Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Petits sous pression | Accueil | Le Pen à suivre »

15 avril 2007

Commentaires

Franck

Actuellement plus aucun bien public n'est épargné par les dégradations... alors des affiches éléctorales...
D'ailleurs les affiches ont-elles encore leur utilité?

Trésor de bienfaits

L'élection de Ségolène Royal serait, nous dit-elle, "un événement planétaire".
Qu'importent les gribouilleurs des rues, les magouilleurs d'alliances, le salut du monde est à portée de main.
Emerveillons-nous avec Chevènement de la voir poursuivre sa course triomphale entre terre et ciel. Il sait, lui, ce qu'elle nous prépare : il est resté branché sur l'au-delà.

GED

Un bonjour de Buenos Aires, ville toujours aussi dynamique et argentins toujours aussi accueillants.

bébert

Je découvre que Marie-Georges Buffet a des yeux magnifiques ;-)

niko

Je viens de découvrir l'affiche de Ségolène Royal. Quelle tristesse!!! Sarkozy avait commencé avec imaginons la France d'après et bien Ségo aurait pû avoir comme slogan retrouvons la France d'avant.

furgole

Mon impression c'est qu'il n'y a qu'un seul candidat, qui se présente sous douze différents noms, tant les prétendus concurrents se ressemblent.
L'agit-prop trotskyste est parvenue au but rêvé par Gramsci: l'hégemonie culturelle de l'extrême-gauche.
Comme le disait fort bien Ghislain de Diesbach dans Rivarol : "la France compte deux grands partis de gauche dont l'un s'appelle la droite"

Jusqu'à Jean-Marie Le Pen qui a pris pour conseiller de campagne le marxiste Alain Soral.

Nikita Malliarakis

Je remarque que les affiches de Sarkozy et Royal sont les plus visées dans mon quartier. Le Pen souffre beaucoup, lui aussi, alors que Bayrou est relativement épargné.

En ce qui concerne les affiches elles-mêmes, je ne sais pas ce qui est passé par la tête de l'équipe de campagne de Royal pour laisser passer un slogan aussi débile et prétentieux que "La France présidente". Ca va, les chevilles ? Déjà, avec "Pour que ça change fort", j'avais l'impression de voir un slogan de marque de fromage ("Pour que ça sente fort"). Consternant : le slogan pour compagnie d'assurances que se traine Sarkozy en prend des allures de chef-d'oeuvre.

Mido

@Furgole
"la France compte deux grands partis de gauche dont l'un s'appelle la droite"

Vous ne croyez pas si bien dire !!!
----------------------------------
Lu sur le site du Point aujourd'hui :
Julien Dray et les électeurs de Bayrou

16/04/2007 - © Le Point.fr - Rubrique coordonnée par Irène Inchauspé

Julien Dray, conseiller de Ségolène Royal, en convient : autour de lui beaucoup d’ex-soixante-huitards sont tentés de voter Bayrou. « J’ai plein d’amis qui ont viré à droite mais qui ne l’assument pas. Ils veulent payer moins d’impôts, ils aiment de moins en moins les pauvres et les immigrés, ils ne peuvent pas encore voter Sarko, alors ils votent Bayrou. C’est un bon sas de transition !!! »

Mr

Je voterai Bayrou pour ne jamais avoir à voter NS, et je n'ai aucune leçon à recevoir du collectionneur de montres Rolex.

Au fait, la dame qu'il soutient comme la corde soutient le pendu, quelle est la marque de la voiture avec chauffeur qui permet à fifils d'aller à ses cours de théâtre ailleurs qu'avec la racaille immigrée ?

Mido

" Au fait, quelle est la marque de la voiture avec chauffeur qui permet à fifils d'aller à ses cours de théâtre ailleurs qu'avec la racaille immigrée ? "

Réponse :
Une marque Française : SAPINIERE " Grand Luxe " !!! :)

furgole

@ Mido: vous avez entièrement raison: pas mal de gens de gauche n'aiment pas les pauvres.
Pour ne pas avoir à les prendre en charge, ne pas avoir à subir un face-à-face qui les menacerait psychologiquement, ils préfèrent faire appel à l'état qui mettra en place des programmes financés par d'autres qu'eux.

Personnellement, je suis résolument de droite, mais je m'engage personnellement dans le caritatif. Rien de tel, pour connaître la réalité des pauvres, que d'inviter un malheureux qui fait la manche à partager avec vous un sandwich au tabac du coin. Cela change de bien des clichés

Mr

"pas mal de gens de gauche n'aiment pas les pauvres."

Certes, certes. Il sera intéressant de voir comment vont voter les gens de la banlieue bordelaise qui s'opposent à ce qu'on nomme une rue Abbé Pierre dans leur quartier.

Cher furgole, à la charité je préfère la justice.

furgole

Cher Mr, il y a plusieurs définitions de la justice, mais celle que je vous sens favoriser n'est en fin de compte qu'un troc fric contre formulaires, opéré par des fonctionnaires gris et sans âme.
Les principaux bénéficiaires sont finalement ceux qui incarnent si bien les rêves de la gauche: les innombrables bureaucrates qui font tourner cette machine infernale.
Quelle est la place du coeur dans tout cela ?
Pas de surprise dès lors que la France soit la première au classement des suicides chez les jeunes et de la consommation des antidépresseurs.
Au nom de la justice, vous installez les gens dans la dépendance et dans un statut d'assisté où vous-même et vos acolytes jouerez le rôle d'administrateur en rond de cuir.
J'y vois très clairement l'intérêt de tous les gens de gauche qui ne pourraient trouver un emploi dans l'économie de marché, mais qu'il ne recouvrent pas leur avidité du voile hypocrite de l'altruisme. Ils dépouilleront les créateurs de richesse pour se créer des sinécures parasitaires, et laisseront quelques miettes aux pauvres pour se gagner des clients. Voilà les valeurs de gauche !

Robert Marchenoir

James Forsyth, journaliste au magazine anglais The Spectator, ancien rédacteur en chef adjoint du magazine américain Foreign Policy, compare Nicolas Sarkozy à l'ancien maire de New York Rudi Giuliani.

Tous deux ont la capacité à changer les choses grâce à la force de leur personnalité, dit-il. C'est bien pour cela que leurs détracteurs ont des arguments similaires. Et c'est bien leur capacité à changer les choses que craignent leurs détracteurs (c'est moi qui ajoute ce commentaire).

On rappellera que Rudi Giuliani est l'homme qui a pris la tête d'une ville symbole mondial de la délinquance et du meurtre gratuit, et qui l'a transformée en métropole pacifique où les gens n'hésitent pas à s'assoupir sur les chaises longues publiques mises à leur disposition, leur vélo posé à côté d'eux.

Et James Forsyth ajoute: dommage que l'Angleterre n'ait pas d'homme politique de l'envergure de Nicolas Sarkozy.

Voilà une bonne raison de plus de voter Sarkozy, s'il en était besoin.

Comme dit l'hebdomadaire anglais The Economist: Nicolas Sarkozy, une chance pour la France.

http://www.6url.com/19DW

"Nicolas Sarkozy and Rudy Giuliani remind me of each other. They’re both tough, urban politicians. Their supporters point to the ability of both men to get things done and laud them for having the ability to change things through the force of their personalities. The arguments made by their detractors are similar. Their critics worry that the two men want to be elected dictators and fret that they are too quick to anger."

"British politics lacks a Sarko or a Rudy; the nearest we have are probably David Davis and John Reid. Indeed, I would be hard put to identify anyone in Parliament with the kind of executive records that Giuliani and Sarkozy have."

http://www.6url.com/19DV

Louis de Saint-Aoüt

Je viens de recevoir les professions de foi des douze candidats.
Leurs proses, nous les connaissons. On peut dire qu’elles ont toutes un air de ressemblance, tant les candidats nous veulent que du bien. Ce sont des promesses et nous savons bien que, quelque soit l’élu (e), elles ne seront pas, ou seront peu, tenues.
Ce ne sont pas les proses qui ont retenu mon attention, mais les photographies des candidats.
Voilà des personnes qui ont la prétention de devenir le premier personnage de l’état.
C’est ce que peut penser le citoyen lambda ; car enfin ils sont bien là pour cela ? Non ?
Les candidates d’abord (honneur aux dames !) : rien à redire, portraits conventionnels. Chacune d’entre elles pourrait figurer, sans déplaire, parmi les Dames élues dans les autres pays.
Les candidats : quatre sont impeccables et leurs portraits pourraient s’afficher dans nos mairies .Ils semblent avoir le respect de la fonction et ils l’affichent dans leurs tenues vestimentaires.
Quant aux quatre autres ils n’ont pas du tout, à mon avis bien entendu, l’allure de la fonction. Si je me présentais aux Français ,avec l’intention de les représenter , je me ferais photographier avec au moins…une cravate ! Que diable ! On n’est pas convié à aller faucher un champ de maïs, à visiter un chantier de maçonnerie, à bourlinguer dans les rues ou dans les sous-bois giboyeux !!! Il est vrai que des personnalités élues en Amérique du Sud s’octroient une désinvolture vestimentaire affichée. Mais ici, dans notre « vieille Europe » je doute fort que cela attire des voix.
Trop tard Messieurs ! A vous revoir (peut-être ? ) en 2012.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité