Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Convergence CGT-CFDT | Accueil | Griffes russes »

29 juin 2008

Commentaires

Karedig

Prendre des portraits à la gay pride est un plaisir : les gens vous sourient.

A part ça, il y avait plus de personalités du PS dans le carré de tête que le 17 juin, mais c'est une autre histoire...

BA

Dimanche 29 juin 2008, sur le site du journal Ouest-France :

Sondage : les Français peu confiants dans l'Europe.

Alors que notre pays prend mardi 1er juillet la présidence de l'Union Européenne, les Français doutent plus que d'autres des bienfaits de la construction européenne, selon un sondage BVA.

Pour un Français sur trois, l'Europe est une source de crainte. Parmi les Vingt-Sept, nous sommes l'un des peuples les plus inquiets. À en croire l'Eurobaromètre de printemps, même les Irlandais, un mois avant de dire « non » au traité de Lisbonne, étaient 65 % à avoir une image positive de l'Union. Nous ne sommes que 30 % à y puiser de l'espoir, soit moitié moins qu'il y a cinq ans (61 %). Le sentiment des Français à l'égard de la construction européenne s'est considérablement dégradé.

Au moment où notre pays prend la présidence de l'Europe, les résultats de notre sondage sont « politiquement dévastateurs », selon Jérôme de Sainte-Marie, consultant de BVA opinion.

Il semble que la perception des effets de la mondialisation sur la situation personnelle des personnes interrogées soit un critère fort de différenciation. Ainsi, 13 % seulement des ouvriers voient une chance dans la construction européenne, contre 49 % des cadres supérieurs.

http://www.ouest-france.fr/Sondage-les-Francais-peu-confiants-dans-l-Europe/re/actuDet/actu_3631-655364------_actu.html

Je sais bien que ça ne plaît pas à tout le monde sur ce blog, mais il faut peut-être prendre Jean-Michel Aphatie au sérieux : il y a quelques jours, sur son blog Jean-Michel Aphatie écrivait une chronique intitulée « Europe, une idée morte ».

Qu'on le veuille ou non, qu'on s'en félicite ou qu'on le déplore : en France, l'idée européenne est morte.

flamant rose

Cette année la gay pride avait pour thème les discriminations à l'école et elle s'appelle marche de la fierté. Pourquoi fierté? On n'en sait trop rien.

Je connais des homosexuels qui vivent leur vie, ils ne s'exhibent pas, ils ne sont d'ailleurs pas favorables à ces manifestations. Par contre on connaît de nombreux cas de jeunes adolescents victimes de ces discriminations à l'école : les gros, les maigres, les petits, les grands, ceux dont les parents ont de d'argent etc.... Eux ne défilent pas et souffrent en silence.

Cette démarche est une dérive communautaire qui n'est pas du goût de la majorité des homosexuels. Elle est faite pour provoquer, elle est l'œuvre d'exhibitionnistes et elle risque de provoquer l'effet contraire de ce qu'elle prétend incarner. Et puis ce que l'on ne nous dit pas, c'est qui subventionne et à quelle hauteur ?

Lorsque j'habitais Cannes j'allais au carnaval de Nice et à la fête du citron à Menton. Pratiquement toutes les villes des Alpes maritimes et du Var ont leur corso fleuri. Dans ces manifestations les chars sont fleuris, les filles vêtues de magnifiques tenues, j'y ai fait également de belles photos et puis ce sont des manifestations qui sentent bons. Tout le monde est là pour faire la fête, la vraie, sans arrière pensées.

Annick

A découvrir aussi, une exposition au museum d'histoire naturelle de Nantes: http://www.nantes.fr/decouverte/actualites-decouverte/gorilles-au-museum.html

BA vous êtes toujours hors sujet.

Elodie

Je n'aime aucune manifestation de communautarisme, peu importe la communauté.

ça nous conduit au pire, et au départ à la fragmentation d'une société déjà mal en point.

Soyons vigilants.

http://www.levraidebat.com

Annick

Finalement, on a l'impression que ce sont les minorités qui font la loi dans ce pays, du moment qu'elles ont le goût de l'exhibition et de la persécution.
Pendant ce temps, les autres ... subissent ... contraintes au silence ...
On appelle ça ... la liberté et ... la politique.

chatel

@ FR
« On connaît de nombreux cas de jeunes adolescents victimes de ces discriminations à l'école : les gros, les maigres, les petits, les grands, ceux dont les parents ont de l'argent etc. » Pourquoi n’évoquez-vous pas aussi -et même plutôt- le cas des enfants dont les parents n’ont pas d’argent ? Ceux-là souffrent doublement : de la discrimination qui les frappe mais aussi de la situation objective qui est à l’origine de celle-ci. Croyez-vous vraiment, comme certains à l’UMP, que les riches sont plus à plaindre que les pauvres ? Comment expliquez-vous alors qu’il y ait encore des riches en France sachant qu’il ne dépend que de soi de ne plus être riche (alors qu’il ne dépend pas que de soi, symétriquement, de cesser d’être pauvre) ?

flamant rose

@ Chatel

Face au procès d'intention je ne cherche pas à me défendre. Je trouve ça inutile.

D.H.

Dans le cadre strict de l'orthodoxie sarkozyste, chatel, il ne dépend au contraire que de soi, de cesser d'être pauvre.

Pour le dire autrement: "si le pauvre est pauvre, c'est uniquement de sa faute!"

La figure du looser est ainsi ce qui hante le sarkozyste ; un véritable cauchemar pour lui. Et il est inévitable que certains apprennent à jouer avec cela.

chatel

@ FR
Merci de nous avoir rassurés et désolé d’avoir mal interprété votre propos.
Reconnaissez toutefois que ma réaction était légitime tant il est vrai qu’aujourd’hui, paquet fiscal oblige, les riches sont souvent présentés comme étant plus à plaindre que les pauvres.
J’ajoute qu’il n’est pas rare d’entendre -y compris dans la bouche de certains dirigeants socialistes- que les riches ont bien mérité d’être riches, ce qui suggère symétriquement que les pauvres ont, quant à eux, mérité d’être pauvres.

chatel

@ DH
"Dans le cadre strict de l'orthodoxie sarkozyste, chatel, il ne dépend au contraire que de soi de cesser d'être pauvre". Parfaitement. Mais en affirmant l'inverse entre parenthèses, j'exprimais mon propre point de vue, lequel me semble plus fondé que celui de NS en tant qu'il reconnaît, comme il se doit, la part de contingence qui affecte nécessairement toute existence.

flamant rose

Ce que j'ai voulu montrer en faisant ressortir que pouvaient être victimes de discriminations à l'école les enfants de gens aisés ce sont les brimades dont il sont parfois sujets. Ce qui est dommage c'est qu'il faille mettre les points sur les I et les barres sur les T pour se faire comprendre. Un jeune d'une douzaine d'années n'a pas à être victime de racket parce qu'il a des "nikes" aux pieds, il n'a pas à se faire insulter par des mots ou expressions qui lui échappent tels que "sale bourge", il n'a pas à se faire traiter de "fils à papa"..........Et ce n'est pas parce on tient ce genres de propos que l'on a du mépris pour ce qui ont moins ou pas d'argent, où alors on ne peut plus rien dire.

Je maintiens que à l'école il y a beaucoup plus de discriminations qui portent sur le physique où la situation sociale que sur l'homosexualité. Cela me paraît évident.

Bastien

DH et Chatel, mais que vous êtes désespérants !
Ceux qui ont mérité d'être "riches" (à partir de 4000€ ?), c'est sous-entendu en raison de leurs efforts, de leurs compétences, des risques qu'ils ont acceptés de prendre, des sacrifices consentis sur leurs vacances, souvent au détriment de toute vie familiale...
Le corollaire n'est pas du tout que les pauvres ont mérité de l'être : les conditions, les circonstances de la vie, les opportunités ne se sont peut-être pas présentées à eux.
Et tout simplement certains n'ont pas les capacités : l'égalité s'entend en droit, pas en génétique, chers amis !
Comme vous ne pouvez nier que pour d'autres, il est bien confortable de se contenter de peu...plus les aides sociales : ok, mais qu'ils ne se plaignent pas et n'envient pas les "riches".
Pathétique...Et quelle patience a FR !

Erick

Au fait, dans la série "Marchons ensemble", les retrouvailles Besancenot-Rouillan, ça n' inspire personne ?

Trésor de bienfaits

@Bastien
"Et tout simplement certains n'ont pas les capacités : l'égalité s'entend en droit, pas en génétique, chers amis !"

Nous y voilà! C'est très simple : les pauvres c'est des cons.

hanse

Pourquoi suis-je toujours d'accord avec Flamant rose?...et pourtant ,on n'a pas défilé ensemble!

Si l'occasion m'avait été donnée par un coup de baguette magique (on remarquera que je me suis abstenu de rajouter le "r" provocateur) j'aurais bien fait des photos de Pompéi ou de Sodome et Gomorrhe :l'art pour l'art,concept Baudelairien...

Merci Eric Dupin pour ces photos!

D.H.

La réponse que vous apportez, Bastien, montre que vous n'êtes pas dans la stricte orthodoxie sarkozienne, à la nuance près soulignée par TDB.

Mais même, de toutes façons: les "efforts", les "sacrifices consentis sur leurs vacances, souvent au détriment de toute vie familiale" que vous invoquez comme justifiant la richesse des riches, c'est précisément ce qui est de plus en plus demandé à des salariés toujours moins bien payés.

Pour les "compétences", d'accord ; mais pour "les risques qu'ils ont accepté de prendre"("ceux qui ont mérité... d'être riches"),lorsqu'on considère la précarisation croissante des conditions de vie des salariés, celle-ci, cette précarisation et toutes les menaces qui l'accompagnent, vaut bien ceux-là.

Bastien

TDB
Si vous tenez à faire une traduction aussi fine de mes propos, c'est votre droit : cela démontre s'il en était besoin, le degré idéologique et doctrinal de votre propre pensée.
Qu'il y ait des plus cons que d'autres est indubitable, non ?
Des plus flemmards et des plus courageux aussi ?
En revanche, je n'ai jamais dit que le con devait fatalement être "pauvre".
Je n'ai jamais dit non plus qu'il n'y avait pas un facteur chance : relisez-moi, je parle d'opportunités et de circonstances de la vie.

Et pour tout vous dire, ces débats sur les "pauvres" et les "riches" dont personne n'est foutu de s'accorder sur la définition , et dans la France du XXIème me gonflent à un point... On se croirait sous Brejnev !
Bien cordialement.

Trésor de bienfaits

@Bastien
"Le corollaire n'est pas du tout que les pauvres ont mérité de l'être : les conditions, les circonstances de la vie, les opportunités ne se sont peut-être pas présentées à eux.
Et tout simplement certains n'ont pas les capacités..."

Excusez-moi. J'ai cru, me fiant à de vieilles leçons de grammaire, que "certains renvoyait exclusivement à "pauvres " :)

Criticus

Je m'étonne qu'Eric Dupin, si prompt à dénoncer le manque de républicanisme de Nicolas Sarkozy, ait apporté sa caution à une manifestation aussi peu républicaine... saisissant, vraiment.

chatel

@ FR
Etre racketté parce qu’on possède des nikes, ce n’est pas subir une discrimination, pas plus qu’être cambriolé quand on possède une belle maison ou être importunée quand on est une jolie femme. Un enfant qui est exclu de sa classe parce qu’il n’a pas de nikes est victime d’une discrimination, pas celui qui est racketté parce qu’il en a (et non parce que ses parents sont riches).

@ Erick
J’espère que vous saurez aussi apprécier la patience dont je fais preuve en prenant la peine de rappeler de telles évidences.

chatel

Désolé Erick, ma dernière remarque était en réalité destinée à Bastien.

Erick

Chatel,

Faites-vous référence à mon commentaire d' hier à 10:10 ?

Si par mégarde vous avez pris le commentaire de Bastien (10:06) pour mien, sachez qu' effectivement je le partage et que l' opposition stéréotypée riches favorisés - pauvres persécutés et les conclusions qui en sont tirées tout aussi mécaniquement ne sont pas pour moi des "évidences".

chatel

@ Bastien
« Le corollaire n'est pas du tout que les pauvres ont mérité de l'être : les conditions, les circonstances de la vie, les opportunités ne se sont peut-être pas présentées à eux. »
L’argument que vous utilisez pour disculper les pauvres, du moins certains d’entre eux (ceux qui ne sont ni dépourvus de capacités ni paresseux), devrait logiquement vous conduire à relativiser les mérites de certains riches (« les conditions, les circonstances de la vie, les opportunités se sont peut-être présentées à eux »).
«Il est bien confortable de se contenter de peu...plus les aides sociales : ok, mais qu'ils ne se plaignent pas et n'envient pas les "riches" ».
Soit, mais il est beaucoup plus choquant encore d’entendre les riches envier les pauvres parce qu’ils ne payent pas l’ISF et n’ont pas droit aux aides sociales alors que, je le répète, il ne dépend que d’eux d’être dans la situation de ceux qu’ils envient.

Erick

Deux fautes : une de syntaxe (les pauvres n' auraient pas droit aux aides sociales) et une de jugement (les riches envient les pauvres).
Quand le simplicisme confine au délire.

chatel

@ Erick
J’ai en effet confondu votre commentaire et celui de Bastien mais puisque vous jugez stéréotypées mes propres positions, permettez-moi de les préciser.

1) Je ne nie pas que les riches puissent également faire l’objet de discriminations mais :
a) la discrimination est un phénomène dont les pauvres ont à souffrir plus que les riches dans la mesure où la discrimination redouble la misère sociale. Tel était le sens de ma première réaction au commentaire, selon moi choquant, de FR («On connaît de nombreux cas de jeunes adolescents victimes de ces discriminations à l'école : les gros, les maigres, les petits, les grands, ceux dont les parents ont de l'argent etc.»).
b) l’exemple du racket utilisé par FR dans sa réponse («un jeune d'une douzaine d'années n'a pas à être victime de racket parce qu'il a des "nikes" aux pieds ») n’est pas pertinent car il ne s’agit pas là d’un cas de discrimination (ni au sens pénal ni au sens sociologique du terme). Encore une fois, l’enfant dont nous parle FR est injustement racketté parce qu’il a des nikes et non parce qu’il a des parents riches.

2) Le commentaire de Bastien (1er juillet 10h06) me semble difficile à approuver.
a) Il introduit une asymétrie impossible à justifier entre les riches et les pauvres : les riches devraient en effet exclusivement leur richesse à leurs mérites alors que la pauvreté s’expliquerait, quant à elle, par l’absence de mérite (la paresse) mais aussi par le manque de chance (« les conditions, les circonstances de la vie, les opportunités ne se sont peut-être pas présentées à eux »). Comme si la fortune ne devait pas aussi parfois quelque chose à la Fortune.
b) Il dénonce l’envie des pauvres à l’égard des riches (« qu'ils ne se plaignent pas et n'envient pas les "riches" ») tout en laissant entendre que les riches seraient fondés à envier les pauvres («il est bien confortable de se contenter de peu...plus les aides sociales »).


chatel

@ Erick
Quand on en est réduit à relever des fautes de syntaxe et à dénoncer des pseudo-fautes de jugement sans fournir la moindre argumentation à l’appui de ses dires, on est particulièrement mal placé pour reprocher aux autres leur « simplicisme ».

Erick

Trés cher Chatel,

"Soit, mais il est beaucoup plus choquant encore d’entendre les riches envier les pauvres"

Ou est l' argumentation ? :-))))

chatel

@ Erick
Prenez la peine de lire ma phrase en entier (2 juillet 8h58)...

Erick

Ben, justement, je l' avais déjà lue ...

A vous qui avez de la ressource, je me permets de re-poser ma question qui apparemment n' intéresse que moi :

"Au fait, dans la série "Marchons ensemble", les retrouvailles Besancenot-Rouillan, ça n' inspire personne ?"

Bastien

Je ne recherche pas les termes exacts...de mémoire, la phrase entière de Chatel dit qu'il est choquant d'entendre les riches envier les pauvres, parce qu'ils ne paient pas l'ISF et touchent des aides sociales.

C'est du Grand Guignol !
Et encore une fois, vous ne pouvez pas dépasser votre terminologie "riches" et "pauvres" ?

Ozenfant

"Les hommes sont conservateurs de ce qu'ils possèdent et communistes du bien d'autrui."

chatel

@ Bastien
«Il est choquant d'entendre les riches envier les pauvres, parce qu'ils ne paient pas l'ISF et touchent des aides sociales. C'est du Grand Guignol ! »
Vous laissez pourtant entendre que les riches auraient quelques raisons d’envier les pauvres lorsque vous écrivez : « il est bien confortable de se contenter de peu...plus les aides sociales ». C’est ce que suggère aussi FR lorsqu’il affirme que les enfants qui ont les moyens de s’acheter des vêtements de luxe subissent une discrimination parce qu’ils sont plus souvent rackettés que les autres.
Pour ma part, je ne crois certainement pas que les riches soient plus à plaindre que les pauvres et c’est la raison pour laquelle -je l’ai souvent écrit ici- j'estime que le paquet fiscal était non seulement irresponsable et inefficace, comme on s’accorde généralement à le reconnaître désormais, mais aussi foncièrement injuste.

Erick

Re- :-))))

Alors, Besancenot-Rouillan ? Aucune argumentation ?

Erick

Sans doute y a-t-il des fiertés qui mériteraient qu' on en parle davantage que d' autres.
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/

eczistenz

Les homosexuels ne sont en rien responsables du fait que la sphère médiatique ne s'intéresse pas aux soldats français en opération à l'extérieur.
Il est assez hallucinant de lire que "ce sont les minorités qui font la loi" : je ne dois pas vivre dans le même pays... musulmans, homosexuels, colorés divers, effectivement tout va bien pour eux.
Les homosexuels français sont au contraire de beaucoup de mouvements LGTB dans le monde absolument pas communautarisme. La preuve, ils ont toujours combattu pour avoir des droits comme les autres, et non pas des droits "spécifiques". A travers l'universalisme du PACS, ou des droits liés aux beaux parents, ils "profitent" de lois générales, et en cela, Sarkozy a joué le jeu.
Sinon, je suis tout à fait d'accord avec Chatel sur le fait que celui qui porte des Nike n'est pas victime de discrimination. Sinon j'aimerai bien des détails, pour mon édification personnelle, sur "le confort" qu'il peut y avoir à vivre d'aide sociale (ca sent l'imagerie d'Epinal de celui qui n'a jamais eu à vivre d'aide sociale...), comme j'aimerai plus de précisions sur le spleen et le mal être des riches...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité