Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« UMP isolée | Accueil | Fièvre Royal »

21 juin 2007

Commentaires

philbr

rien à ajouter tout est dit avec prescision, notamment dans le dernier paragraphe.

Tefy

"Et si, à l'épreuve des faits, il se révélait incapable de satisfaire les espérances soulevées lors de la campagne ?"

Il ne sera pas le seul mais il est vrai que la personalisation du pouvoir risque de lui faire porter directement le chapeau des difficultés surtout s'il compte s'expliquer directement devant le Parlement....

Mais contrairement à Chirac, je ne pense pas (à cette heure) qu'il y ait un leader "présidentiable" crédible... sans doute Copé ou Dutreil (qui a avait bien tapé sur Borloo) mais auront-ils les épaules pour s'opposer à Sarko ?

bernard

C'est clair!

Le PS plutôt que d'essayer vainement de contrer la politique sarkozienne et perdre son temps dans une posture stérile d'opposition, ferait mieux de se livrer à ce qu'il aurait du faire dès 2002 à savoir construire un vrai projet de société et ce d'autant plus qu'il en aura besoin pour 2017. POur que tous ceux et celles laissés au bord de la route du sarkozisme retrouve un espoir plutôt que de retomber dans l'escarcelle lepéniste.

Apparemment SR commence à faire l'inventaire :
Ségolène Royal affirme avoir dû défendre des idées qu'elle ne jugeait "pas crédibles"

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-926256@51-910156,0.html

le gauchiste repenti

N'en déplaise à la gauche, si Sarkozy applique un programme qui a réussi dans la plupart des pays européens, on ne voit pas pourquoi il n'aurait pas les mêmes résultats positifs. Et la gauche aura le plus grand mal à continuer à nous bassiner avec ses clichés mensongers sur l'enfer libéral!
P. S. J'ai vu avant-hier sur la chaine "Histoire" un documentaire passionnant sur les gauches européennes. On y voyait Lionel Jospin faire un discours en 1999, devant des Tony Blair, Gerhardt Schröder, Massimo d'Alema abasourdis, discours dans lequel le très moderne Premier ministre socialiste français expliquait qu'il fallait continuer à utiliser Karl Marx comme grille de lecture du monde actuel! C'est pas une blague! C'est peu dire que la gauche française a du pain sur la planche pour renouveler son logiciel idéologique. Remarquez que Jospin est plus moderne que certains : il y a quelque temps, un certain Gérard Mordillat (cinéaste de son état, paraît-il) déclarait chez Serge Moati qu'il trouvait son inspiration dans les discours de... Robespierre!

Monik

ET...si il y arrivait ?Pourquoi ne pas faire un peu confiance,pour une fois.J'attends avec impatience le commentaire de Flamand Rose qui sait si bien exprimer ce que souvent je pense.

Olivier

Eric Dupin viendrait-il de prendre sa carte de membre du parti des déclinologues ?

Ca y ressemble en tout cas. Et les 3 commentaires déjà postés aussi.

Pourquoi en France passe-t-on tout son temps à penser - dire - exprimer - supputer - pronostiquer toujours la défaite soit du nouveau pouvoir, soit du nouveau patron, soit du nouvel investisseur, soit du nouveau procédé, soit etc ... ?

C'est comme un sport national : on part du principe qu'il est mauvais. On attend ardemment qu'il se plante pour pouvoir dire "voyez je vous l'avez dit !".
Critiquer plutôt que proposer et construire, dévaloriser une espérance, négationner un projet sans attendre une seconde son déploiement mieux ses résultats.

C'est incroyable cette pathologie bien française de tirer éternellement vers le bas...

Y'en aurait à dire, mais je préfère m'arrêter là.

C'est bien de cette mentalité - pluri générationnelle - qu'il faut s'occuper en profondeur : faire de la France et des Français une société qui va de l'avant, qui positive...
Ceci à tous les niveaux de notre vie sociétale politique sociale économique ...

Bref, la vraie vie quoi, celle qui donne envie !

Michel

Vous nous aviez prévenus, et convaincu.

Au moment où Sarko affadissait son discours avec la "rupture tranquille" votre bouquin dont l'intro était en ligne était là pour nous rassurer. Sarko n'était pas Chirac et la rupture viendrait. Sarko allait céder sur les détails, mais conserver l'essentiel.

Espérons que les faits donnerons raison aux réformes, et si ce n'est pas le cas, espérons que Sarko saura manger son chapeau et infléchir sa politique, comme il l'a déjà fait pendant la campagne à propos du chiffrage.
http://www.authueil.org/?2007/02/16/308-freiner-les-candidats
http://vanb.typepad.com/versac/2007/02/prcisions_sur_l.html

patrick

Sarkoe est tout ce que l'on voudra, sauf un crétin. Si dans son programme résident des dynamites, gageons qu'il saura les désamorcer avant et qu'il acceptera de manger son chapeau comme il l'a déjà fait pendant la campagne à propos de ses engagements initaux sur la réduction drastique de la dette.
C'est d'ailleurs sur la dette qu'il va être attendu car ses premières mesures sont extrêmement coûteuses et ne produiront guère le choc économique positif qu'il en attend. Les catégories les plus favorisées aui bénéfieront de ces mesures ont plus tendance à thésauriser qu'à consommer. C'est à l'aune du projet de budget 2008 que l'on verra s'il croit lui-même à ses propres voeux.

Karl Marx

Sur l'obsolescence du "logiciel" marxiste, je me sens un peu concerné, je pense que "Das Kapital" est toujours d'actualité sur le décryptage des ressorts du capitalisme, et force est de constater que tout gouvernant ou grand patron qui se respecte a forcément digéré ce marxisme et s'en sert pour le plus grand bien du capitalisme. Le problème est que les gens de gauche n'ont pas su actualiser la pensée marxiste et l'appliquer aux réalités économiques et sociales d'aujourd'hui.

La superprésidence est sans doute proche de la superpuissance américaine: elle ne peut fonctionner que si elle s'accompagne de modestie et de la nécessaire adhésion préalable, sinon elle est synonyme de dictature. Le problème avec la superpuissance US qui a connu son apogée avec Clinton a ensuite été reprise mais sans ses nécessaires gardes-fous, par un certain georges Bush. Sarkozy sera-t-il plutôt un Bush ou un Clinton? A voir.

Erick

Effectivement, non seulement Sarko a annoncé ce qu' il voulait faire mais il a aussi dit comment (approche des problèmes et méthode de gouvernement), ce qui fait que miser sur la lassitude de son gouvernement, Fillon en tête, est parfaitement illusoire.
Je note au passage que cela tranche singulièrement avec son opposante qui déclare avoir défendu des mesures qu' elle n' approuvait pas, deuxième mensonge déclaré en quelques jours.
Sarko a été élu sur son programme. Il aura certainement des difficultés. S' il est donc "l' anti-Chirac", il faudra attendre de lui volonté et persévérance; il faudra aussi que les électeurs qui lui ont fait confiance lui témoignent un soutien sans failles montrant ainsi que 53% de français valent bien 8% de syndicalistes.

philbr

A condition que ces 53% ne zappent pas dès les premières difficultés.

bernard

Ouais! et persévérer dans l'erreur c'est pas terrible surtout quand des millions de gens sont concernés. Et accumuler des dépenses dont l'ampleur, qui d'ailleurs si elles avaient été promues par la gauche lui aurait valu des volées entières de bois vert, relève d'un keynésianisme forcené qui va amplifier l'endettement ne me semble pas rassurant.

Les milliards qui vont s'évaporer des caisses sociales (il ne faut pas réver, l'Etat ne remboursera pas plus aujourd'hui ou demain qu'hier ce qu'il doit aux caisses de sécu)) et profiter à 5% de la population (pas celle qui compte ses euros pour boucler les fins de mois).

Michel

"A condition que ces 53% ne zappent pas dès les premières difficultés."

Mais bien entendu qu'une bonne partie des 53% vont zapper. Et alors !

Le propre de la démocratie représentative est de n'avoir de compte à rendre qu'au bout du mandant de 5 ans, à condition d'avoir en face une alternative crédible.

La capacité de réforme est là. Esperons que les choix seront les bons.

chatel

Ce serait une erreur de croire que les français se sont convertis au libéralisme. NS doit en effet essentiellement sa victoire au fait qu’il a su brouiller le clivage gauche-droite -ce qu’il continue à faire avec sa politique d’ouverture- ainsi qu’à à son volontarisme politique qui tranche avec l’impuissance érigée en théorie des socialistes. Souvenons-nous de F. Mitterrand affirmant qu’on a tout essayé contre le chômage et de L. Jospin déclarant sur un mode euphémisé que l’Etat ne peut pas tout. Comme le remarque Claude Weil dans un excellent article du Nouvel Observateur paru le 19 06 2007 (Le nouveau « plombier polonais), « les raisons de la victoire du non au référendum européen n'ont pas disparu ». On peut en tirer deux conséquences : 1) quand bien même ont-elles été inscrites dans le programme de NS, les réformes d’inspiration libérale risquent de susciter de fortes oppositions, et pas simplement de la part des « 8% de syndicalistes » ; 2) la gauche n’a pas à se renier elle-même, contrairement à ce que souhaitent la droite et les sociaux-démocrates.

Gilbert Sorbier

Eric Dupin,
Vous nous aviez prévenu, et moi en particulier qui l'ayant vu immobile dans les banlieues pendant toutes ces années (sauf avec sa langue), avait des doutes quand à sa capacité de convertir paroles en décisions concrètes.

Mais avant même que ses promesses ne se transforment en actions, voilà que déjà le bel accord se transforme en cacophonie. Coppé doute déjà du bien fondé des mesures proposées par le gouvernement de son propre parti et Raffarin lui, l'avant centre de la Chiraquie qui n'avait pu marquer un seul but pendant tout son minable interminable mandat, ne voit pas d'un bon oeil que Fillon file vers le but au bout de quelques mois. Tout ce que je n'ai pas eu l'intelligence de faire n'est pas bon à faire, semble être sa raison principale de parler.
S'il dit que la TVA produira de l'inflation, à l'instar de tous ces gens là, il n'est absolument pas capable de dire pourquoi et comment.
Il se garde bien de dire que la baisse des charges produira de la déflation et/ou de la hausse des salaires, pour un peu qu'elle soit bien encadrée !
Dans l’absolu, avec l’Euro, si par exemple, le niveau de vie reste constant grâce à une légère hausse des salaires, l’inflation n’est que théorique... Puisque la monnaie est unique.
Mais le peu que j'ai fréquenté ces gens là à l'assemblée et au sénat... m'incite à penser que le pauvre gars n'a vraisemblablement pas la moindre idées de ce qu'est vraiment une entreprise !
Seul un amateur peut critiquer par principe avant de connaître les tenants et les aboutissants exacts des modalités d'applications.
Hé! Oui, bien sûr comme pour toute idée, les modalités d'applications ont au moins autant d'importance que l'idée elle même.

Ainsi est-il indispensable que la baisse des charges soit suffisantes et concomitantes avec l'augmentation de la TVA, ainsi les organisation patronales doivent être d'accord avec l'état pour que les sociétés à hautes valeurs ajoutée s'engagent - en échange- à la baisse et celles à peu de valeur ajoutées, s'engagent -en échange- à assurer le statut quo en matière de prix TTC. (Je parle pour le cac 40).
Car pour les PME à forte valeur ajoutée, la baisse est leur intérêt direct et naturel, avant d’être celui de la Nation, seuls les gens qui n'ont jamais travaillé dans le secteur privé peuvent avoir le moindre doute.

Ainsi, Eric Dupin, vous avez raison de dire que mon parti empêtré dans ses querelles d'EGO n'est pas prêt d'opposer un programme économique quelconque.
Mais la meute des Chiraquiens, un temps contraint à l'allégeance, commence déjà à aboyer contre le mâle dominant !

chatel

@Gilbert Sorbier,
Vous écrivez: « Ainsi est-il indispensable que la baisse des charges soit suffisante et concomitante avec l'augmentation de la TVA ». Mais ceci ne suffit évidemment pas puisque cette compensation ne fonctionne pas dans le cas de produits importés. C’est d’ailleurs pourquoi la TVA sociale se veut aussi une arme anti-délocalisations. Le maintien du pouvoir d’achat implique donc l’augmentation à due concurrence du RMI et des retraites. Qui l’envisage sérieusement ?

Erick

Raffarin a simplement dit qu' il ne se trouverait pas une majorité pour voter la TVA sociale si elle diminuait le pouvoir d' achat.
Copé a dit qu' il y a avait des risques inflationnistes et qu' il fallait l' expérimenter.
Rien qui contredise les propos de Sarkozy hier soir.

philbr

disons plutôt que la tva sociale depuis dimanche dernier ressemble un peu à de la nitroglycerine qu'il convient de manipuler avec douceur.

bernard

@ Erick

La TVA sociale n'est même pas une idée sarkozienne. En 2004 il a dit clairement que cette mesure était mauvaise.
Cette impôt c'est effectivement de la nitroglycérine (comme le dit philbr) qui pètera si elle est utilisée à tort et travers. J'ai l'impression qu'elle ne fonctionnera que si elle est appliquée dans des conditions strictement définies, et dans ce cas les avantages qu'on pourraient en retirés seront limités dans le temps et ne rendront pas de toute façon la France championne de l'exportation. La concurrence asiatique est bien plus forte que le relèvement de X points de la TVA. Les Chinois s'adapteront à la donne, vendront un peu moins chers leurs produits et nous consommarteurs continueront d'acheter leurs produits d'une part parce que leurs couts continueront d'être compétitifs et d'autre part parce que l'équivalent français sera introuvable.

Quant au modèle allemand leur TVA est à 19% donc si on veut faire comme eux eh bien baissons la nôtre de 0,5% ! Comparaison n'est pas raison.

bernard

Voilà ce que dit Raffarin :

"Pour moi, la TVA sociale probablement portera atteinte au pouvoir d'achat des Français, ce qui me fait dire que, dans ces conditions, il est probable qu'il n'y ait pas de majorité parlementaire pour la TVA sociale.
"On a fait un projet pour le pouvoir d'achat des Français", a-t-il rappelé, "et donc c'est difficile d'avoir une TVA sociale qui ne porte pas atteinte au pouvoir d'achat". "Si l'expérimentation le démontrait, tout le monde serait heureux", a dit le sénateur de la Vienne, mais "il faudra qu'on m'en fasse la démonstration.

ap

J'ai lu un article intéressant écrit par un journaliste anglais, dans le Courrier International. Il pense que les Français ne sont pas encore convaincus que le libéralisme résoudra leurs problèmes et que ce n'est que lorsqu'ils s'y résigneront (c'est-à-dire lorsqu'ils auront tout essayé) que les profondes réformes seront alors acceptées (notamment celle du droit du travail). Bref il pense que NS est arrivé trop tôt au pouvoir.
Qu'en pensez-vous ?

Gilbert Sorbier

Chatel,
Comme je viens de le dire tout dépend des modalités d'application et comme je l'ai dit il y a qq jours si la baisse des charges est effectivement une baisse des charges, une baisse de 20% (par exemple) entraînera un gain de 20% sur la part de charges imputée au salariè soit environ 4% d’augmentation de son salaire net. SOYEZ JUSTE ASSEZ HONNÊTE POUR ALLEZ DEMANDER A VOTRE COMPTABLE SI VRAIMENT VOUS NE COMPRENEZ PAS.
De quoi compenser largement les 1 ou 1,25% de hausses des prix correspondant à l'augmentation de 5% des seuls prix imports, sachant une fois de plus, je le répète, que la nourriture ne rentre pas en ligne de compte dans cette augmentation de la TVA.

Je n'ai aucun intérêt à dire que la baisse des charges française doit impérativement être ramenée au niveau de celui de nos concurrent les plus directs, et même au dessous si nous désirons une reprise énergique.
Je ne possède plus d'entreprise depuis 10 mois et mon fils à ses bureaux en Espagne à cause de gens qui ne veulent pas comprendre l’urgence de cette indispensable réforme, se contentant de parler comme si leur seul but était de ruiner leur PAYS.

Pour la 15 ème fois, pourquoi est-ce qu'en France, nous serions les seuls au MONDE à pouvoir supporter un tel handicap salarial ? C’est à ça qu’il faut répondre !!!!

Je suis plutôt quelqu'un d'assez facile à convaincre (trop disent certains), mais encore faut-il qu'il existe des raisons pour me faire changer d'avis.

En l'occurrence, tout dans la gestion montre que la France ne peux plus supporter cet excédent de charges.
CE BOULET DOIT ÊTRE ENLEVE DE L'ECONOMIE FRANCAISE.

Cela peut-être obtenu en remplaçant l'augmentation de la TVA par un impôt sur le C.A. Cela à été proposé par DE VILLIERS !

Mais l’avantage supplémentaire de la TVA, c’est de rééquilibrer notre balance commerciale déficitaire.
Aucune importance n'est-ce pas ?

Je remarque aussi que ce sont les gens n'ayant aucune expérience en la matière qui sont contre... étonnant NON ?

Pierre

Dès que Sarkozy va lever le petit doigt, on aura droit aux jacqueries habituelles, comme cela semble en prendre le chemin avec la réforme des universités...

bégé

Si certains des aspects du programme de Sarkozy devenaient particulièrement impopulaires (voir la TVA sociale entre les deux tours des législatives et ses conséquences sur le résultat), la majorité au sens large pourrait bien se lézarder dans la perspective des élections municipales. Les élus, directement ou indirectement concernés par ce scrutin ne seront pas prêts à un soutien inconditionnel à super Sarko. Et nous serons qu'en 2008.

Gilbert Sorbier

Si ce brave Raffarin avait été pour l'augmentation de la TVA, son immense réussite économique en tant que premier sinistre m'aurait alors fait me poser des questions...
Je ne sais pas pour vous, mais une des choses qui m'ont toujours fait le plus peur est d'être apprécié de gens que je n'apprécie pas... Logique non ?

le gauchiste repenti

@ Karl Marx,
J'aimerais bien que vous m'expliquiez quelles analyses de Marx sont encore d'actualité! La lutte des classes? Ce n'est pas une invention de Marx ; Guizot en a parlé avant lui. La notion de plus-value? Aucun économiste sérieux ne peut nier son inanité. Alors quoi?
Lisez le chapitre sur Marx de Raymond Aron (un des plus grands spécialistes de Marx) dans "Les étapes de la pensée sociologique". Et Aron avait une grande estime malgré tout pour Marx...

hector

Bonjour,

C'est vraiment un plaisir de lire votre pensée vive et claire.

Je suis toujours perplexe concernant la pertinence de votre postulat : un programme clairement ratifié par le corps électoral.

La seule ratification claire par le corps électoral me semble ne pouvoir se rapporter qu'au résultat du 1er tour de l'élection présidentielle.

Au deuxième tour, le corps électoral ( considéré comme une entité au regard du résultat du scrutin, abstraction faite de la diversité des électeurs ) ne peut que constater l'émergence des deux finalistes et choisir le meilleur ou le moins mauvais d'entre eux.

A défaut, en suivant votre postulat, lors des élections présidentielles de 2002, le corps électoral doit être considéré comme ayant clairement ratifié le programme du candidat Jacques CHIRAC.

Je n'ai pas pourtant pas lu que vous étiez parvenu à une telle conclusion.

Que le souci d'efficacité de la Vème république impose cette situation ne me semble pas permettre de conclure à une claire ratification du programme par le corps électoral lors du 2ème tour des élections presidentielles.

Le débat qui s'ouvre concernant l'opportunité du projet de TVA sociale me semble illustrer une complexité de la réalité ( plus proche de la dispersion du 1er tour )alors même que chacun peut constater le déséquilibre économique actuel du système de protection sociale et peut anticiper son aggravation à venir résultant de la démographie.

Les récents députés qui viennent de battre campagne semblent avoir aperçu une complexité peut être plus réelle que votre postulat.

L'idée à l'épreuve des faits.

Cordialement.

chatel

Maître Sorbier,
Vous défendez la TVA sociale en faisant valoir qu'elle s'accompagnerait d'une augmentation de 4% du salaire net. Mais ceci ne réfute en rien mon objection qui concerne la situation des retraités et des rmistes. Permettez-moi d'ajouter que vous avez tort de préjuger que les personnes qui ne partagent pas votre point de vue sont nécessairement dépourvues de toute expérience.Je puis comprendre que vous ayez plaisir à le penser. Mais on n'a jamais raison de donner son assentiment simplement parce qu'on a plaisir à le faire.

Niko

@chatel

Le but même de la TVA sociale est de faire payer tout le monde à la protection sociale famille et santé qui bénéficie à toute personne présente sur le territoire qu'elle travaille ou non. Actuellement les RMIStes et les retraités ne financent pas mais ont droit aux avantages.

Pour les retraités, la justice vaudrait que les pensions doivent être revalorisées car ils ont payé leurs cotisations sociales pendant toute leur vie pour financer la protection sociale et doivent de nouveau payer ce qui serai injuste. Je crois que c'est dans le programme présidentielle en contre partie de la réforme des régimes spéciaux.
Par contre pour les RMIstes, il ne faut surtout pas augmenter le RMi et plus largement les prestations sociales. C'est le but même de faire payer aussi les RMistes (y compris pour la partie qu'on qualifié d'assités...) et ceux qui bénéficient de cette protection sociale sans la financer. Ce n'est que justice que ceux qui se lèvent tôt ne payent pas pour ceux qui ne se lèvent pas.

Je sais beaucoup me trouveront affreux, ultralibéral, prenant aux pauvres pour donner aux riches. Mais le fond du problème est que notre modèle sociale doit se transformer du welfare (état-providence) au workfare (travail-providence). Tous les pays développés en sont passés par là avec des résultats probants. En revalorisant le travail et en faisant comprendre que seul le travail paye et mérite récompense.

Gerard

Sur la gauche, tout à fait d'accord.
Sur le discours de Sarkozy effectivement il dit toujours la même chose, mais les faits?
En un mois deux ministres de l'économie et si "La très libérale Christine Lagarde occupe désormais la fonction de véritable numéro deux du gouvernement" ce n'est pas un choix mais une contrainte.
Sur le récidive : marche arrière
Sur la Turquie : discours ferme mais avec le mini-traité il supprime la possibilité du veto de la France.
Le gouvernement resseré est plus important que celui de Chirac.
Sur la TVA dite sociale une erreur annoncée.

Il a réussi à indisposer son électorat en particulier l'Alsace.
J'ai vu la prestation télévisuelle d'un premier ministre et même quelquefois d'un très bon secrétaire d'état, mais pas celle d'un président.
Il faut qu'il prenne un peu de Hauteur.

Certes il débute, mais excusez moi je suis septique.

Erick

Ah ? Permettez-moi d' être anti- sceptique. :-)

Erick

Amusant :

http://www.toreador.fr/2007/06/21/banderille-n%c2%b0139-francois-hollande-le-menchevik/#comment-13766

flamant rose

Nous sommes nombreux qui n’avaient pas à être prévenus. Nous savions que Nicolas Sarkozy ferait ce qu’il avait dit et c’est la raison pour laquelle nous avons voté pour lui. 2 exemples seulement : Le premier sur la double peine qui consistait à expulser quelqu’un qui avait été condamné et avait purgé sa peine. Dans l’affaire Cherif Bouchelaleg qui avait purgé la sienne, c’est Sarkozy qui a abrogé l’arrêté d’expulsion. Il a fait ce à quoi la gauche même n’avait pas osé. Deuxième exemple, nous sommes en 2003 et Luc Ferry est entrain de ramer face au mouvement des enseignants. Dés le début Sarkozy se propose pour le remplacer à la table des négociations et il dit ce qu’il va faire. Il était ministre de l’intérieur, ce n’était donc pas son domaine de compétences. Il a fait ce qu’il avait dit et a négocié de façon fort honorable. Même la gauche a du l’admettre.

Il y a des gens qui n’ont pas de convictions, ce sont des opportunistes, d’autres non pas de convictions « arrêtées » ce sont des pragmatiques. Sarkozy fait partie de cette catégorie, il a le pragmatisme en lui, il a la culture du résultat non seulement envers ses collaborateurs mais d’abord avec lui même. Il est libéral quand il le faut, colbertiste à d’autres moments (affaire Alsthom). c’est une autre des raisons pour lesquelles il fera ce qu’il a dit.

« la mission de cette équipe gouvernementale, plus que jamais pilotée par l'Elysée »,et oui . « Dans toute la ville, je me sens empereur ou architecte, je tranche, je décide, et j’arbitre » non ce n’est pas Sarkozy qui a écrit ces lignes mais un certain Mitterrand dans la paille et le grain. Il exécute et je décide (Jacques Chirac 14 juillet). L’équipe gouvernementale pilotée par l’Elysée ce n’est pas nouveau et ce n’est pas ce qui nous faire entrer dans une éventuelle 6éme république.

« Les postes les plus sensibles sont d'ailleurs solidement tenus par ceux qui croient le plus à son bien fondé ». Bien sûr et cela a toujours été comme ça au niveau des gouvernements mais aussi dans les municipalités, les maires verrouillent, les conseils généraux et régionaux également. Cette façon de procéder c’est à dire de mettre aux endroits les plus sensibles des hommes ou des femmes à soi se pratique dans biens des endroits y compris dans les CE. La ou la CGT est majoritaire, elle donne les postes clés aux siens (présidence et vice présidence, le secrétaire du CE, le trésorier) et accorde royalement aux autres OS les strapontins qui restent telles que les activités sociales. Donc rien de nouveau avec Sarkozy.

« la gauche ne pourra guère s'opposer efficacement aux réformes qui vont tomber en cascade » . La majorité présidentielle a perdu quelques dizaines de sièges pour avoir entre les 2 tours parler un langage de vérité. Ce n’est qu’après avoir fait les « cadors » à la télévision en étant fiers d’ avoir soi disant mis à mal cette majorité que la candidate socialiste nous révèle je la cite : "Le Smic à 1.500 euros brut dans cinq ans ou la généralisation des 35 heures sont deux idées qui étaient dans le projet des socialistes, que j'ai dû reprendre dans le pacte présidentiel, et qui n'ont pas été du tout crédibles". Et si les socialistes nous avait dit ça entre les 2 tours ? Ils reprochent à Sarkozy de faire ce qu’il a dit qu’il ferait pendant que eux avouent qu’ils n’avaient pas l’intention de faire ce qu’ils avaient promis parce que ce n’était pas possible. Et on voudrait que cette bande de menteurs et d’hypocrites s’oppose à celui qui tient ses promesses. Non mais vous imaginez le président du groupe PS monter à la tribune de l’assemblée nationale et dire s’adressant aux députés UMP : nous autres socialistes on avaient pas l’intention de faire ce que l’on avait promis et on l’a dit, vous devez faire comme nous mentir sinon on s’opposera à ce que vous, vous teniez vos promesses « Déjà qu’ils pouvaient difficilement s’opposer aux réformes, ils ont rendu la tâche encore plus ardue .

« Et si, à l'épreuve des faits, il se révélait incapable de satisfaire les espérances soulevées lors de la campagne ? » Et si à l’épreuve des faits , il se révélait que les français soient satisfaits.

En 2002 Jospin candidat du parti socialiste avait dit « mon programme n’est pas socialiste » en 2007 Ségolène Royal candidate du parti socialiste déclare « ce que j’ai repris dans mon pacte présidentielle n’était pas du tout crédible ». Oui les socialistes ont gagné quelques dizaines de sièges, oui il aura toujours des gens pour les croire et même les défendre mais la droite à l’assemblée nationale doit pouvoir exploiter efficacement les déclarations de Ségolène Royale. A elle de se montrer fine et à son tour de bien jouer le coup. Quoiqu’il en soit la déclaration de Royale je l’archive et la représenterai au candidat de gauche lors des municipales. Comme la gauche a distribué des tracts donnant la TVA à 25% je propose à la droite de faire le moment venu un tract du genre « moi candidat de gauche je vous présente un programme pas crédible, mais je ne vous le dirai qu’une fois les élections passées. Dans l’attente votez pour moi » Putain 10 mois c’est long.

Dur, dur d’être à la fois intellectuellement et militant socialiste

flamant rose

intellectuellement honnête et militant socialiste

noop

@ Gerard :
vous dites "J'ai vu la prestation télévisuelle d'un premier ministre et même quelquefois d'un très bon secrétaire d'état, mais pas celle d'un président.
Il faut qu'il prenne un peu de Hauteur.

Certes il débute, mais excusez moi je suis septique.

Vous êtes bien isolé a vous enfermer dans votre refus de voir et d'entendre que l'on change d'époque. Sans doute cela est le fait de votre engagement qui vous amènes à être "partisan"... Mais ce matin dans un sondage 78% des français se déclarent convaincus par les propos de Nicolas Sarkozy... On peut aussi penser que c'est le dernier qui a parlé qui à raison.
Je me souviens très bien d'une émission après les émeutes de 2005 ou Sarkozy avait à la télé exposé un peu plus ses ambitions présidentielles et la manière dont il envisageait la fonction. Il avait dit en substance qu'il ne voudrait pas se "cacher" derrière un premier ministre fusible. Critique non voilé à Chirac. C'est le président qui est élu au suffrage pas le premier ministre, c'est donc bien a lui d'assumer.

@ flamant rose,
merci, pour votre contribution, dont je me sens assez proche.
dur dur d'être à la fois intellectuellement honnête et militant socialiste c'est exactement ce qui m'a fait quitter les rangs de la gauche vers laquelle j'étais "naturellement" allé quand j'ai commencé jeune à m'interesser à la politique. Cela a été un chemin assez difficile, pour une personne lambda comme moi de franchir le cap. L'incongruité de la démarche m'a fait garder un silence assez long de plusieurs années. Je m'étais fourvoyé une fois. Pourquoi ne le ferais je pas à nouveau ? J'ai appris l'humilité et une forme de tolérance...

Pour en revenir au sujet, à "Sarkozy n'est pas Chirac", ça c'est clair, vraiment très clair. C'est surtout une manière de se comporter en politique qui fait beaucoup de bien, à la démocratie, à son débat et à son action. La gauche semble en bien mauvaise posture après les dernières déclarations de Ségolène Royale qui s'affirme effectivement comme "l'anti-sarko" à tous points de vue... N'est pas Mitterand qui veut et il faut être d'une autre "épaisseur" pour jouer de la démagogie et du machiavélisme.


greg

Chirac fait partie d'une époque, espérons le révolue, où les politiciens faisaient de la politique pour éliminer la concurrence. Aujourd'hui on voit un politicien s'appuyer sur le débat et la proposition. C'est nouveau, ça interesse les gens à la politique, ç'est aussi beaucoup plus impliquant étant donné les engagements pris.
Cependant la clarté voir même la franchise de la communication actuelle répond à un besoin qui a été diagnostiqué, il faut le reconnaitre. Mais ça aussi c'est nouveau, là ou Chirac cherchait à savoir ce que ne voulait pas les français nous avons Sarkozy qui s'interesse à ce que nous voulons.
La gauche ? c'est encore une force d'opposition au chiraquisme, il n'ont pas d'autre stratégie que l'opposition systématique, ce qui était une stratégie de destabilisation payante face à une droite marchant sur des oeufs.
La gauche est désemparé face au volontarisme et au dynamisme, ça va trop vite.
En revanche on peut craindre des syndicats et de leur expression politique comme la LCR une réaction primaire et violente : leur but n'est pas celui de la majorité et leur force n'est pas dans les urnes. Chirac a été influencé par cette minorité, Sarkozy s'appuit sur la majorité, je crois que c'est la difference pricipale.

bernard

TVA sociale, la "notriglycérine" (en 2004 Sarko avait annoncé clairement son oppposition à cette TVA):

Flamber. La démonstration part du principe que le relèvement de la TVA s'accompagne d'un allégement équivalent des charges sociales pour les entreprises. Pour ces dernières, cela se traduit par une diminution du prix de revient. Mais cela ne vaut que pour les seuls biens produits en France ou ceux dont le prix est grevé lourdement par les charges sociales. Zéro bénéfice de l'allégement des charges, par exemple, sur un écran plat importé de Corée, un ordinateur assemblé à Taiwan, des jouets ou du textile venus tout droit de Chine. Impact très limité aussi sur le prix de revient d'une voiture : «Si l'on en croît la fédération des constructeurs, les cotisations sociales ne pèsent que 2,5 % du prix de revient d'une auto», rappelle François Carlier, de l'UFC. Donc les étiquettes vont fatalement un peu flamber. Sur le seul poste énergie (carburants, électricité ou gaz), l'association estime à 777 millions d'euros la note pour les ménages. Soit 30 euros par foyer.
TVA «sociétale». L'UFC s'est voulue réaliste, en limitant à deux points le scénario de relèvement de la TVA. Même avec cette précaution, la France est propulsée dans le trio de tête des pays d'Europe les plus gourmands en TVA, juste derrière la Suède et le Danemark, et très loin devant l'Allemagne, alors que ce pays vient de porter sa TVA de 16 à 19 %. «Le gouvernement cite en exemple l'Allemagne. Nous, on dit, que s'il faut imiter l'Allemagne, laissons la TVA tranquille !» reprend François Carlier. Et les défenseurs des consommateurs de plaider plutôt pour une réforme fiscale diversifiée. Voire une hausse de la TVA, mais dite «sociétale», ciblant les produits nocifs pour la santé ou l'environnement.

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/262742.FR.php

bernard

La situationde la gauche n'est pas reluisante mais cela n'en réhausse pas pour autant la politique inepte que NS compte mettre en place.

Il a déjà reculé sur plusieurs points (voir post de Gérard), c'est la confrontation face au réel. C'est facile de faire des promesses et de dire "je ferai ce que j'ai dit" surtout lorsque les promesses ont plus à voir avec des effets de manche et de la démogogie teintée de populisme que d'un projet de société cohérent (et non pas clientéliste ni une accumulation de slogans markéting électoralistes tels que "bouclier fiscal", "franchises médicales", "TVA sociale", "service minimum" qui sonnent comme des pubs destinés à frapper le cerveau reptiien du consommateur/électeur).

Sarkozy est un fourbe il sait noyer le poisson, sa méthode : le "ni vu, ni connu j'tembrouille".

fmi

Avant même l'éventuelle hausse de la TVA : l'énergie et les transports vont augmenter du fait de la flambée du prix du pétrole ; l'alimentation va augmenter du fait de la flambée des prix agricoles ; les loyers vont encore augmenter à cause de l'ineptie des mesures fiscales sur les achats immobiliers ; le coût de la santé va augmenter à cause des franchises médicales ; les coûts de certains services publics (poste, éducation...) vont augmenter pour financer le bouclier fiscal et les exonérations des droits de succession d'à peine 200.000 ménages ; bref, toutes les dépenses "obligatoires" qui représentent l'essentiel des dépenses des plus défavorisés et des classes moyennes vont exploser, ce qui va déprimer la demande et donc la croissance.

Le choc fiscal, qui se traduira par un choc d'épargne des 5% les plus riches et non par une hausse de la demande (je compte pour quantité négligeable la défiscalisation des heures sup' qui concerne moins de 15% des salariés, dans un contexte où les heures sup' de Fillon ne coûtent déjà pas si cher et ne sont utilisées qu'au tiers).

Sans parler des déficits publics et des comptes sociaux qui vont se creuser (il est vrai que la droite nous a habitué à cette gabegie).

Et c'est dans ce contexte que certains d'entre vous pensent que Sarkozy appliquera son "programme" ? Et augmentera de 5 points la TVA ? Il fera comme Mitterrand au moment du tournant de la rigueur, il changera complètement de cap, très rapidement. Je ne sais pas sur quelle planète vivent ceux qui croient encore au succès d'une politique aussi stupide.

Erick

A lire (ou écouter) l' interview de Moscovici par JMA. Des circonvolutions verbales qui valent bien leur pesant de cacahuètes.

http://www.rtl.fr/info/chroniques/chroniquesint.asp?dicid=543888&rubid=17311

Bernard,

Le principe de la TVA sociale est posé, son application est à l' étude avec, peut-être, une phase d' expérimentation en examinant toute une batterie d' options. Tout cala faisant l' objet de consulations.
Il me semble que s' user à ressasser toutes les objections que l' on connait n' apporte plus grand chose au débat dans l' état actuel des choses.

FMI,

L' apocalypse est-elle vraiment pour demain ?

Gilbert Sorbier

Mon cher Chatel,
Vous me dîtes hier: "Vous défendez la TVA sociale en faisant valoir qu'elle s'accompagnerait d'une augmentation de 4% du salaire net. Mais ceci ne réfute en rien mon objection qui concerne la situation des retraités et des rmistes."

Je suis retraité, un retraité avec une toute petite retraite car n'ayant commencé à cotiser régulièrement qu'à 40 ans... âge où j'ai monté mon premier restaurant, de plus il m'est arrivé d'être "le plus bas salaire" de l'entreprise quand les affaires traversaient des périodes difficiles, ce qui m'a permis de ne jamais avoir recours aux licenciements économiques !
J'ai été ce que l'on appelle un "Patron Social". La vente de dernier restaurant m'a permis d'acheter un splendide duplex de 200 m² à Montpellier... la mer n'est pas loin.

Je dois vous dire qu'en tant que retraité, mon fils au lycée, ma femme et moi n'avons plus les moyens de consommer des biens d'importations susceptibles de subir de plein fouet les 5% d'augmentation de la TVA.
Pour la Xème fois: ce sont les amateurs de Mercedes et de Hummer, de Rolex (pauvres Julien Dray et DSK) et de Ducati qui vont souffrir.

95% de mes "REVENUS DISPONIBLE A LA CONSOMMATION" passent dans la nourriture et les (rares) pleins d’essence.
Ce sont les bobos, et leurs gros 4X4 pour aller chercher leurs enfants à l’école qui vont souffrir, Monsieur Chatel, pas les retraités et les Rmistes.

Enfin une petite anecdote:
"Ce matin, Gilbert (c'est moi) et Mme Sorbier (c'est ma femme) décident d'aller prendre le café en ville. En face, un kiosque à journaux ou je cherche "UFC/Que choisir" pour l'article contre la TVA.
Dédé (c'est le patron) m'entend et dit "Ah oui, la TVA... On va encore y avoir droit, c'est toujours nous qui finissons par payer plus".
Je m'approche de lui, pour que les autre clients n'aient pas à subir notre conversation et je lui demande "Et la baisse de vos charges ne vous compense pas largement le plus à payer ?" NON ! qu'il dit le Dédé !
Je lui dis;
Bizarre, parce que dans MON restaurant, j'avais calculé qu'a partir de 15% de baisses de charges cela compensait 5% d'augmentation de TVA....
Dédé.... vous avez fait le calcul avec combien de % ?

Dédé: je n'ai pas fait le calcul !!!!

Ainsi se dessinent deux sortes de citoyens:
1° Les enfoirés qui ont fait le calcul (ces salauds de réalistes), ils sont pour !
2° Les gentils "bien-pensants" qui ne s'abaissent pas à calculer, (Ils rêvent), ils sont contre !

flamant rose

@ Gilbert

De Montpellier… la mer n’est pas loin.
Vous avez raison et les plages sont agréables. J’y vais de temps en temps : Carnon, le petit et le grand travers. La Grande Motte, J’aime moins, trop de béton.
Vous qui avez été restaurateur, à Palavas en bout de quai côté mer il y a un restaurant de fruit de mer……

A côté de chez vous à Bouzigues je suis allé manger le mois dernier avec mon épouse à la Palourdière. Plateau de fruits de mer excellent , plus gratin de fruits de mer à la noix saint Jacques avec en prime une belle vue sur l’étang de Thau et un patron très sympathique. J’y retournerai très certainement.

Erick

Mes souvenirs de la région montpelliéraine au sens assez large, c' est Saint Guilhem, Saint Martin de Londres, Aigues Mortes, Marseillan-Village. Lieux enchanteurs et charmants. Plus, vous avez bien raison, fruits de mer et bons vins.

Gilbert, le blog d' une de vos compatriotes intéressant parcequ' il dépeint assez bien à tout propos ce qu' est la vie de tout un chacun.

http://www.marieweblog.com/log/index.php?General

chatel

@ Gilbert Sorbier
"Pour la Xème fois: ce sont les amateurs de Mercedes et de Hummer, de Rolex (pauvres Julien Dray et DSK) et de Ducati qui vont souffrir". Et aussi tous ceux qui achètent des postes de télé, des jeans, des Fiat ...

flamant rose

Vous qui avez de l’odorat, ne sentez vous pas venir un autre air de TSS venant du parti socialiste, Mais celui serait tout sauf ségolène.

Erick

Tss, tss, tss ! C' est pas gentil, ça !

Robert Marchenoir

Gilbert, si je comprends bien, vous nous dites: les charges vont baisser, donc les patrons vont baisser leurs prix hors taxes, et l'augmentation de la TVA n'aura pas d'impact sur le prix taxes comprises.

Vous étiez un petit patron, et vous dites que vous étiez un patron social. C'est donc je suppose ce que vous auriez fait.

Mais les autres patrons? Ceux qui ne sont ni petits ni spécialement sociaux? Ceux qui bénéficient d'un monopole ou d'un oligopole de fait? Quand je vois que ma banque, pour améliorer sa marge, gratte jusque sur l'épaisseur du papier de mes relevés de compte, qui ressemblent désormais à une feuille de papier cul des années cinquante, alors que les banques françaises font de beaux bénéfices, quelle sera leur décision?

D'ailleurs, dans la restauration même, en sens inverse, en échange d'une éventuelle TVA ramenée à 5,5%, je n'ai pas beaucoup entendu les patrons promettre des baisses de prix, mais plutôt des embauches.

Dans l'ensemble, j'ai l'impression que la rentabilité des entreprises françaises n'est pas faramineuse à l'heure actuelle. Et les patrons laisseraient passer une telle opportunité de reconstituer leurs marges avec un argument aussi imparable que: ah, mon bon monsieur, c'est la TVA qui augmente, c'est la loi, c'est l'Etat, nous on n'y peut rien?

J'ai un gros doute. La mentalité du patron français n'est pas celle-là, me semble-t-il. Il y a une risque d'entente tacite pour un alignement à la hausse. Le patron français n'est pas concurrentiel. Il est cartelliste, et s'abrite derrière la réglementation pour justifier une attitude hostile au consommateur. Rappelez-vous ce qui s'est passé au moment de l'euro.

Gerard

@Noop
"un sondage 78% des français se déclarent convaincus par les propos de Nicolas Sarkozy" pourquoi ériger le sondage en certitude, c'est comme le sondage qui disait que 65 % des français comprenaient que sarkozy passe ses vacances sur le bateau de Bolloré, effectué par un institut de sondage dont Bolloré est le principal actionnaire.
De grâce ne soyez pas victime de la tyranie des sondages. Quand vous citez un sondage il faut toujours dire de quel institut il s'agit.
Lisez donc les journaux alsaciens (de droite) sur l'effet produit par le choix de Bocquel, se mettre à dos une région où 65 % des électeurs vous ont élus me semble pas être très malin.
Quand au "changement d'époque" j'attends de voir, en 1981 certains on tenus le même langage on a vu la suite.
En revanche, recevoir Ségolène et la consolider comme opposante est très fort.
Je ne souhaite pas le retour de la gauche, c'est pourquoi je suis vigilant et sans concession.

Gerard

http://www.challenges.fr/opinions/1182376800.CHAP1019589/blair_a_chang_la_forme_pas_le_fond_de_lconomie.html
Il est intéressant de lire l'opinion de Patrick Artus sur Challenges, surtout par ceux qui veulent copier le modèle anglais. Toutefois, Blair a bien positionné son pays dans l'avenir.
En revanche, chez nous, où est le projet numérique, nanotechnologique ...? C'est ça l'avenir, chapeau Blair.

Erick

Sans transition, un bon papier sur Juppé dans un blog qui présente par ailleurs des articles de fond intéressants.

http://vivelarepublik.blogspot.com/2007/06/ltrange-dfaite.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité