)

PMB

A-t-on le droit d'être choqué de la "démission" forcée de Lafforgue et d'être choqué des provocations sarkozystes ?

Ben je le prends.

PS Sarko n'allant pas aux Antilles : bizarre, hein. C'est sans doute plus difficile que d'aller en banlieue jouer à qui-qu'a-le-plus-gros. Et sondagièrement moins juteux.

PS J'aime bien qu'on lise les articles en entier et je ne suis pas au PC. Bizarre, hein.

Michel

Quand Maxou écrit "PC" il veut dire je crois "Poliquement Correct". PMB, mes excuses, j'aurais du être plus explicite.

PMB

Michel : merci.

Pour revenir à Finkielkraut, au gâchis auquel participe avec d'autres de touts bords cet homme ni meilleur ni pire que beaucoup, je me permets de renvoyer à un beau texte de Schneidermann sur son blogue, où il dit sa " détresse de voir jour après jour s’abîmer le plébiscite quotidien qu’on appelle une nation, se défaire la tapisserie, se réduire en miettes le vivre ensemble."

PMB

Et c'était à moi de mieux lire le post de Maxou.

blabla

très intéressant le document de Laurent Lafforgue. Eric, je me permets de vous suggérer un post sur la question (humblement). C'est effrayant. Même chose pour le rapport 2005 des profs de lettres qu'il mentionne. Très peu rassurant et aussi tellement évident. Ce genre d'idées et constat sur l'échec du pédagogisme et de l'irresponsabilité des prétendus experts se diffuse pourtant peu à peu. J'ai entendu de la bouche de très hauts fonctionnaires de l'EN l'idée que l'inspection générale ne devrait pas exister. Mais bon, ce n'est pas le sujet ici, quoique,s'il s'agit de la façon avec laquelle des déclarations très peu politiquement correctes sont diffusées par la presse (je me réfère ici à la remarque de Marchenoir).

Robert Marchenoir

Pour compléter le commentaire de Blabla et le mien, je dois ajouter que tout ce qu'écrit Lafforgue est déjà connu. Il n'y a là aucune révélation. Tout ce qu'il dit est accessible depuis longtemps à qui veut se donner la peine de chercher (un professeur, ou un journaliste de base sans talent d'investigation particulier, par exemple). C'est peut-être cela le pire.

Simplement, il est le premier responsable à un niveau aussi élevé à dire que le roi est nu, à le dire aussi clairement, sans tourner autour du pot, et avec la radicalité qui sied à la gravité du problème.

On voit bien que ce type a choisi le courage de n'avoir rien à perdre.

C'est bien pourquoi on ne pouvait pas le laisser à ce poste.

Maintenant, ça va être "back to business as usual": suggérez que peut-être, le niveau des élèves (et des profs, bien entendu) n'est plus ce qu'il était, et vous vous ferez traiter d'affreux pétainiste réactionnaire élitiste de droite qui refuse aux classes populaires l'accès aux diplômes.

Et pas par des experts blanchis sous le harnois, non, par des citoyens anciens élèves et des profs de base, soumis depuis des décennies à ce lavage de cerveau silencieux avec l'efficacité que l'on voit.

Parties prenantes et complices d'un système né avant eux, ils ne peuvent faire autrement que le défendre: ils n'ont rien connu d'autre. Avouer l'échec complet du système, ce serait avouer le leur.

La situation est tellement grave que si l'on est d'un naturel paranoïaque, on pourrait aisément soupçonner la gauche toute entière, (M'sieur Jack Lang en tête, le phare de la pensée éducative de notre temps), ainsi que l'ensemble des syndicats de l'Education Nationale, d'avoir fomenté un complot avec les maîtres du monde ultra-libéral mondialisé, pour fournir aux multi-nationales des bataillons de jeunes gens parfaitement décérébrés, prêts à consommer tout ce que la publicité leur enjoint d'acheter, et disposés à obéir docilement à leurs futurs patrons (moyennant une rebellitude de façade, faut ce qu'il faut).

Mais non. Ils sont trop bêtes. Ils n'auraient même pas pu concevoir un plan aussi machiavélique.

Y'a du boulot...

Nimbus

Cher Robert Marchenoir,

vous abusez:

"et vous vous ferez traiter d'affreux pétainiste réactionnaire élitiste de droite qui refuse aux classes populaires l'accès aux diplômes"

Vous melangez deux debats. Celui de la polygamie, du rap et de la colonisation, avec celui de l'education.

Moi, par exemple, ca ne me derange pas du tout de dire et redire que la France actuelle est plus proche de Vichy que du front populaire ou que de la commune. Ca vous choque ? Bienvenue dans le monde du reel.La france des troquets dirige la politique, par sondage et fantasme TFunien interpose. Mais bon, hein, ce debat la, on va pas le refaire.

Mais par contre, ca ne me derange pas du tout de dire que je ferais jamais maitre de conf, vu les cretins que j'ai eu en licence l'an dernier (si ca dit a certain, il ne savaient meme pas ce que c'est un gradient, en licence d'info :-o ).

Je dois dire qu'apres m'etre torture pendant 2 mois pour preparer mes cours, voir des gugusses qui font a peine l'effort d'ecouter ca ma tordu les parties une seconde fois.

Bref, tout ca pour dire que si on fait des paralleles avec Petain ou Vichy, ce sera sans doute plus a cause de la polygamie ou de la colonisation, ou de la reduction des emeutes a son soit-disant caractere raciste-ethnico-religieux. Faut pas pousser, non plus.

Par ailleurs, il y a un paquet de profs qui pensent que les programmes ont ete denatures.
Vous les classez ou ces gens la ? bobo, .. ou pas ? Vous les agressez egalement ? Vous avez essaye d'enseigner a des jeunes de 14 ans qui ont pas un mot de vocabulaire, vous ?

Enfin, pour votre laius sur les classes populaires: de nos jours, mieux vaut un bon BEP qu'un bac general+rien (dans rien, il y a aussi deug). Je dis ca, c'est parceque des gens de ma generation, il y en a plusieurs qui apres une license on fait un apprentissage...

C'est aussi le systeme francais qui veut ca: l'individu est strictement defini par son diplome, quelle poilade.

Pétun

Ce qui est amusant dans le texte de Marchenoir, c'est qu'il impute ce bazar, bien réel, exclusivement à la Gauche.

Et inutile de vouloir lui apprendre que des gens de gauche partagent ce constat.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité