Ma Photo

février 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Avertissement cantonal | Accueil | French Obamania »

16 octobre 2008

Commentaires

Fr.

En tout cas des lecteurs de votre blog sont toujours là, Marianne ou pas Marianne !

Dans quelques années vous pourrez publier votre propre sociologie du champ journalistique, il ne vous manque que quelques titres non ? ;-)

Michel

(1) Triple illusion....
Article publié sur marianne2.fr
07 octobre 2008 à 12h41 | Commentaires (1)
(Rédigé par: D.H. | 16 octobre 2008 at 20h42)

(2) Avertissement cantonal
08 octobre 2008 à 17h45 | Lien permanent | Commentaires (0) le 16 octobre 2008 à 21h 30)

(3) Au revoir Marianne le 16 octobre 2008 à 18h12 |

Ceci (3) explique-t-il cela (1,2)?

Eric Dupin

Fr.
Oui, effectivement, j'aurais pas mal de matière pour un bouquin de ce genre ;-) En attendant, je vais essayer de ranimer ce blog (mais pas dans les jours qui viennent car je fais un petit tour aux Etats-Unis).

Martin P.

Marianne a son utilité et même son intérêt, mais ils ne sont pas la contrepartie la plus préférable à la brigade de l'émerveillement que constitue le journalisme de compagnie ordinaire

Claude

Heureux de ce retour! Marianne ou pas comme le dit si bien Michel.

Flamant rose

Heureux de vous retrouver en tant qu'observateur indépendant.

Billy

Et bien j'en suis désolé. C'est à mes yeux une nouvelle preuve du fossé qui se creuse entre progressistes et exités de la contestation. Votre mesure et votre honnêteté intellectuelle paraissaient difficillement conciliables avec les outrances et le populisme gauchiste de certains piliers de Marianne. Cette expérience malheureuse montre qu'il est impossible de les ramener à la raison.
Ca me rappele ca: http://billy-tallec.typepad.fr/leblogpolitiquedebilly/2008/08/la-gauche-fract.html
En tout cas bien à vous,
Billy

bernard

@ E Dupin

Vous connaissez :

Un nouveau venu :"Vendredi" :
http://www.rue89.com/2008/10/16/vendredi-transforme-linfo-du-web-en-papier

Ozenfant

@Billy,

Je me flatte d'avoir été à l'origine du "populisme" de Marianne (Nombreux courrier avec JF Kahn, qui m'a écrit "Vous devez être content") quand Marianne à enfin laissé tomber les "BOBOS" si condescendants envers le "sale peuple".
On s'étonne que par ailleurs ceux qui ne peuvent s'empêcher de coller des étiquettes méprisantes sur les français d'en bas puissent cultiver le paradoxe de se croire encore démocrates.

Karl Marx

bien que je ne lise plus beaucoup Marianne, je trouve que c'est encore un des rares journaux a avoir une ligne éditoriale propre et indépendante - beaucoup critiquent JFK lui-même et son ralliement à Bayrou-, mais c'est vrai que pensais que Eric Dupin Marianne était un peu comme un chien dans un jeu de quilles. pas plus qu'au Figaro, d'ailleurs.
Quelle presse pour des journalistes indépendants mais qui restent subjectifs et ne versent pas dans un faux objectivisme journalistique?
Au plaisir de continuer à vous lire sur votre blog, Eric.

Nikita Malliarakis

C'est bien dommage; un journalisme sérieux et de qualité est une denrée rare et précieuse ces temps-ci en France.

DD

Personnellement, je trouve que Marianne s'améliore, même si les pages genre "tu l'as dit bouffi" restent faibles (pour rester gentil).

Bon, si un média a les lecteurs qu'il mérite, la teneur des commentaires sur Marianne2 donne un mauvais signe...

(Billy, les outrances et le populisme,c'est toujours chez les autres. Ozenfant, si Marianne avait l'exclusivité du mépris des Français "d'en bas", ça se saurait.)

Mais faites revivre votre blogue, on va apprécier.

matéo

Endormi sur mon transat en plein après-midi de travail, ma vigilance faiblit, mon esprit divague. Le business décline en même temps que le cours des actions fond.

Je rêve de campagne, d’étangs, de canards. Par une maligne association libre, me voilà transporté en plein milieu d’une salle de rédaction au petit matin, la troupe s’affaire tant et plus. Au fond de la salle, à un bureau en open-space, mais comme un peu à l’écart des plans de travail tête-bêche, j’aperçois Eric Dupin rédigeant son papier en silence derrière un Yuka.

Hasard des rêves, bonheur des condensations, l’homme Dupin émarge dans un canard sévèrement de droite. Un de ses chimères propres au sommeil paradoxal, un Figaro tendance Minute, la coloration militaro-autoritariste bien nette, le militantisme pro-droite conservatrice totalement assumé. Soudainement, le téléphone sonne sur le bureau d’Eric : le rédac’chef veut le voir fissa !

Dans ce genre de journal au carré, le bureau du Rédac’chef est à l’étage supérieur. Je retrouve Eric Dupin tapant à la porte capitonnée du « chef ». Un sonore « entrez » l’invite à pousser la porte. Commence un savon en règle : « z’êtes trop con, ou trop de gauche, Dupin, sûrement votre passage dans ce torche-cul de Libé », « Z’en avez pas marre d’écrire vos vacheries sur Sarko ? », « Savez d’où je viens tous les lundis matin, moi ? De chez l’actionnaire, 3 heures de bagnole pour me faire allumer parce que des j’en-foutre comme vous passez votre temps à tirer des cartouches contre le Président qu’est un copain de qui vous savez ».

Au moment où Eric Dupin commence à poser des questions « Que me reproche t-on «exactement » ? « De quel article parle t-on ? » Le Rédac Chef vire au rouge vif, congestionne un max, et éructe la bave aux lèvres, que « journaliste ou pas, il n’a pas à payer un gars pour qu’il écrive ce que bon lui semble, mais ce que son lectorat et surtout ses actionnaires ont envie d’y lire, nom d’une pipe en bois ». Le boss allume d’ailleurs une pipe, il ressemble au patron de Peter Parker. J’ai honte de mon misérable univers onirique !

L’image suivante voit Eric Dupin partir, avant l’heure de la cantine, dans son vieux pardessus râpé…. J’entends la mélodie de Daniel Guichard, Il n’a plus de job !

Me réveillant en sursaut et en sueur, je reprends mes esprits : ouf Eric Dupin ne travaille pas dans un canard de droite (archaïque) mais dans un canard de gauche, moderne, indépendant, et volontiers taquin avec le pouvoir. Là, on discute collectivement des sujets. On s’écoute, il y a beaucoup de tolérance. C’est beau une rédaction en ébullition intellectuelle. Ca gueule bien un peu, mais c’est tellement sain. On applique avec soin le bon vieux précepte « de la contradiction jaillit la lumière ». C’est ce que chacun se plaît à reconnaître comme la patte de la maison : on n’est pas d’accord sur tout, et c’est ça qu’est fun !

De retour à mon poste de travail, en provenance du transat, j’ouvre le blog d’ED pour découvrir avec stupéfaction que notre hôte évoque son départ de Marianne pour une histoire de « mariage décidément impossible » entre sa conception du journalisme et celle de cet hebdomadaire. L’homme ajoute plein de mystère qu’il ne peut pas être plus précis sur ce décalage. Zut, que risque t-il ? Un tomawak dans la face ? Un cran d’arrêt entre les deux omoplates ? Un bain d’acide ? Une cure de chaux vive ? Peut-être plus simplement un chômage prolongé s’il fait « un truc qui ne se fait pas », ce genre de truc qui fait que plus personne ne veut de vous.

Euh, si je lâche un truc du style « le-retour-aux-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire » dans le cas de Marianne, j’ai bon ou pas ?

Autrement dit pour certains blogueurs, Eric Dupin avait trop viré « Marianne » et pour « Marianne », pas assez ! Réessayez La Croix, l’œcuménisme y est de rigueur.

Gatien

Ceux qui pensent que Marianne est un journal de gauche n'ont pas dû le lire beaucoup...

Sorry to hear that, Mr. Dupin!

Ozenfant

Eric Dupin,
Ce n’est pas moi, qui pourrait être choqué que vous écriviez dans Libé et le Figaro en même temps: au contraire.
Votre présence à Marianne ne m’avait donc pas choqué du tout.
J’ai une grande admiration pour JFK et son honnêteté intellectuelle, mais cela ne m’empêche pas de constater que, (peut-être l’âge venant) il fait des choix de plus en plus étranges : Son dictionnaire de jeux de mots (définitions) ringards, son choix de Bayrou lui même accoquiné au triste sire Peyrelevade.
J’ai pourtant voté au 1er tour, pour les 2 emplois détaxés par entreprise de Bayrou...

@Karl Marx,
Je viens d’arrêter mon abonnement de 10 ans à Marianne, mais partage entièrement ton avis sur cet Hebdo et sur l’étrange présence d’ Eric Dupin, en son sein.

Bon retour, Eric !

Eric Dupin

Mateo,
J'ai bien ri en lisant votre reve cauchemardeux ! Sur le fond, vous avez vu juste: les gens de droite trouvent - a juste titre - que je ne suis pas des leurs, et ceux de gauche me reprochent de faire passer ce que je crois etre la verite avant leurs lubbies... On peut evidemment se demander ce que fait le journalisme la-dedans !
Sur la forme, vous etes moins perspicace. Quand Mougeotte m'a censure pour m'ecarter, il s'est bien garde de me convoquer. Il n'a meme pas eu le courage de me prendre au telephone. Quant au debat collectif a Marianne, il n'existe tout simplement pas. Contrairement a celle de Liberation (liberal-libertaire pour le meilleur et pour le pire), sa tradition est tres autoritaire. Raison de plus pour moi de ne pas y rester...
Un grand merci a tous ceux qui m'ont manifeste ici leur sympathie - j'avoue en avoir un tout petit peu besoin.

Erick

"les gens de droite trouvent - a juste titre - que je ne suis pas des leurs, et ceux de gauche me reprochent de faire passer ce que je crois etre la verite avant leurs lubbies..."

Et, le sachant, les gens de droite n' ont rien à vous reprocher (si ce n' est de les faire bondir de temps en temps, ce que vous leur permettez) !

Bonne chance et à bientôt.

DD

C'est vrai que l'association "Mougeotte" et "courage" est aussi incongrue que celle de la poule et du couteau.

Et encore. On aurait plus vitre fait d'apprendre au couteau à pondre.

"Quant au debat collectif a Marianne, il n'existe tout simplement pas." Mais voilà qui ferait un excellent sujet de note, non !

Annick

Vous auriez pu exercer sur ce site une influence qui aurait amélioré le niveau des articles, car on y décèle facilement de l'amateurisme, parfois de la vulgarité, et c'est dommage, car en contrepartie, on peut y écrire à peu près tout ce qu'on veut alors que la censure est franchement pénible au point de renoncer sur d'autres sites.
On pouvait donc craindre que ce soit vous qui vous adaptiez à Marianne2.fr.
C'est à votre honneur de ne pas vous abaisser, très rare chez les journalistes!

Eric Dupin

Annick,
Croyez que j'aurais bien voulu contribuer à améliorer le site de Marianne. Hélas, pour toute une série de raisons, c'est vite devenu mission impossible. Quant à la liberté des commentaires, c'est vrai qu'elle tranche heureusement avec le censure pratiquée par d'autres. Mais c'est au prix de discussions polluées par nombre de propos injurieux et délirants.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité