Ma Photo

avril 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

« Et si la gauche jouait la cohabitation avec Sarkozy ? | Accueil | Pourquoi Le Pen et Bayrou peuvent être au second tour »

04 janvier 2012

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c632c53ef0167600ef1be970b

Voici les sites qui parlent de L'étrange course de lenteur de Hollande et Sarkozy :

Commentaires

chatel

Ne pourrait-on pas imaginer -et peut-être même, dans l'intérêt de la démocratie, souhaiter- que le piège du vote utile se referme sur le PS?
Si les sondages faisaient apparaître -ce qui pourrait se produire- que FB est un meilleur candidat de second tour que FH, les électeurs souhaitant la défaite de NS ne pourraient-ils pas en effet être tentés, au nom de l'argument du vote utile dont le PS a tant usé et abusé, de voter pour le candidat centriste? Dans la foulée de la présidentielle, le PS pourrait d'ailleurs peut-être remporter les législatives et gouverner ensuite avec ses alliés ou, plus vraisemblablement, constituer un gouvernement d'union nationale incluant des personnalités de la droite modérée (centistes, gaullistes sociaux etc.).

D.H.

A méditer : « La centralité de la candidature socialiste à gauche est désormais totale, que cela plaise ou pas, parce qu'elle parait la seule efficace pour atteindre le programme commun le plus élémentaire : être présent au second tour et battre la droite". Jean-Luc Mélenchon, décembre 2006.
(Avec l’aimable autorisation de M. Launay)

René Fiévet

Je trouve que la campagne de Hollande est un cas d’espèce très intéressant pour les analystes politiques. C’est bien la première fois que l’on voit un candidat de gauche adopter à ce point une position de type centriste, sans se soucier outre mesure de mobiliser son propre électorat au premier tour. La seule comparaison est peut-être la campagne de Mitterrand en 1988, sur le thème de la « France unie », mais le contexte était quand même très différent.
Même si cela me désole, je ne peux m’empêcher de penser : mais a-t-il tort, du strict point de vue de l’efficacité électorale ? Si on regarde en effet les 3 derniers sondages (Harris interactive, Opinion Way et tout récemment IFOP) on s’aperçoit avec inquiétude que le total des voix de gauche ne dépasse guère les 40%, un niveau de départ qui, en toute logique, interdit à la gauche de gagner dans un affrontement « pur », droite- gauche, comme on les aime. Il faut donc brouiller les pistes, un exercice dans lequel, on le sait, François Hollande est un redoutable expert, et sans doute l’homme idoine. Et on voit bien qu’il est en train d’adopter la méthode dite de la triangulation, qui consiste à adopter les propositions, thèmes et références de ses adversaires pour mieux les neutraliser.
On en a eu un exemple récemment dans la lettre qu’il a publiée dans Libération où il a enrôlé sous sa bannière le général De Gaulle et le 13 mai 1958. Je le cite : « Comme en 1981, comme en 1958, ce qui est en jeu dans cette élection ... c’est l’indispensable redressement de la Nation. » On ne saurait être plus clair. Chose étrange, aucun journaliste politique n’a relevé ce point, alors qu’il s’agit d’un texte écrit, évidemment mûrement réfléchi, et dont tous les mots ont été pesés au trébuchet. Au fond, Hollande fait comme Sarkozy en 2007, qui avait recruté Jean Jaurès et Léon Blum dans ses discours de campagne. Cela ne lui avait pas porté tort.

TDB

Hollande est habile mais il n'a pas de fond et cela pourrait lui faire du tort. On ne saurait trop lui conseiller, par exemple, de cesser d'émailler ses discours de citations bidons pour faire croire qu'il est cultivé. Non seulement il réinvente Shakespeare ici mais là c'est Baudelaire qu'il caricature en transformant un passage très travaillé des _Phares_ en cette lamentable platitude : " le meilleur témoignage de notre dignité c'est la culture. " tout juste bonne pour un Sous-Préfet aux champs à l'occasion de comices agricoles.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Suivez-moi sur Twitter

La Victoire empoisonnée

  • Mon dernier livre, publié le 10 mai 2012 aux éditions du Seuil, est consacré à la campagne présidentielle de 2012. Il s'agit d'une enquête en profondeur mêlant de nombreux témoignages de Français de toutes conditions mais aussi de politiques de tous niveaux, des militants aux candidats en passant par les responsables et les élus. Cette sorte de récit analytique cherche à rendre compte des véritables lignes de forces de cette campagne, à expliquer la victoire désormais plus que prévisible de François Hollande, et enfin à proposer une réflexion sur l'avenir qu'elle nous réserve. Un blog lui est dédié. Vous y trouverez la quatrième de couverture du livre, la table des matières, l'introduction, quelques photos, une revue de presse et, bien sûr, les réactions des lecteurs.

Publicité