Ma Photo

octobre 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

« Voter ne sert à rien: la preuve par Boone | Accueil | Sarkozy est mis en examen, pas hors-jeu »

19 juin 2014

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c632c53ef01a511d3d8d1970c

Voici les sites qui parlent de La gauche en voie d'élimination pour 2017 :

Commentaires

Yassin

Même le changement de ligne dont vous parlez à la fin ne suffirait peut-être pas à changer le cours des choses et à sauver la gauche. On sait très bien en effet que pour mettre en œuvre une politique de gauche, il faut un enthousiasme populaire, du soutien dans la société pour lutter pied à pied contre la classe possédante qui ne lâche rien. Sans cette mobilisation du peuple de gauche, on est emportés comme un fétu de paille par la déferlante médiatique conservatrice, et il n'y a surtout aucun moyen d'avoir le moindre résultat.

Or dans la situation présente, ce soutien pour un Hollande qui redeviendrait favorable au peuple de gauche... on a dû mal à y croire. Ce qu'il ferait serait alors voué à l'échec, décrédibiliserait encore plus les solutions de gauche ("vous voyez, ça ne marche pas, vous n'êtes pas "réalistes""), affaiblirait encore davantage la gauche - et on en reviendrait au même point.

Valls a maintenant mis la main sur le PS, avec ses 5 pour cent (et l'aide de la plupart des éditorialistes politiques, vous excepté), et il y a maintenant tout lieu de craindre que son mini coup d'état réussisse. Qu'il saborde le PS, et avec lui la gauche comme cela est arrivé en Italie après le mort du PCI.

Mais je souhaite me tromper.
Au plaisir de vous lire

chatel

@ Yassin
« Même le changement de ligne dont vous parlez à la fin ne suffirait peut-être pas à changer le cours des choses et à sauver la gauche. On sait très bien en effet que pour mettre en œuvre une politique de gauche, il faut un enthousiasme populaire, du soutien dans la société pour lutter pied à pied contre la classe possédante qui ne lâche rien. »

Ceci me semble très vrai. En revanche, vous évoquez deux fois par la suite "le peuple de gauche". Or, ce concept n'est guère pertinent. D'abord, il présuppose qu'il y a des électeurs de gauche qui ne votent pas pour la gauche, soit qu'ils s'abstiennent soit même qu'ils votent pour la droite. Mais, si ces électeurs ne votent pas, ou plus, pour la gauche, en quoi font-ils partie du "peuple de gauche" ? Ensuite, il me semble qu'il faudrait attendre de la gauche qu'elle gouverne tout simplement dans l'intérêt du peuple en général, et non dans celui d’un prétendu "peuple de gauche". Pratiquement, cela signifie que la gauche a vocation à s’opposer aux oligarques, aux puissants, à l'élite mondialisée, bref à tous ceux qui font partie de ce que vous nommez "la classe possédante". Il s’ensuit que la gauche, et tout particulièrement le FDG, doit retrouver le peuple, au lieu d'emprunter ses thématiques, quand ce ne sont pas ses solutions, à ses adversaires. Ceux-ci sont faciles à identifier ; ils utilisent le mot « populiste » pour désigner tout ce qui s'oppose à l'ordre établi (qu'ils ont eux-mêmes établi, patiemment, par l'intermédiaire notamment de l'OMC et de l'UE). Si la gauche, y compris le FDG, ne le comprend pas rapidement, le risque sera alors grand, malheureusement, que l'électorat populaire (et non de gauche) se tourne encore davantage vers les solutions d’extrême-droite défendues par MLP.


marl

Le changement de ligne ne se produira pas puisque Hollande s'inscrit dans une perspective résolument européenne. Une Europe aujourd'hui dominée par l'Allemagne de Merkel et qui le restera au moins jusqu'en 2017. Hollande compte sur une alliance purement tactique et "politique" lui permettant d'être le seul candidat de gauche en 2017, hors Front de Gauche et extrême gauche. Hollande sait que Sarkozy est aussi impopulaire que lui, et qu'il peut être encore affaibli par les "affaires". Juppé, l'homme "droit dans ses bottes", est loin de susciter l'enthousiasme général. Hollande conserve ainsi quelques chances pour 2017. Son principal handicap : ne pas avoir encore compris que la crise de confiance relève autant, sinon plus, des institutions et de la pratique démocratique que de la situation économique. Là aussi, la comparaison avec l'Allemagne est pourtant éclairante.

PMB

// Seule une remise en cause profonde des pratiques et des orientations du parti au pouvoir serait éventuellement susceptible d’inverser le cours des choses. Ce n’est pas du tout à l’ordre du jour.//

Pas à l'ordre du jour, non, quand on voir Monsieur Le Guen pris les doigts dans la confiture. Encore un que Fafois Toumou n'avait pas vu venir. Cahuzac, Morelle, Lamdaoui, et ce type : François Normal 1er a le chic pour recruter des nids à problèmes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les Défricheurs

  • Je publie le 11 septembre aux éditions La Découverte un nouveau livre, "Les Défricheurs, voyage dans la France qui innove vraiment". Il s'agit d'une vaste enquête auprès de ceux qui expérimentent et inventent dans les domaines social et écologique. On y découvre de nouvelles manière de vivre et de travailler en rupture avec le productivisme et le consumérisme dominants. Voir le site consacré à cet ouvrage .

Suivez-moi sur Twitter

Publicité