Ma Photo

avril 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

« Test EADS | Accueil | Triangulaire ouverte »

09 mars 2007

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c632c53ef00d8345218e569e2

Voici les sites qui parlent de Votes utiles :

Commentaires

flamant rose

Je partage tout à fait votre analyse. Une seule différence sur l’expression employée, vous dites « vote utile » et moi « vote de substitution ». En effet l’électorat socialiste à un seul objectif : celui de faire en sorte que Nicolas Sarkozy ne soit pas le prochain président de la république. Pour cela il leur faut un rempart que représentait Ségolène Royal jusque fin 2006. Depuis le début de l’année une quarantaine de sondages disent qu’elle sera battue par NS. Or ces mêmes sondages donnent François Bayrou largement vainqueur de ce dernier . Il est donc devenu le rempart mais pour cela il faut lui permettre d’atteindre le second tour. Une partie de l’électorat socialiste s’apprête donc à faire un vote de substitution en faveur de Bayrou. Vous parlez également du vote utile des électeurs du FN en faveur de NS pour rééquilibrer la balance. Cela suffira peut être pour amener NS à 30 % mais n’aura aucune influence sur le fait que Bayrou soit devant ou pas SR.

Par contre si NS est à 30 % et si la percée de Bayrou se confirme et passe devant Royal, perdu pour perdu s’ouvre alors une autre possibilité que vous n’évoquez pas et qui n’est pas possible avec un NS à 25 / 26% mais qui le devient à 30. il faudra qu’au premier tour, à leur tour 3 à 4 % des électeurs de NS fassent également un vote de substitution en faveur de SR pour la faire passer devant Bayrou et avoir un duel contre elle au second tour. Les électeurs Sarkozystes reviendraient alors au bercail et le tour serait joué. Ce sera éventuellement un risque à prendre.

De toutes façons pour les électeurs de droite c’est surtout pas « Royal » donc pour un Bayrou au second tour ce serait du nectar quelque soit son adversaire. Il se peut également que certains électeurs de droite souhaitent l’éclatement du PS car une seconde absence consécutive de son candidat au second tour verrait disparaître ces éléphants probablement définitivement et cela compenserait en partie leur déception de voir Bayrou élu.

Quelque soit le futur président tout ça nous promet de sacrés règlements de comptes aux législatives qui vont suivre. Ce sera le printemps et on risque d’assister à une pluie de coups bas. Cela remplira les nappes phréatiques de la politique.

noop

Et oui.
Il y a trois mois, les médias nous présentaient effectivement Ségo et Sarko dans un bateau... et faisait comme si la menace Le Pen n'existait pas ou plus.
Mais Ségo a raté son début de campagne.
Bayrou n'en demandait pas tant.
Et nous voilà bien non pas avec 3 mais bien 4 candidats qui peuvent espérer se retrouver au second tour. C'est au moins un de trop, pour mettre au point des stratégies de communications à plusieurs bandes comme au billard.
L'argument du vote utile et anti Le Pen avait un sens lorsque que ce dernier était le seul 3e homme.
Le fait que Bayrou de soit hissé à ce niveau montre qu'une partie des français toujours importante reste très déçue des politiques qui ont été conduites en France depuis trente ans, et que le vote dit utile convainc de moins en moins de monde.
Aujourd'hui toutes les combinaisons entre les quatre candidats sont envisageables pour le second tour. Même un second tour sans aucun des deux principaux parties n'est pas à exclure à coup sur...
On peut imaginer le dilemme que représente la présence de Le Pen pour Sarkozy. Son absence au premier tour peut lui assurer sa présence au second tour, mais le faire battre au second. Sa présence au premier tour, peu lui barrer le second...

hanse

Chapeau bas devant l'analyse de flamant rose!
enfin un peu de poker menteur!

niko

Très bonne analyse.
Je pense que, de plus, il y a un vrai risuqe pour les 2 grands parties du fait de la montée de Bayrou mais aussi du recentrage de Sarkozy et de la gauchisation de Royal.
En effet, pour Sarkozy, ce qui avait fait ça popularité première et si fort était quand il était une vraie droite décomplexée, libérale et premier flic de France qui voulait une vraie rupture avec Chirac. Depuis que le thème de la rupture a été abandonné, il n'a fait que baisser dans les intentions de vote. S'il oublie ses fondamentaux en essayant d'aller chercher des voix qu'il n'aura jamais (les enseignants, une majorité d'ouvriers et les bobos).
Pour Royal, au contraire, en voulant récupérer le PS en entier et aussi, les altermondialistes, elle s'est mise à dos une partie de son électorat traditionnel et surtout elle a flouté son positionnement droitier au PS. Elle aurait pû réaliser un véritable recentrage du PS et n'aura jamais laissé la place à Bayrou. Tout ça pour aller chercher le peu de réservoir de voix de l'extrême gauche.
Dommage pour eux mais cela n'est pas fini

AlainD

Je suis dans la catégorie du TSS et du TSR, bien que n'étant ni du centre ni a fortiori de droite.

Dans la catégorie du TSS, ne pourrait-on pas trouver aussi... Chirac et les chiraquiens.

- Pour faire payer au traître tant sa trahison balladurienne que ses avanies depuis des années (il faut être amnésique pour oublier que NS, de façon compulsive, y est allé sur son ex-mentor de toutes les manières et avec toutes les armes possibles, du canif à la hache. Et il passerait là-dessus, le grand ?

- Pour garder quelque espoir de places. Parce que NS au pouvoir, c'est les mines de sel pour les irréductibles et le cabinet du juge pour leur chef.

David Medioni

Bonjour,

Je pense que Bayrou peut gagner parce qu'il réussi à cristalliser l'exaspération française. Les trois non : les régionales de 2004, Le référundum de 2005, et le CPE en 2006.
Je sens cette tendance de fond comme inéxorable.

Je précise que je ne voterai a priori pas pour Bayrou.

Je veux juste débattre.
Qu'en pensez vous ?

Gargamel

Bof. Je ne m'explique pas la montee de Bayrou dans les sondages, si ce n'est par le syndrome du contestataire conservateur: l'impression de voter pour un type exterieur au systeme sans prendre de risques, le monsieur est frequentable et propose essentiellement de continuer a ne rien faire... en plus il ne semble pas frauder le fisc.

Trésor de bienfaits

Bayrou dernier avatar de la dynamique du non? Assurément.
Mais les électeurs, notamment ceux de gauche qui pourraient aller vers lui, ne voulant pas passer pour des rigolos, aux yeux des autres mais surtout aux leurs, se donnent aujourd'hui l'illusion d'adhérer à son programme de social-économie.
L'entrée en lice de DSK aux côtés de Royal au nom de la social-démocratie va donc logiquement fragiliser le béarnais et embrouiller un peu plus le jeu.
Et dans l'hypothèse où Bayrou éliminerait Sarko au premier tour nous aurions donc le choix entre bonnet blanc et blanc bonnet!

noop

@David Medioni.
Je partage votre avis sur le fait que Bayrou reprend à son compte la posture de Le Pen d'opposant au système. Un opposant "fréquentable"... Maintenant il ne faudrait pas que cela seulement lui serve de programme... Cela serait encore plus léger que le thème de "la fracture sociale".

Trésor de bienfaits

Tout de même pauvre Ségo vierge et martyre contrainte et forcée de se livrer corps et biens au très couillu Dominique...
(analyse un peu hard j'en conviens, mais qui devrait réjouir Michel Schneider)

Bilac

Je ne suis pas d'accord. Les sondages donnent la droite: Bayrou + Sarkozy + Le Pen à 70%, en 2002 elles donnaient la Gauche : Jospin + Mamère + Chevénnement + Taubira + Besancennot à 65 %. Le BVA en octobre 2006 avait fait une enquête : Pour la présidentielle 2007 vous désirez la victoire d'un candidat : Plutôt à gauche 57 %; plutôt à droite 43 % je ne vois pas un cataclysme qui ait pu renverser cela. Les instituts se trompent, comme avec Kerry et comme en 2002, même aux régionales ils n'ont pas vu venir le ras-de-maré socialiste.

Raphael

Tout à fait d'accord, bravo. Il est certain que beaucoup d'électeurs ont pour objectif d'empêcher l'élection de Sarkozy, la grande majorité des autres ayant la volonté d'empêcher Royale d'accéder au trône. Il n'y a ici évidemment pas de place pour M. Bayrou, dont la percée actuelle ne symbolise que l'indécision des électeurs concernant leur vote utile.

Dans l'isoloire, pas de doute, ce sera Royal, Sarko ou Le Pen pour 75-80% des électeurs...

Robert Marchenoir

Le vote Bayrou, c'est l'éternelle illusion française qu'il est possible d'être révolutionnaire en paroles et tiédasse dans l'action.

Il est tout de même extrêmement frappant de constater que, désormais, la totalité des candidats, petits et grands, sont anti-système.

La gauche anti-libérale, par construction et de toute éternité marxiste. Le PS, parce qu'il ne se résout pas à détacher sa remorque de l'extrême-gauche. Le Pen, parce qu'il construit sa légitimité là-dessus depuis la mort virtuelle du parti communiste. Sarkozy, parce qu'il s'est prononcé pour la rupture. Et maintenant Bayrou, le dernier à prendre sa carte au front du refus.

Les Français, irrésolus et angoissés, donnent succesivement la préférence à l'un puis à l'autre, selon les humeurs du moment. C'est le dernier qui a parlé qui a raison.

Longtemps, ça a été Le Pen, "pour leur montrer, à tous ces connards". En parallèle avec le ronron plus tranquille de la gauche anti-libérale, exploitant depuis toujours le fonds de commerce de l'idéalisme et de la rébellion petite-bourgeoise.

Puis, ça a été Sarkozy, qui a osé dire que le roi était nu. Mais il "inquiète". On veut bien le changement, mais sans les courants d'air qui vont avec. Alors on craque pour Ségolène, qui impose les mains aux paralytiques, à la télévision. Mais, passé un certain point, la nunuchitude est tout de même vexante pour un peuple qui se croit le plus intelligent de la terre. Alors on avise l'existence de Bayrou, qui promet de renverser toutes les Bastilles sans déranger personne. De reconstruire la maison sans laisser tomber un gramme de poussière sur les meubles.

Les Français ont donc fini par se rendre compte qu'il y avait quelque chose de profondément vicié dans le système politique, économique et social actuel. C'est déjà un progrès. Il y a consensus sur le dissensus.

Reste à ce qu'ils se mettent d'accord sur un diagnostic. Là-dessus, les points d'accord sont plus nombreux qu'on ne le pense entre les candidats.

Mais, surtout, les Français doivent se convaincre qu'il n'y aura pas de sortie de crise en mode Bisounours. On ne réformera pas le système dans une grande farandole fraternelle, sans inconvénients ni sacrifices pour personne.

On ne décroche pas de la drogue étatiste piquouzée à haute dose depuis cinquante ans sans quelques effets secondaires fort déplaisants, et qui ne disparaîtront pas en trois mois.

Pour l'instant, il me semble que le candidat Bayrou a surtout une stratégie ségoléniste de la première heure: astiquer sa posture anti-système tout en en disant le moins possible sur son programme concret, histoire d'aspirer à son tour les intentions de vote protestataires.

Mais je ne le vois pas, s'il est élu, se cogner de front Le Duigou et ses potes cégétistes qui se payent des retraites à 100 000 € par an aux frais du contribuable, ni laisser les professionnels de la manifestation s'égosiller dans la rue pendant un an, si nécessaire.

Ce qu'il faudra être préparé à faire, n'en doutez pas une seule seconde, si l'on veut améliorer en quoi que ce soit le sort des habitants de ce pays.

mateo

@Niko

"Elle aurait pû réaliser un véritable recentrage du PS et n'aura jamais laissé la place à Bayrou".

Pardonnez moi mais il n'appartient pas à SR de "recentrer" le PS. Le PS n'a pas souhaité joué la carte social démocrate, il y a préféré son éternel ancrage "à gauche", entendez une certaine forme d'orthodoxie idéologique quelque peu radicale sur certains sujets et la pratique de l'impasse sur la réforme de l'état et la baisse de la dépense publique. Aucun des dirigeants du PS ne plaident pour un recentrage et pour s'approprier le travail de mutation opéré par ses partis frères du reste de l'Europe.
Ségolène ne peut être critiquée sur ce plan, c'est tout le PS qui doit se poser la question de son positionnement et des espaces qu'il a ainsi laissé ouverts à ses compétiteurs.

@TDB

"Bayrou dernier avatar de la dynamique du non?"

De quel "non" parlez-vous ?

"L'entrée en lice de DSK aux côtés de Royal au nom de la social-démocratie va donc logiquement fragiliser le béarnais et embrouiller un peu plus le jeu"
Ah parce que vous croyez encore que DSK représenterait une quelconque sociale démocratie ? Le seul courant socialiste français qui ressemble le plus, dans ses réflexions, dans ses propositions au courant social démocrate de type suédois ou danois, n'est pas le mouvement strauss-kahnien "A gauche en Europe" mais le courant de JM BOCKEL et Martin d'Héré qui a fait bon dernier au dernier congrès du Mans avec 1% des votes sur sa motion.
Ce qui permet accessoirement à Bayrou d'apparaître comme un social démocrate "alternatif" crédible, puisque Strauss-Kahn est lui plus soucieux de ne pas se faire excommunier en accordant encore beaucoup trop d'écoute et d'importance à son "surmoi gauchiste". Mais bon on a les fantasmes que l'on peut.


Avec Bayrou, comme le dit Robert, vous êtes assuré largement de pouvoir vous rendormir pour encore 5 longues années sans que rien de pertinent ou de significatif ne vous sorte de votre léthargie. La situation, pour peu qu'on souhaite y remédier, ou porter une action significative, appelle autrement plus de bouleversements et de ruptures que de ménager la chèvre et le choux dans un bel et bon esprit de consensus.

Mais bon, là encore, la léthargie, on connaît, ça fait 25 ans qu'on est allongé sur notre paillasse dans cette fumerie d'opium qu'est la france franco-française. 5 années de plus ou de moins ...

GDL

Un élément important n’est pas suffisamment mis en évidence par les journalistes : la volatilité des intentions de vote concernant François Bayrou.
En effet que signifie 20 ou 24% d’électeurs potentiels lorsqu’ils ne sont que 40% à être certains d’avoir fait un choix définitif.

Pour mémoire, la fermeté des intentions de vote est à plus de 60% pour les autres grands candidats.
Les partisans de François Bayrou risquent donc une cruelle désillusion au soir du premier tour.

Trésor de bienfaits

Mateo, l'expression "dynamique du non" trouve son explication dans le post de David Medioni auquel je réagissais.

sophie

Après être tombé sur un forum interessant sur le site de Elle ca parle du vote obligatoire !

qu'elle idée elle a la PetiteElo
http://forum.elle.fr/htm2/et-pourquoi-pas-le-vote-obligatoire,m-5605.aspx#hla

en tout cas votre blog est interessant je viens souvent merci

JIV

En dehors de tout calcul sur les stratégies du deuxième tour, le "vote utile" pour Bayrou,dès le premier tour, vote d'une partie de l'électorat de droite comme de gauche pourra bien vouloir signifier , au bout du bout, que Sarkozy n'aura finalement pas été le bon candidat de la droite et que Mme Royal n'aura finalement pas été la bonne candidate de la gauche...

flamant rose

@ Alain D,

Vous dites « Dans la catégorie du TSS, ne pourrait-on pas trouver aussi Chirac et les chiraquiens ». Très honnêtement je ne crois pas.

Sarkozy n’a trahi personne, c’est Balladur qui avait passé un accord avec Chirac. L’un allait à Matignon, l’autre se préparait pour les présidentielles. Alors que l’élection était pour 1995 c’est dés 1993 que NS a fait part de son choix à J Chirac et en privé les chiraquiens reconnaissent qu’il a été franc. L’animosité entre les 2 hommes vient d’ailleurs. Une sombre histoire de plue value au sujet d’un terrain appartenant à la famille de l’épouse de Chirac et qui leur a coûté très cher. On a accusé Sarkozy d’être à l’origine de la dénonciation auprès du service des impôts, ce qui n’a jamais été démontré et n’est probablement pas vrai. Mais enfin calomniez, il en restera toujours quelque chose….

Par ailleurs il n’est un secret pour personne que J Chirac n’a pas grande estime pour F Bayrou et Villepin n’est pas prés d’oublier qu’au printemps dernier F Bayrou a voté la censure contre son gouvernement. Alors de ce côté à part peut être quelques défections individuelles les chiraquiens vont voter en masse pour Sarkozy. Pour l’instant, et cela ne vous aura pas échappé, les défections sont côté UDF.

Egalement lorsque Bayrou critique Chirac sous prétexte que en 2002 il n’a pas fait d’ouverture il omet simplement de dire que non seulement il n’a pas voulu entrer au gouvernement mais que de plus il a interdit à ses lieutenants UDF de le faire. Seul G De Robien a transgressé l’interdiction. Le très démocrate Bayrou a la mémoire sélective.

La seule question qui vaille ce n’est pas de savoir si J Chirac va apporter son soutien à Sarkozy car il va le faire mais sous quelle forme va t-il le faire ? De façon appuyée, moyennement, pas trop ? Je ne crois pas que nous ayons la réponse dimanche, cela me paraît un peu prématuré. Ce soutien viendra probablement après l’ouverture de la campagne officielle.

Robert Marchenoir

"L'actuelle mise en scène d'une nation rebelle, menée par un François Bayrou littéraire et rural, parlant béarnais et vivant là où les clochers carillonnent encore, est le symptôme le plus visible d'une nostalgie enfouie, qui gagne ceux qui voient culture et agriculture lentement disparaître. Mais la coalition politique recherchée par le président de l'UDF lui interdit de mettre trop de mots sur cette crise existentielle mal assumée. Moins on a d'idées, mieux on s'entend. Or, il est temps de dire les choses. Hannah Arendt écrivait : « La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat. » "

http://www.6url.com/16MV

AlainD

Rioufol parle de « nostalgie enfouie, qui gagne ceux qui voient culture et agriculture lentement disparaître. »

Je partage cette nostalgie. La culture, si c’est la mémoire, si c’est la connaissance d’un monde divers dans l’espace et ancien dans le temps. Refus du jeunisme égocentrique (non, ghettoïque) et ringardisateur de tout ce qui a été avant.

L’agriculture si c’est demander à la nature ce qu’elle sait faire et non lui imposer de travailler contre nature, à coup d’OGM d’apprentis sorciers et de vaches carnivores.

FR : pourquoi serait-il prématuré, le soutien de JC à NS ?

Nicolas

En parlant de vote utile, comment interprêter le refus de DSK de rallier Bayrou?
Dire "il faut aller au bout de sa logique et faire barrage à NS au second tour", est-ce réellement un refus??
Si Bayrou est au 2nd tour contre Sarkozy, DSK pourrait ainsi le rejoindre sans problème, et en cas de 2nd tour Sarko/Ségo, DSK serait l'émissaire tout désigné du PS pour proposer une alliance avec l'UDF au 2nd tour, le réservoir des voix de gauche semblant très très faible pour l'instant (en tout cas selon les "çondages").

flamant rose

@ Alain D

Vous dites « pourquoi serait-il prématuré, le soutien de JC à NS ? «

Nous verrons bien demain dimanche ce que dira J Chirac. Comme vous je ne suis pas dans le secret. Mais je pense que J Chirac va procéder en 4 temps.

Les trois premiers demain dimanche
Première phase très courte : JC annonce qu’il ne se représentera pas.
Seconde phase : Il va probablement faire le bilan de 40 ans de politique et de 12 années de présidence. Il dira ce qu’il a fait et positivera (normal), puis il dira ce qu’il n’a pas pu faire, ce qui l’amènera à la troisième phase.
Troisième phase : Il est probable que JC dira ce qu’il faut faire pour l’avenir et insistera très certainement sur l’environnement et sur la situation à léguer aux générations futures. Appelons ça un testament politique.

On le voit sur ce blog et sur d’autres les opinions divergent et JC est notre président à tous, c’est la raison pour laquelle je le vois mal soutenir un candidat plutôt qu’un autre au moment ou il s’efforcera de faire une allocution de rassemblement.

Plus tard il fera part de son choix dans ce qui ne sera pas une allocution mais une autre forme de message, (peut être un interview),ce sera la quatrième phase et alors il dira qu’il apporte son soutien à Nicolas Sarkozy. C’est comme ça que je vois les choses.

Vous savez lors d’un départ en retraite le retraité retrace sa carrière en la positivant, parle de l’avenir de l’entreprise en lui souhaitant la prospérité, puis souhaite la bienvenue à son successeur. Ensuite on boit un coup cela porte le nom de « pot de l’amitié ».

Nicolas

Et quel cadeau de départ va-t-on lui offrir à Chihci? L'abandon des poursuites contre lui??

Robert Marchenoir

"Quel cadeau de départ va-t-on lui offrir à Chichi?"

Les oeuvres complètes de Tocqueville, de Bastiat et d'Adam Smith. Peut-être finira-t-il ainsi par comprendre qu'il s'est trompé toute sa vie.

Nicolas

Lui offrir le "petit Nicolas", ce serait plus drôle, non?

RVR

Qu'il se soit trompé toute sa vie n'est pas grave.

Mais qu'il nous ait trompé à ce point... j'espère au moins qu'il rendra des comptes à notre justice pour toutes ses magouilles et pour avoir grassement vécu à nos frais. Il y a à dire, certes, sur Duigou et consorts ; mais à côté de lui, ce sont des bricoleurs.

christ-Elle

@sophie

la PetiteElo a des idées assez enervé.C'est pas mal le tuc des minis sondages. Je me suis direct inscrite au forum.

@Nicolas : je pense que tu as raison son cadeau c'est l'abandon des poursuites!
http://desirsdavenir40.typepad.com/blog/2007/03/un_slogan_sans_.html

lL'Abrincate

Le Ministère de l'identité nationale mérite un carton rouge pour Sarkozy :
http://bboeton.wordpress.com/2007/03/10/pourquoi-definitivement-ne-pas-voter-sarkozy/
Cordialement.

gimik

Certains affirment que la volatilité de l'électorat serait dommageable à Bayrou. Mais pour l'instant, on le voit, c'est le seul qui en profite vraiment.
Bayrou est le seul des trois à voir son éléctorat "certain" augmenter en pourcentage entre début février et début mars. Et au sein d'un électorat en augmentation en nombre, qui plus est.
Chez les deux autres c'est le pourcentage d'élécteurs incertains qui augmente.
Le pourcentage d'électeurs des 2 autres hésitant à voter Bayrou a doublé dans le même laps de temps. Passant en gros de 10 à 20 %
Il y a par exemple 9% d'électeurs certains de voter Sarko début février qui ne l'étaient plus un mois plus tard.
Bayrou rattrape son retard chez les jeunes électeurs.
Dont 56% resteraient incertains.
26% des 18-29 ans voteraient pour Ségo il y a quelques jours au premier tour, mais Bayrou passe de 10% à 20% en 2 mois.
Le vote utile TSS devrait jouer chez les jeunes urbains, une fois admise l'improbabilité de SR de battre NS au second tour.
Je doute que cet électorat calcule en fonction des conséquences supposées bonnes ou mauvaises du scrutin.
"un électorat qui doute encore plus que ses aînés de la pertinence du clivage gauche/droite."
http://www.metrofrance.com/fr/article/2007/03/08/01/5409-34/index.xml
Ils vont se faire un malin plaisir de renvoyer Sarko à Neuilly s/seine, avec son petit engin de nettoyage et son projet de Ministere d'Identification Nationale.
Sauf incident de parcours, pourquoi la progression de Bayrou s'arrèterait-elle aujourd'hui ?
Puisque le nombre d'indécis dans les deux autres camps est en augmentation.

Trésor de bienfaits

Pendant ce temps, notre Ségo, toujours très habile, s'en prend à son propre camp : les dirigeants du PS auraient trop tardé à faire "bloc" autour d'elle. Si malgré tout elle devait gagner ce serait vraiment sans l'avoir fait exprès!

Nicolas

@Trésordebienfaits:

j'ai également été soufflé de la sortie de Ségolène sur les éléphants qui sont responsables, par leur soutien tardif, du fait que, selon un sondage, la compétence est la qualité qui ne s'applique pas à ségolène. Elle nous a refait son laius sur les préjugés sur l'incompétence des femmes. Ouais, bon...je ne suis pas certain qu'on ait eu le même sondage avec Guigou ou Aubry comme candidates.

Nicolas

En revenant au sujet, "le vote utile", certains éléphants s'apprêteraient à voter et faire voter, de manière privée, contre Ségolène. Ce vote, s'il est avéré, serait sans doute profitable à Bayrou, jugé moins dangereux pour le pays que Sarkozy, par ces socialistes.
Chirac votant pour Mitterrand au 2nd tour de 1981 n'aurait pas mieux fait.

antisarko

La baisse préivsible de Sarkozy - après son ralliement au projet FN de création d un ministère de l immigration et de l identité nationale - rend possible un second tour entre ROYAL et BAYROU.

2007sanssarko

Le seul utile pour la gauche, c'est celui pour Ségolène Royal. Rien n'indique que toute la gauche votera Bayrou si c'est celui ci qui est malheureusement qualifié. Et que deviendrait le la gauche et le PS, si jamais, en plus Bayrou perdait contre Sarko? Plus d'opposition, les pleins pouvoir à Sarko.
Donc, non, non et non le seul vote utile c'est Ségolène !

mateo

Pathos, pathos quand tu nous tiens.

A y est, les moralistes "à la petite semaine" y vont de leurs appels à la peur au sujet du Ministère de l'Immigration.

Flicage, fichage, mise à l'index des noirs, des arabes et des mecs verts à pois bleus, NS a franchi la limite, bascule clairement vers le fascisme. Au secours, Taïau, No passaran.

NS qui était déjà cyclothymique, frustré, acharné, pessismiste, méchant, pervers, pédophile, compléxé, et misanthrope revendique maintenant clairement son penchant naturel pour Goebbels ou Mengele...

... En tapant "ministère de l'immigration" sur Google, apparaît en tête de liste ... : le Ministère de l'Immigration du Québec. "Ministère de l'Immigration et des communautés culturelles".

Quand est-ce que les types qui s'imaginent tous les matins être les précurseurs de la lutte anti-fasciste arrêteront-ils leur numéro de cirque grandiloquents ?

Ne peut-on pas exprimer des désaccords, des divergences de vue, ou plus simplement son opposition à tel ou tel projet sans verser dans la dramaturgie, et les grands moulinets moraux de nature théologiques, plus que philosophiques ?

gimik

C'est vrai Antisarko. ça fait tellement longtemps que NS est favori qu'on a presque digéré l'idée de sa présence au 2nd tour. Et comme le soulignait E. Todd ce matin sur France-Culture, l'électorat est intelligent dans la perception qu'il a d'un candidat. Cette chute dans les sondages si elle se confirmait en témoignerait. Todd dit qu'il n'écoute meme plus Sarko tellement celui-ci dit tout et son contraire. Cet appel du pied trop manifeste à JMLP, c'est peut-etre l'erreur tactique incompréhensible qu'il ne fallait pas faire. D'autant que 80 % des électeurs lepenistes se disent certains de leur vote. NS risque d'y perdre beaucoup plus qu'il ne peut y gagner. Un second tour Bayrou-Ségolène, finalement ce serait somme toute une affiche interessante. Je préfère personnellement voir l'UMP de Sarko exploser que le PS. En tout cas, cette idée de ministère aura transformé le "scud" Simone en pétard mouillé, voire en boomerang, les électeurs comprenant bien qu'ils sont pris pour des cons. Ils sont rigolos -pour ne pas dire autre chose- les grands stratèges de l'UMP!

Erick

Immigration et identité française

Il semble qu’ accoler ces deux mots soit une monstruosité.
Mme Royal, après un plaidoyer larmoyant pour l’ immigré qui vient faire les boulots que les français ne veulent plus faire (notons au passage qu’ il y aurait donc de quoi résorber une partie du chômage), qualifie d’ ignoble l’ amalgame entre immigration et identité française. « Amalgame » étant la fusion entre deux éléments, on pourrait penser qu’ elle stigmatise la dévolution de la nationalité française aux immigrés. Elle devait sans doute penser autre chose mais, outre son vocabulaire particulier, elle a parfois des petites difficultés d’ expression. Encore une fois, elle prend une posture en détournant le propos de Sarkozy sans l’ expliciter.

Parlant de la proposition de Sarkozy, Bayrou dit : « Ça veut dire que l'identité nationale dépend de l'origine. Ceci n'est pas un choix de la République depuis qu'elle existe et même ce n'est pas le choix de la France depuis qu'elle existe ».
Bayrou se trompe car lui aussi fait un (mauvais) procés d’ intention.

1 / « Identité nationale « ne veut pas dire « nationalité ». L’ identité c’ est aussi l’ adhésion à une culture et à une société.
2/ La République attribue la nationalité française par la naissance sur le sol nationale. Ce principe, que je sache, n’ est pas remis en cause par Sarkozy. D’ autre part, qu’ on m’ explique ce qu’ il y a de honteux à refuser la nationalité automatique à un nouvel immigrant, même appelé pour travailler en France.
3/ Dans nombre de ses discours, Sarkozy a suffisamment parlé de la République et de la Nation (dans des termes que personne n’ a récusés) ainsi que de ses vues sur l’ immigration pour qu’ il n’ y ait aucune ambiguïté en la matière.

Il faut arrêter les incantations. Le problème de l’ immigration et de la place des immigrants en France est débattu depuis trop longtemps sans qu’ aucune solution politique satisfaisante ait été apportée, tout en laissant souvent les immigrés dans une situation détestable, pour qu’ une gestion claire et complète en soit enfin menée.

AlainD

Mateo a écrit :

"NS qui était déjà cyclothymique, frustré, acharné, pessismiste, méchant, pervers, pédophile..."
et :
"Ne peut-on pas exprimer des désaccords, des divergences de vue, ou plus simplement son opposition à tel ou tel projet sans verser dans la dramaturgie, et les grands moulinets moraux de nature théologiques, plus que philosophiques ?"

D'accord avec vous pour dénoncer ces excès. J'ai effectivement lu des attaques sur sa supposée cyclothymie ou sur sa méchanceté. Pourriez-vous donc nous dire avec précision qui a traité NS de pédophile ?

mateo

Personne, c'était une boutade ! L'homme NS étant coupable au fil des jours de toutes les monstruosités, de toutes les turpitudes, il me semblait bon d'y ajouter ce qu'on ne lui a pas encore flanqué, mais qui ne saurait tarder. Il reste 40 jours pour lui charger sa barque. Je pense être en deça de la réalité de demain, nul doute que d'autres qualificatifs encore plus discréditant devraient être relâchés par celles et ceux qui aiment le débat (mais sans contradicteurs).

;-))

gimik

(tiens,j'en rajoute une couche)

Ho, qu'il est mignon, le pauvre petit mogwaï ! qu'est-ce qu'il a ? Il a soif ? :)

Eric Gillot

Dupin, Vous dîtes très justement:
"La candidate socialiste a décroché l'investiture de son parti en bonne partie parce qu'elle semblait promettre la victoire contre le candidat de l'UMP. Dés lors que les sondages annoncent sa défaite, alors qu'ils laissent entrevoir un succès de Bayrou contre Sarkozy, il devient rationnel - pour ces électeurs - de soutenir le candidat centriste au premier tour. Le piège du vote utile risque ainsi de se retourner contre la direction du PS."

C'est exactement le sujet de discussion que j'ai avec mon fils socialiste en ce moment:
"Si tu ne veux pas de Sarkozy, il est in-utile de voter Ségolène au 1er tour".

Erick

Eric Gillot,

En plus de ce conseil, donnez-lui aussi une bonne bouteille d' alcool. Autant qu' il se tape une bonne cuite plutôt que de se mettre une balle dans la tête aprés s' en être tiré une dans le pied.

Erick

Immigration et identité française (suite)

Citation de Sarkozy sur Yahoo! Actualités :

"Pourquoi un ministère ? Parce que la politique, ça sert à quelque chose, ça sert à agir. Je veux relancer le système d'intégration à la française". "Il n'y a pas une personne sérieuse qui dise que la machine à intégrer, ça fonctionne, après les émeutes dans les banlieues".

... "notre pays, depuis trente ans, n'a pas fait l'effort de définir une politique de l'immigration, ce qui fait qu'on a ouvert un espace énorme aux extrêmes entre ceux qui disent "aucune limite" et ceux qui disent "aucune immigration", ce qui n'a aucun sens car la France s'est construite par l'ouverture et des vagues successives d'immigration".

Clair, non ?

tristram

Lisez bien la déclaration de fin de règne de Chirac. On dirait du Bayrou, pas du Sarkozy. C'est frappant, je trouve.

Pourtant, rare (inéxistant) sont les commentateurs qui ont estimé que la déclaration de Chirac "ressemblait plus à un soutien à François Bayrou qu'à Nicolas Sarkozy".

La feuille de route/testament que Chirac trace pour l’avenir est effectivement un condensé du projet Bayrou (il manque peut-être la place fondamentale de l’éducation). Ce n’est pas un hasard, si Bayrou explique sur tous les tons en quoi Chirac est honorables dans sa politique extérieure (Europe mis à part) et dans son rôle de rassembleur et de pacificateur de toute la nation et de son rapport au passé…

S'il apportait finalement son soutien à Bayrou, ce serait un dernier pied de nez, plutôt sympathique au demeurant. Entre deux hommes qu'il déteste (FB et NS), je pense que Chirac choisira néanmoins celui envers lequel il a le plus d'aversion....ou au mieux, il ne se prononcera pour personne, à moins que le vieux loup s’avoue vaincu par le harcèlement de la hyène « givrée » de l’UMP.

On peut dire ce qu’on veut, mais voir Chirac soutenir le ministre de l’immigration et de l’identité nationale, ça serait triste, puisqu’il renierait la seule position éthique constante qu’il n’ait jamais eue en politique…

gimik

@ Erick
non ! ;)
Il est maladroit dans sa tentative d'édulcorer des propos dont il est incroyable de penser qu'il n'avait pas prévu l'impact. Faisant référence à l'histoire du pays, il ne peut ignorer la résonnance historique des phrases qu'il prononce.
Il existe d'autres alternatives comme en Espagne, grand pays d'immigration, avec apparemment un Secrétariat d'Etat de l'Immigration et de l'Emigration (!), affilié au Ministère du Travail et des Affaires Sociales.
http://extranjeros.mtas.es/fr/index.html
Logique, non? ;)

Le seul choix c'est François

Le changement, voila le véritable enjeu de la campagne de François Bayrou. Il doit maintenant expliquer aux Français que changer, ça ne fait pas mal, çà ne brûle pas, ça n'est pas nocif pour la santé. Les mêmes qui aujourd'hui nous promettent le chaos par l'immobilisme sont ceux qui nous promettaient les chars soviétiques à la concorde avec l'élection de Mitterand... Il est d'ailleurs amusant d'entendre les leaders socialistes entamer cette antienne en coeur avec les leaders de l'UMP. Est ce que Mitterand n'a pas été un bon président qui a su s'adapter aux circonstances? En 95, les supporters de Balladur Sarkozy en tête ne promettaient-ils pas que Chirac ne trouverait personne pour gouverner avec lui? Cette présidentielle s'annonce comme une belle synthèse des précédentes avec une surprise de taille à la clé. En effet,les Français qui sont beaucoup plus pragmatiques et intuitifs que les politiques l'imaginent ont remarqué que, dans les entreprises comme dans les administrations, tout le monde travaille de concert pour moderniser et transformer l'outil de travail sans s'occuper de l'appartenance politique de l'autre: en tenir compte pourrait même être un motif de licenciement... Je pense donc que le peupel français est sur le point de licencier sa classe politique pour refus de regarder la réalité en face. Cette réalité c'est que le clivage droite-gauche n'est plus un moteur de progrès mais le meilleur moyen de continuer à décliner dans un contexte de mondialisation qui ne permet plus de perdre du temps dans les alternances stériles!

Erick

Gimik,

Il n' édulcore pas des propos; il explicite sa proposition de ministère. Ses propos, ils se trouvent tout au long des discours qu' il a pu prononcer ou était traité de la Nation, de la République et de l' immigration, le tout de façon parfaitement constante et cohérente.

Voir aussi http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-881861,0.html

Eric Gillot

@Erick
Vous ne croyez pas si bien dire depuis 30 ans et singulièrement depuis 5 ans, Nicolas n'a rien fait pour définir une politique de l'immigration.
C'est clair.

Mieux vaut tard que jamais et tant mieux s'il crée enfin ce ministère.

Robert Marchenoir

"Depuis 30 ans et singulièrement depuis 5 ans, Nicolas n'a rien fait pour définir une politique de l'immigration."

Il y a trente ans, Sarkozy avait vingt ans et quelque. Je sais bien que ses adversaires, ivres de la crainte qu'ils veulent susciter à son égard, l'imaginent volontiers en dictateur tirant toutes les ficelles de toute éternité, mais là c'est moyen crédible.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Suivez-moi sur Twitter

La Victoire empoisonnée

  • Mon dernier livre, publié le 10 mai 2012 aux éditions du Seuil, est consacré à la campagne présidentielle de 2012. Il s'agit d'une enquête en profondeur mêlant de nombreux témoignages de Français de toutes conditions mais aussi de politiques de tous niveaux, des militants aux candidats en passant par les responsables et les élus. Cette sorte de récit analytique cherche à rendre compte des véritables lignes de forces de cette campagne, à expliquer la victoire désormais plus que prévisible de François Hollande, et enfin à proposer une réflexion sur l'avenir qu'elle nous réserve. Un blog lui est dédié. Vous y trouverez la quatrième de couverture du livre, la table des matières, l'introduction, quelques photos, une revue de presse et, bien sûr, les réactions des lecteurs.

Publicité