Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Deux PS | Accueil | Mandat impératif »

05 septembre 2007

Commentaires

Belgo3.0

je ne comprends pas que, alors que le maire se dit socialiste, l'activité ait été affermée à une entreprise aussi capitalistique que Jean-Claude Decaux.

Je rappelle que l'entreprise Decaux a été par le passé melée à des incriminations pour corruption politique.

http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=10842

N'était il pas possible pour un maire, s'il est socialiste, ou pour une région, si elle est dirigée par des socialistes, de spécifier des conditions "équitables" d'attribution de marché ? Les SEM de la Ville ne pouvaient elles pas mettre une SCOP sur les rangs ? Rendre l'actionnariat du vélo un peu plus public, au sens particulier du terme (comme la Bourse) ?

Sinon, d'accord pour le reste : Paris est une société violente. Reste à savoir quel est le rôle du socialisme là dessus.

Pierre le Belge de Lille

Nikita Malliarakis

En tant que piéton pratiquant, je suis bien d'accord quant au fréquent manque de civisme des cyclistes, qui sont parfois plus malotrus que les automobilistes. La jungle urbaine à Paris (sans parler de l'Ile-de-France) ne sera à mon avis vraiment pratiquable que quand les transports en commun, RER et TER compris, fonctionneront 24h/24. On en est loin...

franck

Mettre des vélos dans la jungle parisienne du jour au lendemain est bien beau, encore faut-il que les infrastructures suivent! Or je ne pense pas que ce soit le cas.
A Strasbourg, il faut le noter, les responsables politiques ont, pour une fois, eu l'intelligence de faire suivre les infrastructures au fur et à mesure de la mise en place de stations vélos. et ça se passe plutôt bien.

Au moins ça servivra à faire descendre un peu le taux de surpoids en France, quoique...


A paris on vous a balancé ces vélos et op débrouillez vous! il faut diree que dans la capitale on ne devait plus trop savoir ce qu'était un vélo mouarf, les bobos doivent être enthousiastes de redécouvrir un tel engin.

JD

"Paris est une société violente. Reste à savoir quel est le rôle du socialisme là dessus."

Rendez-nous le gentil Tibéri !

(Que Paris soit une société violente, j'en ai eu la preuve une veille de Noël au matin, où avec un ami nous faisions Père Noël-Père Fouettard pour les commerçants de notre petite ville, distribuant les bonbons à tout va. On arrive à la hauteur d'un monospace du 75 bourré de gosses qui tendent les mains, on tend les nôtres.. et hop, le verrouillage des portes tombe, actionné par le chauffeur !

jmdesp

Le problème est que le métro est proche de la saturation, surtout aux heure de pointe. Ces dernière années la politique défavorable à l'automobile a poussé pas mal de monde vers le métro, mais il est de plus en plus saturé ce qui limite ce mouvement. Lorsque les embouteillage condition de circulation rende la voiture aussi lente que les transport en commun, on se tourne vers eux, mais lorsque les conditions des transport en communs sont intenable, on préfère se décontracter dans sa voiture même bloquée dans les embouteillages.

Avant on avait :
- parisien : utilise métro
- banlieusard : utilise voiture

Avec le vélib, on peut passer à :
- parisien : utilise vélib
- banlieusard : utilise train/métro

bernard

Plus de monde à pédaler = moins d emonde dans le métro et bus. Tant mieux !
Tout ce qui va dans le sens d'une offre multiple de moyens de transport et de locomotion est préférable à la sempiternelle alternative voiture/métro.

Il y a encore beaucoup trop de voitures dans Paris. Ca se sent en fait ! L'odeur de la pollution n'est pas toujours supportable.

Franck Boizard

"Rien n'indique que Vélib' permettra de réduire la part de la voiture dans les transports parisiens. "

Si vous avez pu penser que Vélib serait une solution aux problèmes de transports, vous êtes bien naïf : malgré son "succès", Vélib concerne moins de 0.3 % de la population de la région parisienne. Vélib ne répond pas à un problème de transport mais d'image et donc d'élections.

Si les gens utilisent tant leur voiture, ce n'est pas pour le plaisir de déplaire aux écolos, c'est parce que c'est le moyen le plus pratique pour se déplacer.

Soit on leur propose un moyen alternatif aussi pratique (utopique ?), soit on les empêche d'utiliser leur voiture bien qu'elle ait leur préférence (je suis contre la coercition pour des motifs fumeux, c'est le cas de le dire).

Bref, Vélib était étudié pour faire causer, ça marche.

pvdg

D'accord avec toi dans l'ensemble. Mais je prolongerais ton point 3 en disant qu'une "désaturation" du métro sera la bienvenue.

Un ex-voisin de bureau.

jean marc dubois

bon je veux pas vous embeter, mais à lyon, l'expérience a déjà plus de deux ans ... et n'en est plus une! je suis un pratiquant quotidien ou pluri quotidien, pour tout un tas de petis déplacements dont certains ateignent 30 minutes: ca me lave la tete en sortant du bureau!
velo'v ici, velib à paris, c'est un moyen de de se déplacer simple et autonome, tres pratique pour une persone seule, tres souple aussi - pas d'horaire, maillage ses stations tres pratique...
il ne semble pas destiner à remplacer un moyen de transport, mais à venir en complement, à distraire de l'idée, par exemple, que se déplacer = voiture, que se deplacer = attendre la rame: j'ai diminé de 60% mes déplacements voitture intra muros!
quand le maillage sera en adéquation avec les déplacements, d'ici un an ou deux ce probleme de ne pas trouver de vélo ou de ne pas pouvoir ranger son vélo deviendra rare
les automobilistes aussi, je l'espere, suivront ce qui se passe ici où les ils sont plutot tres intolérants: mais les vélos gagnent leur place, on ne peut plus les ignorer, les frottements se font rares
quant aux pistes cyclables, elles devraeint etre une des promesses des municipales 2008: on verra!

matéo

Le respect du Code de la Route par les cyclistes est de mon point de vue à peu près le meilleur moyen de mourir jeune à Paris. J’avais déjà noté pas mal d’années en arrière, faisant quotidiennement le trajet Mairie du XIXème – les Champs, que démarrer en même temps que les voitures arrêtées au feu rouge participait d’une version 2.0 de la « roulette russe ».

La chose n’a pas dû s’améliorer puisque nombre d’axes ont été rétrécis, et que l’écoulement du trafic est devenu plus long. L'automobiliste déjà passablement énervé et irascible, semble être devenu du coup un haineux de la vie. Les automobilistes arrêtés à un feu ont quelque chose à voir avec un départ de Grand Prix en formule 1. Quand le feu de la voie opposée passe à l’orange, on entend immédiatement les boîtes de vitesse grincer, les p’tits gars passant la première, et les moteurs ronfler, monter en régime. Au vert libératoire, c’est à celui qui sera le premier bloqué 50 ou 100 m plus loin. Autant vous dire que le cycliste, même calé à droite, n’existe tout simplement pas, et le différentiel de vitesse est le vrai facteur de risque. Pour peu qu’un excité, en retard à son rendez-vous, déboîte comme un malade sur la voie de bus, pour immédiatement se placer devant son prédécesseur, et voilà potentiellement le cycliste bon pour la morgue.

Ce n’est pas par hasard qu’au pays du vélo, la Hollande, le feu des pistes cyclables sont décalés de quelques secondes en avance des voitures : le temps de s’élancer. Code ou pas code, un vélo conduit « tranquilou », permet de s’arrêter sur 1 m, de quoi laisser passer le flot de voiture de la voie opposée, ou des piétons, et d’enquiller dès que la voie est libre. Le sens interdit présente lui l’avantage de « voir venir » et de s’extraire des axes rouge de la mort qui tue. Dans ma belle ville de Colombes, la plupart des axes secondaires à sens unique, sont signalés comme utilisables dans les deux sens pour les vélos. Quand une camionnette ou un « gros cul » se pointent, il suffit de s’arrêter, voir de se mettre entre deux voitures en stationnement.

A 22 kg le vélib’, on comprend que le gars qui vit sur le haut de Belleville, prenne le vélo le matin, et rentre en métro le soir. C’est vrai que dinant chez des amis dans le 3ème, j’ai pu constater nombre de stations vides : celui qui compte sur le vélo pour se rapatrier a toutes les chances de rentrer à pinceau ou en …taxi. Perso, banlieusard, j’ai choisi le scooter : Pas de vitesse relative trop grande, maniable, « passant » même quand c’est bouché (enfin pas partout), facile à garer, et quand même rapide une fois le périph’ passé, et là pas de lézard respect total du code de la route, sinon bye bye les petits points !

Quant au « confort de la voiture même coincé dans les embouteillages », là c’est chacun son truc, mais pour moi, c’est Mars !

Tikia

Bonjour,

J'adore le système du vélib'. Un seul problème, trouver des stations avec des vélos ou avec des places de libre...
J'ai fait un site qui donne toutes ces infos et même plus !!!
Voici l'adresse : http://myvelib.free.fr

bernard

Vélib n'en est qu'à ses débuts, le système n'est pas parfait, le maillage encore insuffisant mais l'idée est bonne.

Ce système ne peut pas remplacer les autres moyens de transportmais il les complète bien. Il participe à augmenter l'offre des solutions alternatives au métro/bus et la voiture. De plus il ne concerne pour l'instant que Paris intra-muros et une faible proportion d'usagers mais qui augmentera peut-être avec le temps.

A titre perso je vais sans doute franchir le pas parce que le métro commence à me "courir" (trop de monde là-dedans!)

Donc, vive Vélib' !

bernard

Tikia

>"J'adore le système du vélib'. Un seul problème, trouver des stations avec des vélos ou avec des places de libre..."

Oui !

tefy

ça reste qd même intéressant... sauf que j'ai voulu tester ça sur la place de la Bastille aux heures de sortie des bureaux.... mais je suis pas suicidaire...

le métro a ma préférence quoique peu confortable... (ça dépend des lignes, la ligne 4 laisse parfois à désirer...)

otian

1. pénurie...
pas d'accord, les trajets se font dans tous les sens et pas uniquement aux arrivées et départ des bureaux, on voit des gens prendre le vélo pour aller du bureau à un rdv par ex en pleine journée et il y a des gens qui font le trajet inverse pour le travail! vous ne semblez voir que votre petit point de vue....
dans la journée des tas de gens se déplacent dans paris, pour des petits trajets, si ils le font à vélo, tant mieux!
enfin le plaisir de pédaler va peut-être amener certains à investir dans un vieux clou pour ne pas dépendre de vélib...

2. pas d'accord
je fais du vélo depuis 4 ans à paris (pour aller au bureau, et le week end pour des petites courses)
il suffit
- de s'habituer au trafic,
- de s'équiper d'un petit rétro pour voir ce qui arrive derrière,
- d'être conscient qu'on est tout petit par rapport au bus (et pas prioritaire également), prendre son temps, faire gaffe aux taxis qui EUX SONT DES CHAUFFARDS comme les SCOOTERS ET MOTOS (et bien plus dangereux qu'un vélo)
- de bien entendu respecter les piétons, et le code de la route et tout se passe correctement (c'est mon expérience jusqu'à maintenant)

3. réduire la place la voiture ?
je ne crois pas que vélib ait cette capacité, mais cela réduit peut réduire l'usage de la voiture pour des petits trajets (cf ce que j'ai écrit en 1.)
il faut plus de transports en commun idf / paris et intra idf
et des partkings à différentes portes de paris...
ou faire payer très très très cher l'entrée dans paris à ceux qui sont seuls dans leur véhicule (en fonction de la cylindrée, quelle bêtise d'avoir supprimé la vignette)? et tarifs dégressifs ensuite (idée que je ne sais pas comment mettre en place sauf avec un péage!

4. la jungle
oui, bien sûr mais bon là c'est titanesque comme boulot!
mais l'égoïsme ne recule pas, bien au contraire surtout avec les politiques qu'on nous propose!
désespérant, la jungle ne fait que croître de jour en jour

Eric Dupin

Tikia,

Bravo pour votre site, effectivement très utile puisqu'il permet de mémoriser ses stations favorites, de vérifier leur état et même de connaître leur historique de fréquentation !

Je redonne le lien:
MyVelib'

Et merci à tous pour cette intéressante discussion...

Gabriel

Bonjour,

Mais le vélib, ce n'est pas que pour les parisiens. Les touristes aussi l'utilisent pas mal. C'est une autre façon de se balader dans Paris. Et pour les pistes cyclables, c'est vrai qu'il y a du boulot, le pire ce sont les pistes SUR les trottoirs (style boulevard barbès et Jean Jaures), occupées par les piétons, poussettes, scooter. Pas mal aussi les pistes sur la gauche de la route, on doit couper la file de voiture pour prendre la piste.

Gatien

Modeste conseil d'un cycliste urbain (Grenoble) : dans les situations tendues, il convient parfois de rouler au mileu de la route et de gesticuler le plus possible, pour se faire remarquer et faire comprendre qu'il n'y aura pas de passage en force possible pour les automobilistes qui sont derrière.
Dans le cas contraire (si l'on se range timidement le plus à droite possible, frôlant les voitures en stationnement en priant pour qu'aucune n'ouvre sa portière) on incite en fait le conducteur à doubler en se disant que 5cm entre votre guidon et son rétroviseur sera bien suffisant.

Par ailleurs, je fais malheureusement souvent le même constat que Matéo, le respect du code de la route n'est pas toujours le plus sûr moyen d'arriver sain et sauf...

Gatien

Il me semble qu'à Lyon, ville très valonnée, des navettes déplacent régulièrement les vélos en excès dans les parties basses de la ville pour les ramener au sommet des collines.
Je suis étonné que rien de tel ne soit prévu à Paris.

matéo

"des navettes déplacent régulièrement les vélos en excès dans les parties basses de la ville pour les ramener au sommet des collines.
Je suis étonné que rien de tel ne soit prévu à Paris."

Ben si. C'est tout le boulot de Decaux, et à mon avis, c'est là où il mange son chapeau. L'essentiel du taf consiste à faire ce que l'on appelle du "rééquilibrage", en réapprovisionnant les stations vides à partir des pleines. Le truc, c'est que pour ce que j'en sais, ce travail de rééquilibrage ne se fait plus en soirée, d'où ces noctambules parfois pompettes, constatant avec effroi qu'ils devront rentrer à pied, parce que "a plus vélo".

Attention d'ailleurs, vélo + bourré = mêmes sanctions qu'en voiture avec suspension du permis. Les "bleus" ont reçu des consignes pour accentuer leur effort policier déjà fortement circonscrit à la chose routière, sur les néo-cyclistes, et là c'est marrant mais la "tolérance zéro" ils y arrivent.

Faites l'essai suivant. Il y a un "spot" pour les policiers sur les quais de Seine au bout de la rue des Saints-Pères. Le genre de "spot" tellement poissonneux, qu'ils s'y mettent à deux fourgonnettes, une dizaine de "Schmidt" et même un OPJ. Attendez sur votre Vélib que le feu passe au rouge pour vous, et engagez-vous la mine enfarinée sur le quai : enjoy !

Gatien

"Ben si. C'est tout le boulot de Decaux"

Très bien, le problème (1) de E.D. a donc en principe sa solution.
Matéo, je suis choqué par votre façon de parler des fonctionnaires de la maréchaussé. ;-)

Belgo3.0

bon dans un autre genre

http://www.velib-pourri.com/
(entendu ce matin sur Europe1)

évidemment ça fait tache...mais ce cher Baupin esplikait sur Europe1, par exemple sur les défauts du centre d'appel, que les chiffres qu'il reçoit de Decaux (1 minutes d'attente en moyenne sur le CA) ne correspondent pas au vécu des utilisateurs.

L'est marrant Baupin : en bon bourgeois va t il taper sur le méchant Decaux ? "On nous cacherait des choses ?". Ou bien admet il qu'il confie le controle du service à l'entrepreneur ? Tiens donc !
"Mairie socialiste", hein...

le Belge

pvdg

Pour ceux qui utilisent Netvibes : il existe un widget Vélib, qui vous indique en permanence le nombre de vélos et de places libres dans les stations qui vous intéressent. Pratique.

JD

Vu de mon sympathique petit trou du cul du diable, votre conversation est bien reposante ;-)

N'empêche que quand je vais à N... la grand ville, je fais comme matéo : je laisse ma voiture et prends le scooter.

Quelqu'un a vitupéré sur LES taxis, LES scooters et LES motos. Bof. Je crois que la goujaterie n'est pas liée au mode de déplacement. Mais je pense que certains automobilistes (ben j'en suis) réagissent mal sur les deux roues par, héhé, jalousie.

(Bon, pendant qu'on discute de Vélib', au moins on ne parle pas de Notre Seigneur ;-)

Karedig

@ Pierre le Belge de Lille :
L'attribution du marché à JCDecaux ou à Clear Channel du point de vue social c'est assez kif-kif. Des problèmes se posent en effet (les salariés de Vélib' n'ont pas droit aux avantages sociaux JCDecaux...)

Pour le reste : oui le dispaching entre stations vides en périphérie et pleines au centre n'est pas encore résolu alors que des transferts sont prévus mais actuellement peu efficaces.

@ Franck B : l'argument selon lequel Vélib' représente 0,3% de la population d'Ile de France (pourquoi pas la France tant qu'on y est) est irrecevable. L'impact se compte en usagers. La vraie question est celle d'Eric Dupin : quels transferts venant des usagers des transports en commun et venant de la voiture ? L'étude d'impact sera intéressante à suivre.

Reste le problème des pistes cyclables protégées (et pas simplement dessinées sur les troittoirs ou sur la chaussée) et là il y a un travail de longue haleine à faire.

Belgo3.0

Ce dont tu parles n'est pas social mais sociétal (cheques repas, égalité H-F, etc). Le social, c'est la situation de bien-etre qui résulte de la PROPRIETE de l'entreprise.

Le cas Vélib illustre bien à mon sens le velléitarisme des politiques en France : le "gestionnaire" (un bureaucrate comme un autre en réalité, car il ne produit pas) se teinte de valeurs mais il "oublie" de les appliquer jusqu'au bout.

Les "erreurs" de Vélib illustrent tout simplement le mode de conception (bureaucrate) ou d'exploitation de l'entreprise, qu'elle soit service privé ou public. "Gestion de projet" ("on améliorera plus tard"...alors que ça existe en France et à Lyon...."on" peut observer et préparer mais...) et absence de controle a posteriori.

D'autres intervenants l'ont dit : un peu de préparation, de concertation, et d'assujettissement du prestatataire à des objectifs auraient évité bien des tracas aux...financeurs : les Parisiens.

Parce que payer, c'est sur : tu vas le payer, mais tu n'as pas ton mot à dire...ni sur le produit...ni sur les conditions d'exploitation du personnel...
(exactement comme pour l'achat MacDo)

Pierre le Belge de Lille

Karl Marx

Au delà des problèmes quotidiens et pratiques que cela pose, des questions sociales ou sociétales, de l'attribution du marché à Decaux etc., je trouve l'opération intéressante dans la volonté de modifier enfin la circulation à Paris. Enfin, j'espère vraiment qu'il s'agit d'une véritable volonté de le faire, mais je suis comme ED, je pense qu'il faudrait envisager le problème de façon plus globale: pourquoi ne pas enfin créer de grands parkings publics à l'entrée de Paris, limiter d'une façon ou d'une autre le nombre de voitures en ville, re-favoriser le co-voiturage, baisser le prix des taxis (après avoir limité la bagnole privative, bien sûr!), etc. La City de Londres est bien plus agréable depuis l'instauration du péage, par exemple.
La remarque d'ED sur les transferts "métro-usagers vers cyclistes" est intéressante: ce sera utile d'avoir des statistiques, d'ici quelques mois, pour savoir si le trafic auto a diminué, ou bien si c'est la fréquentation du métro qui aura baissé.

Guzet

Le point 4 décrit, à propos d'un cas concret et immédiatement observable, un phénomène de fond qui concerne, de manière plus générale et, pour l'instant, plus insensible l'ensemble de la vie sociale... et dont on n'a pas fini de percevoir les conséquences....

Belgo3.0

d'accord Vélib et le vélo sont une partie du paysage violent des cités modernes.

Reste encore à savoir POURQUOI ce paysage est violent. Désolé, mais je n'ai que le marxisme comme outil d'analyse des causes de ce phénomene. Quelqu'un peut conseiller un autre outil ? Marchenoir peut etre ? "KarlMarx_Dérision" ? mmh ?

Je sais que la mise en cause de cette violence autrement que par le concept velleitariste "insécurité" peut gêner les intérets de ceux générent cette violence. Ce que je constate c'est que COMME PAR HASARD ces censeurs, ces violents soutiennent des méthodes telles que le médicament "entreprise Decaux".

Vous avez un cancer de la tête ?
Prenez de l'aspirine...Vive Vélib' !

le Belge

Ozenfant

Moi, je m'en tape, du vélib, j'habite Montpellier et je me déplace en Scoot.
Mais si je comprend bien ce que vous dîtes:

1° L'idée du Vélib est extraordinaire.
2° Le vélib est trop lourd, mal répartit, sans pistes cyclables adaptées.

Pour résumer votre pensée (et comme pour les J.O.): Bertrand a foiré l'infoirable ?

Ozenfant

Karl Marx,

Il existe un système de circulation utilisé depuis très longtemps dans de nombreuse mégapoles.
Il est tellement évident et logique que personne ne le remarque plus… comme les feux rouges synchronisés ou les croisements sur deux niveaux.
Ce système «fil a couper le beurre» s’appelle [Circulation à flux différenciés].
Il fonctionne comme un réservoir d’eau.
Si vous voulez que le réservoir soit sous pression, (ou la Ville embouteillée) vous utilisez autant de tuyaux d’entrée d’eau que tuyaux de sorties, ( de voies d’entrées que de voies de sortie).
Si vous voulez que le réservoir soit en dépression (ou la ville dégagée) il suffit d’utiliser plus de tuyaux de sorties que d’entrées (d’utiliser sur chaque grande artère 1 voie rentrante pour 2 ou 3 voies sortantes).
Rien n’empêchait l’équipe de doux rêveurs de la Mairie de Paris de faire cela Bd Magenta et sur toutes les Gdes artères… sauf leur formidable propension à se croire infaillibles.
C’était moins cher, plus rapide à réaliser, moins polluant, moins élitiste (pour les banlieusards).

Franck Boizard

Je pense avoir trouvé beaucoup mieux que vélib :
http://www.archinode.com/mitcar1e.html

Vélib m'a toujours paru devoir concerner un groupuscule (même si ce groupuscule se fait une très haute idée de lui même et fait bcp de bruit) tout simplement parce qu'un vélo, ça n'est pas pratique (J'observe les Vélibs que je vois : à 99 %, ce sont des jeunes avec bagages légers ou sans bagages. Vieux, handicapés, familles, voyageurs lourds, passez votre chemin).

Bref, Vélib est un plaisir du microcosme.

Alors que l'idée du MIT que je mets en lien me paraît plus viable car adaptée à des populations plus variés.

bernard

@ Franck Boizard

Oui et combien çà coute ce genre d'insecte ?

Insecte qui d'ailleurs prend plus de place qu'un vélo ! Et le problème dans une ville comme Paris c'est bien pla place.

monik

Comment faire lorsque l'on habite en banlieue,certe privilégiée,que l'on a un certain age,que 'on craint les transports en commun...Au placard sans doute?Gadget ce Velib,les vrais problèmes sont ailleurs.

Gatien

Je ne vois pas bien l'intérêt de tirer sur l'ambulance.
Le vélo en ville ne résout pas tous les problèmes.
Oui, quand on est endimanché on n'a pas forcément envie d'arriver tout transpirant.
Oui, quand il pleut c'est pas terrible.
Oui, si on a deux valises c'est impossible.
Et alors?
Si des jeunes sans bagages prennent un vélo plutôt que leur voiture, un jour de non-pluie, c'est déjà çà de gagné non?

A Grenoble, où il existe des pistes cyclables dignes de ce nom, je vois des gens relativement agés sur des vélos.
Au pays-bas, j'ai vu un tas de gens avec des cravates sur des vélos. Pourquoi pas à Paris?

Une des choses qui limitent l'usage du vélo en France, c'est que la voiture reste un objet de fierté pour beaucoup, alors que le vélo donne une image de baba-cool, de bobo, pas sérieux (comme le montrent certaines des contributions précédentes).
Il y a besoin d'opérations médiatiques pour renverser cette image, et faire qu'un jour (rêvons un peu), celui qui arrive au bureau à vélo soit un peu plus admiré que celui qui arrive en 4x4.

Franck Boizard

Vous allez trouver ma question provocante, c'est normal : elle l'est.

Tous les commentateurs semblent acquis au fait qu'il faut inciter les gens à ne plus utiliser leur voiture.

Pourquoi ? Après tout, les conducteurs ont plus de 18 ans, ils sont adultes et responsables, si ils ont envie de prendre le volant (ce qui est légal, je vous le rappelle), pourquoi les en empêcher ou les culpabiliser ? Au nom de quoi certains (plus clairvoyants ? Plus intelligents ? Plus prétentieux ?) expliqueraient aux conducteurs ce qui est bon pour eux ?

A

Ben, mon Franck qu'est si clairvoyant, si intelligent et pas prétentieux du tout, au nom du fait que si tout le monde prend sa voiture, ça y en a pas bon car alors plus place dans Paris pour mettre voiture ! D'autant plus qu'avant d'atteindre place, il aura fallu vaincre embouteillage !

(Je dis ça parce que tes leçons sur tout et à tous ici, Dupin compris, elles commencent à te ridiculiser grave ;-)

Gargamel

Bof. L'introduction de velos en libre service est-elle vraiment l'action la plus remarquable que puisse entreprendre la capitale de la France au XXIeme siecle ? On nage en plein post-modernisme...

patrick

vous avez raison, moi aussi je suis adepte mais il y a un risque :
http://www.come4news.com/2007-le-velib-dans-le-collimateur-attention-aux-infractions-3.html

franck

Re bonjour sur ce sujet,

Ce programme Vélib' traduit tout de même une chose importante. Si une telle inauguration avait eu lieu dans une autre ville de province, on en aurait peut-être parlé le temps d'un JT, dans les derniers sujets. Or là on s'aperçoit que Vélib' a occupé une place importante dans tous les médias, et ce durant plusieurs semaines, faisant parfois même les unes!

Je pense cependant que bon nombre de français n'avaient que faire d'une telle information, à quoi bien cela pourrait leur servir de savoir que Velib' a été mis en place? est-ce si important ou tout simplement un coup de pub de plus de Mr Delanöé que les journalistes s'empressent d'aller mettre noir su blanc?

On peut donc constater qu'une majorité de journalistes sont enfermés dans leur microcosme parisien. Je vous laisse donc imaginer comment est traduit le reste de l'actualité...ça sentle regard bobo, vous ne trouvez pas?

Gatien

@Frank Boizard

Vous avez déjà entendu parler de pics de pollution à la radio ou a la télé?
J'ai une idée pour vous :
1- Fixez l'extrémité d'un tuyau à votre pot d'échappement.
2- Introduisez l'autre extrémité dans votre habitacle, que vous fermerez de manière hermétique.
3- Roulez heureux, vous êtes majeur, vacciné et ne dérangez personne (enfin... reste le bruit et les problèmes de stationnement...).

Attention pour que celà fonctionne, après arrêt de votre véhicule, n'ouvrez pas la portière avant d'avoir totalement filtré les gaz d'échappement avec vos petits poumons.

Sérieusement, je suppose que vous aviez déjà pensé au problème de pollution (et à son impact sur la santé), alors qu'avez vous voulu dire que je n'ai pas compris, avec votre question provocante?

Jef Tombeur

Peut-être n'est-on (Delanoë, Decaux ?) pas allé assez loin dans la logique. Le pousse-pousse avec chauffeur qu'on dépose où on veut (il rentrera de lui-même à son aire de rattachement) séduira peut-être les utilisateurs des voies urbaines habitués à se faire véhiculer.
Il n'est pas inutile de désengorger le métropolitain de ses passagers : c'est difficilement supportable aux heures de pointe. En revanche, les cyclistes pourraient finir par freiner la circulation automobile. Et décourager le tout venant de prendre sa voiture pour aller ailleurs qu'à l'hypermarché.
Bientôt, comme antan en Chine, uniquement des voitures d'industriels, de banquiers et de politiques précédées de motos leur ouvrant la voie : ah, que cela serait bien de ne se retrouver qu'entre soi !
C'est vrai que l'engin est lourd et c'est sans doute voulu afin qu'il ne finisse pas massivement exporté (comme les véhicules de luxe non protégés par des chauffeurs). Mais bon, contentons-nous déjà de ce que nos maîtres nous donnent et cessons de récriminer.

Ozenfant

Flamand Rose,

C'est très gentils à vous d'avoir fait une compilation des mes posts.
Donc j'ai bien compris que vous pensez que je suis un gros menteur, que j'invente mes relations avec Coluche, Lagardère et tout le reste. Je pourrais vous dire comme le dit Bernard Shaw: «Le châtiment du menteur, c'est qu'il ne peut croire personne». Je n’irais pas jusque là.
Quand vous disiez pour vous payer ma tête, que j’étais certainement aussi capitaine de l’équipe de rugby, vous vous trompiez d’occupation, mais vous ne croyiez pas si bien dire ! J'ai fait beaucoup d'autre choses que je ne peux pas dire sans dévoiler mon identité. Personnellement, je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de bizarre à avoir travaillé avec Jean Luc Lagardère, ou avoir écrit un discours pour tel ou tel homme (ou femme) politique, ou avoir présenté des projets au journal de 20h heures ou avoir été un proche de Coluche (et de pleins d’autre gens connus d‘ailleurs, dans mon métier c‘était très facile de les rencontrer)...
Mr. Dupin, je suis sûr en a connus encore dix fois plus de personnalités célèbres que moi.
Enfin, je ne crois pas, moi, vous avoir attaqué personnellement, pourtant votre parti pris politique est assez amusant.
Flamand Rose, si vous me disiez avoir connu Bernard Hinaut ou Jacques Laffitte, il ne me viendrait pas à l’idée de douter de votre parole !
C’est le fond et la logique du sujet qui doit être abordé, pas la défense de Mme Lagarde ou de Mr. Elie Cohen !

Henry Faÿ

La dépendance à l'égard de la publicité
**************************************

Ce n'est pas le fait que Decaux soit une société capitaliste qui fait problème mais que ce soit une entreprise de publicité à laquelle les panneaux de la ville sont affermés, ce couplage vélos en libre service publicité a et aura des effets très néfastes. Un des effets les plus néfastes est la situation de monopole que la société a ainsi conquise pour ses différentes prestations, publicitaires d'une part, de location de vélos d'autre part. Comment en effet détacher les contrats publicitaires du contrat de location de vélos, on ne peut pas rompre l'un sans rompre l'autre, ils deviennent indissociables... Decaux a réussi là un coup de maître, au détriment de la concurrence. On voit déjà que ce système risque de rendre très problématique, comme l'exprime très bien l'article de David Dornbusch dans Le Monde La banlieue otage de Decaux l'extension de vélib' à la banlieue. Les communes de banlieue si elles veulent avoir vélib' devront obligatoirement passer par Decaux, or sur le plan publicitaire, ces banlieues sont moins attrayantes que la capitale. Tous les systèmes informatiques sont détenus par Decaux, il serait difficile d'obliger à Decaux de les ouvrir à un éventuel concurrent même si un jour la chose devait se faire.

Ce choix en faveur de Decaux est symptomatique de la dépendance de la société vis-à-vis de la publicité, cette société succombant trop facilement aux illusions de la fausse gratuité de cette publicité, qui s'exprime en terme de contraintes et de démissions collectives. On ne veut pas payer un service public, on le paye non pas moins mais différemment et la morale civique n'y trouve pas son compte.
Henry Faÿ
[email protected]

Tophee

Un bravo a jean marc Dubois qui a tres bien resume les raisons pour lesquel le respect des feux rouges par les cycliste doit etre vu avec souplesse. Un velo qui demare est toujour instable, il a besoin de plus de largeur car il doit louvoyer pour conserver son equilibre. Bien entendu les exites du feu rouge n'en prennent pas compte et vous rasent avec leurs retroviseurs...

Pour en revenir a L'article, dont l'auteur se plaint du manque de piste cyclable. Je suis cycliste depus plus de 10 ans, parcourant environ 25 kilometres pas jours. Mon experience m'as aprise que les piste cyclable sont , au mieux, concue avec les bien etre des automobiliste en tete, et non celui des cyclistes ou des pietons. Au pire, ce ne sont que des lignes peintes sur le sol qui semblent indiquer au cycliste qu#il doivent uniquement utiliser les caniveau et les nid de poules.

La meilleur solution que je connaisse consiste a faire des voies de bus sufisament lager pour que les bus puissent depasser les velo sans danger et vice versa. De plus, automobiliste et pietons font tres attention s avant de traverser une voir de bus, ce qui n'est pas le cas avec les pistes cyclables.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité