Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Sondocratie Royal | Accueil | Libé rupture »

25 octobre 2006

Commentaires

Thierry

Bonjour,
Au moins, juste à lire vos titres, on sait pour qui vous roulez...
Bonne journée.

Eric Dupin

Ah bon ? Expliquez-moi alors pourquoi j'ai titré une précédente note Fabius-Royal ?

eczistenz

Cette note me parait très intéressante, même si elle reste globalement très "déclamatoire". Rassembler les acteurs d'une filière est justement une stratégie que nous avons adopté dans mon travail, sur des sujets bien plus localisés certes, et qui fait ses preuves. Quelque part, c'est un peu "renouveller" le concept de la concertation entre acteurs, un peu perdu ces dernières années, même si le "système" français repose un peu sur ce principe. Les fameux plans quinquennaux de la 4ème république n'étaient pas vraiment différents : rassembler tous les acteurs privés et publics d'un secteur pour élaborer ensemble une stratégie industrielle. Ca marchait pendant les 30 glorieuses, parce que les rapports de forces entre acteurs et les conditions socioéco étaient très différents. Mais dans un contexte différent, on a aussi besoin aujourd'hui, vu nos difficultés, de mobiliser toutes les énergies et les idées.

Salade

Je ne vois aucune stratégie, à part celle qui consiste à travailler à tous les niveaux (multi-réseau).
C'est totalement insuffisant de la part des élites: on ne voit pas grand prise de risque politique.

2007 sans Sarko

Il me semble pourtant que Royal a hier remporté le round, alors que DSK l'avait remporté la semaine dernière. Excepté sur l'université, DSK est resté assez vague.
Et surtout, les propositions de Royal étaient au centre du débat, tout tournait autour d'elle.

gerard

DSK a évidemment gagné car Ségolène Royal a perdu des points hier soir. D'abord,c'est quoi cette blague que j'entends depuis ce matin, je cite: "le débat a tourné autour d'elle et de ses propositions". Mais c'est tout à fait normal puisque Royal est la favorite et DSK et Fabius sont les challengers dans cette primaire au PS. Cela n'a rien à voir avec la dynamique du débat d'hier soir et cela ne montre en rien qu'elle ai dominé celui-ci. Je pense exactement le contraire. Cette confrontation a clairement montré que sur les trois positions phares de Ségolène Royal, aucune ne tient la route. Elle veux des jurys populaires parce que la France va mal mais comment peut-on croire qu'en tirer 15 Français au sort pour poser des questions aux élus la France ira mieux. Sur la carte scolaire, laisser le choix entre deux-trois établissements pour savoir lesquel sont défavorisés et mettre les moyens. mais on sait déjà où ça va mal. Enfin les "camps humanitaires" qui remplacent les "camps militaires" pour les jeunes délnquants, on voit pas à quoi ça peux ressembler. Sur ses propositions, Ségolène Royal a perdu beaucoup de point, ce n'est pas sérieux tout simplement. Je n'ai pas aprécié son "oui" furtif, sans argument, sans conviction et et du bout des lèvres au mariage homosexuel. Visiblement, elle n'avait pas envie d'en parler. Donc, là où on attendait une Ségolène Royal sur ses propositions, elle a perdu. Ce sont donc Fabius et surtout DSK qui sortent à mon avis renforcé de cette soirée. Ce matin, l'hypothèse d'un second tour est devenu plus que probable et ne surprend plus personne. Le débat interne s'oriente désormais vers l'attitude d'un DSK ou d'un Fabius lorsque l'un des deux sera au second tour.

selene

Ce qui est extraordinairement dangereux dans ce qui se passe, c'est que l'on "vole" aux français le vrai débat, au profit de mesurettes au demeurant inapplicables:
des camps humanitaires pour 48000 primo délinquants par an?
des pseudos représentants de la nation tirés au sort, alors que l'on a tellement de mal à faire voter un grand nombre de personnes?
des chefs d'établissement publics transformés en employeurs privés? où sera l'égalité devant l'accès à la fonction publique cher à nos concitoyens?

des interdictions de licencier au bon gré de la madame?

le principal devoir des parents est de transmettre les interdits? (oui, elle l'a dit ainsi, même si cela a déjà été édulcoré depuis?

Pendant ce temps, les débats de fond sont occultés, plongés dans l'ombre, quid du renouveau économique?
de la rénovation de l'agriculture et de la PAC?
De la possibilité donnée à chacun de retrouver une vie digne par le travail et l'insertion autrement que par le tirage au sort?

gueule de bois aujourd'hui... volée, j'ai été volée de mon débat sur l'environnement, la société des services et la rénovation du logement, volée de mon débat sur les possibilités d'égalité réelle donnée par le renouveau de l'enseignement supérieur.

A construire cette petite liste, je me rends compte que tout ceci a été scientifiquement préparé afin que DSK ne puisse s'exprimer; Gueule de bois vous dis je, et voilà ma première nuit blanche à cause de Segolène. Surement pas la dernière si elle est choisie par les militants PS.

bernard

Perso je suis d'accord avec Gérard. J'ai eu la même impression, DSK a été plus crédible que Royal. POur moi il a marqué plus points.

Seul bémol Gérard quand vous dites :
"croire qu'en tirer 15 Français au sort pour poser des questions aux élus la France ira mieux"
Là vous caricaturez un peu son propos.

Je pense que c'est audacieux que d'évoquer la démocratie participative/populaire. Certes, elle est sur le fil mais elle a pointé un certain mal-être très actuel que ressentent beaucoup de français vis à vis de leurs élus. La défiance est certaine envers les dirigeants politiques.

bégé

Eric Dupin vous jugez de la forme, en effleurant le fond.
Dommage que vos confrères vous suivent sur ce terrain, à moins que ce soit le contraire.

Basta

Le débat a été entièrement structuré autour des « propositions » de SR.

La faute en revient d’abord aux animateurs, qui avaient délibérément adopté cette trame. Le débat était donc objectivement biaisé. Dans un esprit d’équité élémentaire, le questionnement aurait du être neutre, seulement commandé par le sujet de la soirée, dont maintes facettes ont été négligées. Les propositions de SR et des autres auraient alors été évoquées par eux-mêmes. Ainsi, la Chaîne Parlementaire, service public par excellence, cédait à la tentation de mettre en scène une partie de catch, conformément aux exigences de l’audimat !

La faute en revient aussi à LF et DSK qui avaient – à raison - décidé d’être offensifs, mais n’ont pas su le faire par la contre-attaque, pilonnant les positions de SR, sans arguments originaux.

Certes, DSK est de loin le plus convaincant dans l’instant. Mais après coup, on ne se souvient de rien. Un discours bien charpenté, mais sans variation d’accents, devient une séquence soporifique. Il faudrait prendre des notes comme pour le cours d’un prof éminent qui n’a pas à convaincre, mais à transmettre.

A cet égard, Fabius est très supérieur, mais il n’a plus de crédibilité, non à cause de l’affaire du sang contaminé, ou de ses changements de postures idéologiques, mais parce qu’il n’est plus depuis longtemps – 1986, 20 ans ! - sur la trajectoire ascendante. Il est un vestige de l’ère mitterrandienne, comparable à Raymond Barre, mais trop jeune pour prendre sagement sa retraite. Son erreur irrattrapable fut d’accepter Matignon à 37 ans.

Sous la mitraille, SR a fait montre d’endurance, mais elle a aussi montré les limites de sa méthode, qui au nom du « pourquoi pas ? » la conduit à des légèretés et absurdités comme le Conseil des Ministres sous la surveillance d’un Jury Populaire ; les « camps humanitaires », tous termes inquiétants.
La question sur le mariage et l’adoption par les couples homos l’a vue en difficulté. « Oui » a t’elle répondu de manière minimaliste, après avoir développé le raisonnement sur l’exemple de couples homos ayant des enfants nés d’une vie conjugale antérieure, ce qui est autre chose que l’adoption par les couples homos !
Surtout elle paraît murée, regardant peu ses « camarades », débitant des généralités dans un vocabulaire de marketing en de courtes périodes martelées qui se terminent systématiquement par une chute de ton dans un timbre de voix de vieille assez désagréable, en même temps qu’elle se raidit physiquement (« Tiens-toi droite » semble lui intimer une voix) et qu’un sourire mécanique s’affiche… Il y a du pantin chez SR : elle n’est pas sans rappeler Arlette !

bégé

Une question: les candidats ont-ils eu les questions avant le débat, comme cela a été reproché lors de la première émission ?
Si oui, les reproches exprimés ici ou ailleurs, non pas lieu d'être.
Si non, la microscopique chaîne parlementaire aura réussi un beau coup: être reprise pour un débat moins tiède que d'hab.

Ajamais

DSK progresse (2 points de plus dans le nouveau sondage du Figaro). Et alors. Le « score » actuel de DSK, sa « popularité » plutôt pâlichonne illustrent bien l’impasse de la social-démocratie. Feu la social-démocratie serais-je tenté de dire. Aucune proposition qui tranche. Toujours les vieilles recettes (la relance, la croissance…), et cette fois-ci sans les 35 h et les emplois jeunes. C’est à dire qu’il n’y a plus rien à proposer. Ainsi, DSK n’apparaît pas comme une alternative crédible à Sarkozy. Pour Fabius, l’illusion gauchisante du socialisme, c’est encore pire. On mesure alors l’abîme dans lequel est le parti socialiste. C’est ça qui rend possible Royal. Sans cela Royal n’aurait même pas osé. Si elle ose (un peu de tout, et parfois du n’importe quoi), c’est que la gauche est orpheline d’un programme, d’un destin. A la « gauche de la gauche » c’est dans l’immédiat tout aussi pitoyable. La crise est profonde, comme elle n’a jamais été.

matéo

@Ajamais
Je suis assez d'accord avec vous pour dire que la social démocratie "à la française" est dans une impasse, et que celle supposée de DSK est à la fois timide, mais surtout empesée dans les recettes éculées d'un keynésianisme mal compris.

Cependant, je me permets de corriger une erreur. DSK est favorable à la généralisation des 35h, mais nous dit-il pour marquer son originalité, "par la négociation sociale". Quand partout ailleurs en Europe, les durées de travail hebdomadaire augmentent, quand à peu prés partout dans le monde industrialisé, on a compris qu'il y avait une compétition, et qu'il fallait plutôt s'alléger en vue de la course, que de se mettre des boulets aux pieds, les socialistes DSK compris, envisagent eux de redonner vigueur au partage du travail, et à l'extension des 35h aux millions de travailleurs qui y ont échappé. C'est d'ailleurs écrit en toute lettre dans LE projet, chacun des candidats tournant la chose à sa sauce.

Les emplois jeunes seront réactivés, ce point figure aussi au programme du PS.

L'extension des 35 h est évaluée à un coût de 4 MD€ et la réactivation des emplois jeunes dans le secteur public et associatif à 1.6 MD€, en hypothèse moyenne, par l'Institut de l'Entreprise qui chiffre les programmes politiques.

Il serait benêt de penser que tel ou tel candidat du PS s'affranchira du programme-projet. Chacun d'entre eux amendera, pondérera, aménagera, mais ils s'emploieront peu ou prou à en réaliser le contenu.

Notre seule chance d'y échapper tient à "l'héritage", qui permet en général au nouvel entrant d'expliquer que le sortant lui a laissé une situation à ce point calamiteuse, qu'il serait bien en peine de mettre en oeuvre les mesures phares de son programme.

stefbac

Qu'importe le ou la gagnant(e), mais un deuxième tour semble nécessaire... Ce sera une bonne leçon de démocratie...

Aiglon

Comme l'a prévu Eric Dupin, un sondage aujourd'hui indique que l'opinion est favorable à 60% aux jurys populaires. Peut-être les mêmes 60% qui estimaient la semaine dernière les hommes politiques corrompus.

Qui ne voit qu'en surfant sur l'opinion tellement prévisible, Ségolène ne court pas grand risque d'être démentie et peut ensuite s'indigner tel Robespierre : "Moi je n'ai pas peur du peuple".

C'est là que le piège se referme sur tous ceux qui tentent de légitimer la démocratie représentative. Les girondins des temps modernes peuvent être aisément taxés de protéger des situations acquises et des privilèges indûs. C'est ignorer bien sûr la complexité de l'action publique, la difficulté de trouver des solutions justes et efficaces quand les marges de manoeuvre manquent. Fort heureusement les jacobins veillent ! Le bonnet phrygien se porte bien ces temsp ci, camarades citoyen et citoyenne. Ne dit-on pas que le peuple a la tête près du bonnet. Bon ne nous égarons pas.

Le char de l'Etat-providence a du mal à grimper la pente ? Fouettons les cochers ! Entassons à côté d'eux les passagers et que chacun y aille de son conseil ou de son injonction, telle la mouche du coche.

Redevenons sérieux. On a envie de demander : Madame Royal, vous qui voulez incarner le renouveau et les propositions audacieuses, iriez vous jusqu'à remettre en cause votre présidence si l'on vous contestait dans un de ces jurys populaires l'un de vos arbitrages. Qu'auriez vous fait et que feriez vous si le tribunal des citoyenss - autrement que par le vote - vous demandait de rétablir la peine de mort, vous demandait d'abroger les 35 heures, vous demandait de mettre la retraite à 55 ans ou au contraire à 65 ans ? etc ...

Les réponses seraient intéressantes. On touche là du doigt les limites de la démocratie d'opinion. Sans parler du rétropédalage - lui aussi prévisible tant celà manquait de sérieux - de Ségolène Royal sur les jurys appliqués au conseil des ministres.

Pour rétablir la confiance des citoyens envers les élus, il n'y a qu'un remède : que les élus assument pleinement leurs responsabilités. A une époque pas si lointaine, un homme politique soupçonné - encore le soupçon - a remis son pouvoir aux mains du peuple sans y être obligé. Cet homme bien sûr c'est DSK. C'était l'affaire de la MNEF. Voilà la politique par la preuve dont Madame Royal fait tant l'éloge, mise en pratique. Il ne suffit pas toujours de réclamer plus de justice et d'ordre, il faut aussi la pratiquer pour soi même. A cette occasion, Madame Royal avait déclaré "Un homme politique est là pour servir, pas pour se servir". On est tenté de lui répondre aujourd'hui : "Madame Royal, et si vous cessiez de vous servir de l'opinion".

PMB

Excellente réponse, Aiglon, et c'est dit sans ironie. Que les hommes politiques assument leurs responsabilités. Que la justice puisse les poursuivre. Que leurs condamnations ne soient pas systématiquement assorties de sursis. Que toute condamnation entraîne ispo facto leur départ de la vie politique. Qu'ils soient tenus à une obligation de résultats sur leurs promesses. Ségo y compris, bien sûr.
Et on n'aura pas besoin des jurys populaires (même si je continue, d'être impressionné par les témoignages concrets d'Eczistenz).

Bon, PMB, tu rêves...

Emmanuel

@ Eric Dupin : vous faites référence, de façon implicitement négative, à la manière dont les "royalistes" pensent répondre à la mondialisation à partir de la liaison avec une tribune de Jacques Delors, Gérard Collomb, (...) publié dans le Figaro cette semaine.

"(...) si vous voulez avoir un aperçu de la manière dont les royalistes entendent répondre à la mondialisation, lisez la tribune publiée aujourd'hui dans "le Figaro" (...)"

Bien que le Figaro ne soit pas ma lecture favorite, j'ai lu l'article en question dont le titre résume bien le contenu : "Plaidoyer pour une mondialisation responsable"

Est-ce à dire que vous penchez vous-même pour une mondialisation irresponsable ???

De plus, il est sûr que DSK, dont la ligne idéologique est très proche de celle de Delors ou Rocard, signerait des deux mains ce plaidoyer pour une mondialisation responsable. Etes-vous d'accord ?

Eric Dupin

Emmanuel,
Rassurez-vous, je ne suis pas partisan d'un mondialisation irresponsable ! Je crains seulement que l'approche développée dans cette tribune sous-estime gravement la logique propre à la mondialisation et ne suis pas du tout sûr que les "actions concrètes" des uns et des autres, fruit de la bonne volonté et de la concertation, soient à la hauteur du problème.

Trésor de bienfaits

Marie-Ségo n'a plus de limites : après le jury chargé d'évaluer le conseil des ministres, voilà qu'elle nous fait remonter le temps en voulant faire taire Elkabach (orthographe?)!
Il aurait d'après elle fomenté un complot avec les deux autres candidats pour la "prendre en tenailles" (pas de plaisanteries salaces svp, n'oubliez pas qu'elle est habitée par Jeanne d'Arc).
De plus les journalistes reliés par leur oreillette au maître des lieux auraient, paraît-il, reçu de lui la consigne de l'assaillir de questions...
Hollande, Montebourg, Ayrault, mettez-vous de toute urgence au chapelet et à l'eau bénite : il ne vous reste plus que ça à faire si vous voulez l'exorciser.

Trésor de bienfaits

Elkabbach avec deux b.
Ma source est Le Monde, présidentielle 2007, en haut à gauche du site. Article D'Isabelle Mandraud.

Nicolas

Sur les 35H, un proche de DSK a dit qu en réalité, le projet de Robien était le meilleur. Rappel, aussi: DSK était opposé à M.Aubry.

Je pense aussi que DSK était le meilleur dans les débats. J imaginais les 3 candidats contre Sarkozy ou MAM: Ségo serait laminée et compassée, Lolo démago et idéologue.
Et pourtant, je n arpprécie pas bcp DSK, mais c mon constat.
Je pense toujours que Bayrou est plus social-libéral/héritier du Delorisme que l ancien groupie du grarnd Jacques (qui soutient Ségolène, sans doute à cause des sales coups portés jadis par DSK à Martine Aubry).
Ah, dommage que Pascal Lamy ne soit pas populaire dans ce pays. Si qqn souhaite créer un comité de soutien pascalien, je suis preneur. Le nom rdu comité? "Lamycale" ou "LamypublicN°1" ou "LamyKado" etc.

n.eric31

Le meilleur ennemi de Sarkozy, c'est Sarko lui-même....l'élection présidntielle est déjà jouée....Sarko président au deuxième tour avec 60% des voix....sauf si Sarko fasse une gaffe monumentale
Alors, discourir sur les qualités de DSK, Ségolène,Laurent est un exercice vain....je soupçonne les 3 de l'intérioriser et de n'exister que pour faire de la figuration...un peu comme le championnat de foot: il y a Lyon et les autres qui ramassent les miettes, qui regardent avec impuissance et rage Lyon jouer sur une autre planète
Donc, on aura mille fois hélas pour les 5 ans à venir du Sarko matin, midi et soir

Bonne nuit

vfry

J'ai écouté les 2 débats, DSK m'a semblé légèrement mieux que Fabius mais les 2 nettement au dessus de Royal. Cependant, ayant toujours voté à gauche, jusqu'en 2002, je suis à 99,9% sûr de voter Bayrou cette fois ci.
Il est le seul à avoir vraiment analysé les séisme d'avril 2002 et mai 2005. Je trouve son diagnostic juste et ces propositions excellentes et très pragmatiques. Pour moi, c'est de lui que nous avons besoin pour tourner le dos à cette alternance stupide tous les 5 ans qui défait et refait quasi les mêmes politiques.

martin

vfry, je fais la même analyse que toi et comme toi j'ai toujours voté socialiste. Je franchirais le pas et voterai très probablement Bayrou si Ségolène Royal est désigné car il a plus de courage politique et il apporte une meilleur réponse à la crise de confiance démocratique. Je ne cherche pas du tout à manipuler qui que ce soit en disant cela; c'est tout simplement mon état d'esprit.

Erick

Nicolas,

DSK opposé à Martine ?

Jusqu' à maintenant je croyais qu' il était le génial inventeur des 35 H dans l' élaboration du programme socialiste de l' époque et qu' il s' était soigneusement mis en retrait lorsqu' il a eu la surprise de voir le PS au gouvernement, laissant Martine gagner les lauriers (puis la couronne d' épines) de cette mesure glorieuse.

Erick

Si Flamant rose nous rejoint, je veux le remercier du lien copié ci-dessous ou l' on verra, qu' outre sa faveur pour le mariage et l' adoption homosexuels, Ségolène est une "défenseuse" (aïe ! la féminisation des mots ! Je n' ai pas dit "défonceuse") de la famille.

http://lyon.novopress.info/?p=2056

PMB

Défenseuse de la famille, peut-être. Mais "défonceuse" de la sienne (merci Erick) quand elle l'exhibe dans les médias, sûrement. Je n'oublierai jamais la petite tête gênée des hollando-royalistes collés le long du mur de la maternité où Mme Mère exhibait aux flashs des papparazzi* sa dernière création et le reste du troupeau.

* Mot inexact : un papparazzo traque sa victime (souvent consentante) alors qu'ici ces messieurs pas-de-la-famille avaient été invités. Disons : des voyeurs.

L'aura pas ma voix, Ségo.

Thierry

Bonjour,

Hier soir, les militants parisiens ont acclamé le plus parisien des candidats socialistes.
Toujours aussi nombrilistes ces parisiens !

Nicolas

Ne cherche-t-elle pas à se positionner en éternelle victime, Ségolène?

Ca rappelle Sarko, non?

Nicolas

...en moins bien

fortino

Dans son dicours du Zénith, DSK a demandé à Sarkosy de retirer les cars de CRS des quartiers sensibles, arguant à juste titre qu'il ne s'agissait pas de territoires occupés.
A l'aune de ce qui se passe en ce moment, notamment après Marseille ce week-end, je me demande si cette posture, prompte à enthousiasmer une salle de 6000 socialistes, sera tenable ! (au moment où j'écris l'AFP vient d'annoncer qu'un jeune homme a été gravement blessé à l'oeil par un tir de flashball ce week-end)
Il faudrait que mes camarades se décident enfin à voir un peu plus loin que la campagne interne, sous peine de voir le vainqueur de leur confrontation interne, ne porter qu'une candidature de témoignage.

matéo

"Dans son dicours du Zénith, DSK a demandé à Sarkosy de retirer les cars de CRS des quartiers sensibles, arguant à juste titre qu'il ne s'agissait pas de territoires occupés."

Pas du tout démago, ce genre de sortie ! Mettre des forces de police supplémentaires, en l'occurrence de maintien de l'ordre, oh juste motivées par la prise d'assaut de bus, qui a fait une victime brûlée à 70 %, reléverait de la "provocation", c'est ça ?

Pour ne plus avoir de problème, retirons les cars de police qui "énervent" certains tordus à la cervelle petits pois, et tout redeviendra calme ? La cités = la bande de Gaza ? Si ça, c'est pas de la manipulation et des formules malheureuses, alors qu'est ce que c'est ? De l'acuité intellectuelle ?

Et puis ajoutons, pendant qu'on y est, qu'on pourrait faire circuler à pied dans les técis, des couples de flics en tenue qui iraient à la rencontre de la population et des jeunes du quartier sur l'air du "ça va les gars, alors toujours au Bizz ?", s'enquérant de la santé du petit dernier, des progrès à l'école du frérot. Même que du coup, que les pandorres seraient conviés aux fêtes du slip en sous-sol pour fumer le tarpé, et mater deux, trois films de boules.

"A juste titre" !: ben on n'est pas sorti d'affaire !

Robert Marchenoir

"Dans son dicours du Zénith, DSK a demandé à Sarkozy de retirer les cars de CRS des quartiers sensibles, arguant à juste titre qu'il ne s'agissait pas de territoires occupés."

Je l'avais ratée, celle-là. Et moi qui pensais que DSK était un social-démocrate raisonnable et ouvert.

Nooon... C'est un trotskyste qui pense que la police est une armée d'occupation, qu'elle n'a aucune légitimité à stationner sur le territoire français pour protéger les citoyens.

Si elle se montre, c'est, bien entendu, une "provocation", selon la logique de gauche bien connue de renversement des valeurs...

Dans le même ordre d' "idées", selon Hollande et Fabius, si des voyous brûlent un bus avec des passagers à l'intérieur, ils n'y sont naturellement pour rien, c'est la faute à Sarkozy...

D'ailleurs, ce matin, j'étais pas très clair, j'ai pissé à côté de la cuvette. Je crois que c'est la faute à Sarkozy.

On notera que, ne reculant devant aucune incohérence, Fabius a traité les incendiaires criminels de Marseille de "salopards" (mais c'est la faute à Sarkozy, bien sûr).

J'attends encore la vague d'indignation qui doit, sans nul doute, soulever les médias et les blogueurs de la gauche bien-pensiste: comment! un homme politique de premier plan, ancien premier ministre, traite des jeunes de "salopards"! mais cela le disqualifie à tout jamais pour prétendre accéder à la présidence de la République! "Salopards", c'est beaucoup plus grave que "racaille", qui visait lui aussi des délinquants!

Surtout que la racaille se qualifie elle-même ainsi, alors que je n'ai jamais entendu personne se qualifier de "salopard"...

Bien entendu, le ban et l'arrière-ban de la gauche, de l'extrême-gauche et des "assoces" vont se mobiliser dans les heures qui viennent: un homme politique se doit de garder son calme en toutes circonstances, il n'a pas le droit de stigmatiser, il doit s'en tenir aux faits, parler de criminels -- pardon, de présumés criminels, pas de "salopards", etc, etc.

Pour l'instant, je constate un léger retard à l'allumage, si je puis me permettre ce mauvais jeu de mots.

Une distraction, sans doute.

PMB

Ben moi je me lève de mon ban de gaucho-assoce pour dire que ce "salopards", dans la bouche de Fabius, sonne ausi faux que sa fausse Harley (oui, je sais, c'est ma fixette).
Ça sent trop la volonté de à la fois marquer Sarko à la culotte et de s'en distinguer, alors qu'une telle affaire, fruit véreux de la perte de trop de valeurs, aurait pu se produire aussi bien sous la gauche (rappelez-vous Papy Voise)./

Michel

"Selon Hollande et Fabius, si des voyous brûlent un bus avec des passagers à l'intérieur ... c'est la faute à Sarkozy..." Par ailleurs, les "Criminels à capuche"
http://hertoghe.typepad.com/carte_de_presse/2006/10/dimanche_matin_.html#comments
ont incendié le bus en crachant leur haine pour Sarko.

Hollande, Fabius se presentent ainsi en alliés des criminels encagoulés.

Aiglon

Qui est ce que la droite allumait en 2002 quand le petit vieux se faisait rotir les pieds ou qu'un père de famille se faisait lapider par des voyous ? Les criminels ou Vaillant et Jospin ? Le gouvernement de gauche bien sûr. Et qui en rajoutait ? Chirac bien sûr ... Et qui en a profité ? La droite extrême. Non pardon la droite nationale.

Ce qui était légitime pour la droite ne l'est plus pour le PS ? On n'a pas le droit de taper sur Sarko ? Parce que ce n'est pas sa faute. Exclusivement celle des encagoulés. Alors TF1 et consorts devraient nous refaire la même séquence "la France a peur" que ce à quoi on a eu droit en 2002. Sauf que maintenant la crainte c'est Le Pen devant Sarko bien sûr ! Les mouches ont changé d'âne ...

Alors quand je lis les stupidités là juste au dessus sur les alliés des criminels, que sont les socialistes je me dis que la droite à front de taureau a encore de beaux jours devant elle. C'est toujours la faute du PS quand l'UMP échoue, cinq ans plus tard. Ne parlons même pas de la droite molle genre Bayrou, dont les propositions "courageuses" ne font vibrer que quelques blogueurs des beaux quartiers.

Dernier point : tant qu'à citer DSK sur les cars de police à retirer des quartiers sensibles, pourquoi ne pas le citer en entier et correctement. Il demande des forces de police permanentes dans les cités, pas des forces d'intervention quasi militaires prêtes au combat de rue (avec journalistes et caméras embedded). Au lieu de l'ordre communautariste et intermittent (du spectacle bien sûr), la gauche préfère un ordre social durable et républicain, sur tout le territoire.

A surfer sur les blogs, on voit un peu trop d'écume. Vous n'y êtes pour rien Monsieur Dupin, mais les commentaires de quelques uns de vos visiteurs me laissent parfois perplexes. C'est la loi du genre je sais. Le parti pris je comprends, moi même j'en ai un, mais le sens de la nuance et le balancement des idées, c'est vraiment plus rare.

matéo

"Ce qui était légitime pour la droite ne l'est plus pour le PS ? On n'a pas le droit de taper sur Sarko ?"

Si bien sûr, et peu s'en prive de "taper sur Sarko", et vous avez raison : quoi de plus légitime dans le débat/combat républicain que l'opposition mette en cause la majorité de gouvernement. La critique par le PS de Sarkozy est effectivement dans l'ordre naturel des choses.

Cependant, il faut quand même bien distinguer la mise en cause du PS par l'opposition en 2001/2002 quand les statistiques d'alors s'envolent : 494 000 faits supplémentaires en deux ans, de celle de Sarkozy par le PS actuel, dans un contexte où depuis 2002, nous en sommes à - 374 000 faits (à fin 2005). Ce sont là les chiffres de la criminalité globale.

Concernant les vols dans leur ensemble, la période 97/2002 a vu + 262 726 faits, alors que la période 2002/2005 a vu ceux-ci reculer de - 368 521 faits. Les vols avec violence 97/2002 : + 30 094, 2002/2005 : - 5750. En revanche égalité concernant les "infractions portant atteinte aux personnes" puisque 1997/2002 : + 88 577, et 2002/2005 : + 51 284. Ce dernier chiffre n'a jamais reculé une seule année depuis 1972 !!

bernard

La droite a fait son miel du thème du fameux "échec de la gauche" sur l'insécurité, elle a pu alors surfer sur l'émoi qu'a suscité tel ou tel fait divers tourné en boucle sur nos écrans TV. Le résultat on le connaît, ceux qui ne sont pas concernés par l'insécurité ont voté FN au cas où , parce que vous comprenez l'insécurité pourrait venir jusque chez nous, dans notre coin tranquille etc ...

Et aujourd'hui ? Des bus brûlent et ce ne serait pas un signe de l'échec de la droite au pouvoir ? d'une droite qui a en plus les pleins pouvoirs ? Qui plus est l'échec d'un ministre qui se veut le chantre de la politique sécuritaire ?

matéo

Je ne sais pas pour "l'émoi qu'aurait suscité tel ou tel fait divers", en revanche je sais que + 494 000 faits en deux ans, 2000 et 2001, ne relèvent plus du sentiment d'insécurité, mais d'une insécurité réelle.

Etrange, enfin avec vous toujours un tantinet orienté, dirons-nous, cette formule "ceux qui ne sont pas concernés par l'insécurité ont voté FN au cas où ". Oui, et pour tout vous dire, je crois bien que malheureusement "ceux concernés aussi". Je comprends parfaitement le but de cette phrase, mais sembler nier la corrélation du vote FN (malheureusement) avec l'insécurité relève de l'....omission ?

Je sais que vous aimez cette idée, cette image du village gaulois, n'hébergeant ni maure, ni sarrasin, votant massivement pour le borgne. Le racisme latent ou le fantasme de l'insécurité expliquant largement le succès Le Pen au premier tour, houla hupe. Reste que dans le seul département du 93, et sur 24 communes, Le Pen arrive en tête dans 6 communes : les plus isolées, les plus friquées ? T'as raison Léon ! Les 6 ville du neuf-trois sont Aulnay-sous-Bois, Aubervilliers, Drancy, Le Blanc Mesnil, Livry-Gargan, Montfermeil. Dans 14 autres communes Le Pen arrive en deuxième position, soit son score national. Citons en revanche, les communes où le borgne arrive en troisième position : Epinay-sur-Seine (prout-prout / pas de cité), Les Lilas (repère de bobos aux portes de Paris / immobilier cher), Noisy le Grand (forte proportion de pavillonnaire, Le Vieux Noisy et ses maisons Cosy séparées des quartiers par une ...voie ferrée). Pantin (bis repetita Les Lilas).

Le chantre de la politique sécuritaire peut, selon moi, s'enorgueillir, non d'avoir réussi, mais d'avoir obtenu des résultats. On reste loin du compte (les infractions portant atteinte aux personnes) mais le chemin pris est le bon.

Enfin, le 21 avril 2002 obligeait à faire de la politique différemment. Chacun aurait du se faire obligation de juger des politiques menées en regard d'une analyse binaire "résultat/pas de résultat", plutôt que d'invoquer tel ou tel bord et ses turpitudes et travers idéologiques. Bref de droite ou de gauche, mais républicains capables de débattre sur des éléments objectifs, mais non certains, dont vous êtes, continuent d'occulter, de travestir, de déformer la réalité pour qu'elle soit conforme à ce qu'il pense. Une prochaine fois, peut-être ?

PMB

"Ce dernier chiffre n'a jamais reculé une seule année depuis 1972 !!"

Oui, et donc aussi sous le règne du futur Sarko 1er, l'homme qui peut tout et fait tout, l'homme qui remplace le beurre et les maris absents !

(Oui, bon, côté mari absent, c'est surtout lui qui l'a été.)

PMB

Tout ça, Matéo, parceque ni la gauche si la droite n'ont été capable de faire reculer la première source d'insécurité : le chômage de masse.

Oui, je sais, on a déjà eu ce débat mille fois...

matéo

Je me contente de juger l'action de Sarko sur des résultats qui montrent qu'en orientant différemment le travail de la police, on peut faire baisser la criminalité globale, et certains autres indicateurs, commes les vols, et les vols avec violence.

Je ne suis pas un "militant" mais un citoyen et je puis constater par ailleurs qu'on n'est pas pour autant "sorti de l'auberge". Obtenir des résultats ne signifie pas avoir réussi, mais ne veut pas dire non plus qu'on est en face d'un "échec", ça, c'est un déni de la réalité. Le réflexe que devrait avoir un citoyen ayant peu l'esprit de chapelle, consisterait à faire un compromis républicain entre droite et gauche face aux infractions portant atteinte aux personnes. Il conviendrait d'imaginer comment la république, qui peut obtenir des résultats sur certains indicateurs, peut se mettre en capacité d'en obtenir aussi sur cet indicateur.

Nul doute que l'amélioration de la condition sociale des populations vivant dans ces quartiers joueraient un rôle positif. Nul doute aussi que l'intégration est, elle, en revanche un échec politique depuis les dernières vagues d'immigration, et qu'il faudrait être en mesure de changer les mentalités, mais je ne crois pas d'une part qu'on puisse agir vite et significativement pour améliorer les conditions de vie sociales (croissance, accessibilité au marché du travail, logement...), d'autre part qu'on puisse du jour au lendemain avoir une France plus intégratrice qu'elle ne l'est, au point de voir mécaniquement reculer ces comportements et ces atteintes aux personnes.

Il reste donc que devant des faits qui ne cessent de croître, et certes nous avons déjà eu cette discussion mille ou cent mille fois, on ne laisse pas courrir le feu en évoquant les moyens de prévention qu'on aurait du mettre en place. C'est des moyens de lutte contre l'incendie qu'il convient de parler, et il convient de s'en servir jusqu'à avoir circonscrit le sinistre. Et le résultat serait facilement observable : il y aurait moins d'infractions portant atteinte aux personnes. Cela ne gommerait toujours pas la nécessité de porter un effort particulier vers le social et l'intégration, mais l'un n'empêche pas l'autre.

bernard

Matéo vous assenez vos chiffres comme des vérités gravées dans le marbre.

Ce point ayant été déjà évoqué sur CDP je colle ici le post que j'avais fait :

"@ Matéo

Que voulez vous dire mateo ? qu'il y a plus de délinquance qu'il y a 10ans ?

Mais que fait donc la police ? Elle enregistre mieux les plaintes , a appris à remplir plus de grilles dans les classeurs Excel et fait du zèle pour gagner la prime en fin de mois ? Tout cela mobilisant peut-être beaucoup de fonctionnaires qui du coup n'ont plus le temps de faire du terrain, de se montrer plus et laisser des quartiers dans toujours plus de déserrance. Les commissariats sont devenus des machines à enregistrer les plaintes, ils ont l'obligation d'enregistrer toutes les plaintes (çà n'a pas toujours été le cas) . Du coup les chiffres s'en ressentent.

Mais cela veut-il dire qu'il y a aujourd'hui plus de délinquance qu'il y a 10ans ou 20ans ? Et il y a 200ans comment était l'insécurité ? L'insécurité est-elle sortie du chapeau comme çà ? La découvre t-on comme si "à l'époque" elle n'existait pas ?

L'année 2000, qui affichait +5,72 % de délinquance globale, venait après 3années de baisse, en 1995,1996,1997 et deux années de stabilisation, en 1998 (+ 2,06 %) et en 1999 (+ 0,07 %). Il y a eu ensuite la mise en place de la police de proximité et la réforme des commissariats (meilleur acceuil etc ). Cette évolution a crée une dynamique qui a fait que plus les policiers et gendarmes collectent des faits qu'ils ne comptabilisaient pas auparavant, augmentant les indicateurs statistiques. Plus les chiffres augmentent, plus la polémique sur l'insécurité est alimentée.

Finalement les chiffres reflètent plus les variations de l'activité des commissariats que l'évolution de la délinquance. Au maximum ces stats ne révèlent que très partiellement la réalité de la délinquance et de son évolution au cours du temps.

Rédigé par: bernard | le lundi 25 septembre 2006 à 21h18

" plus les policiers et gendarmes collectent des faits qu'ils ne comptabilisaient pas auparavant, plus ils font augmenter les indicateurs statistiques " (sic)

A lire :
http://www.liberation.fr/opinions/rebonds/206471.FR.php

Rédigé par: bernard | le lundi 25 septembre 2006 à 21h49 "

http://hertoghe.typepad.com/carte_de_presse/2006/09/les_franais_jug.html#comments

matéo

Mais oui, c'est ça Bernard, "j'assène" !

On a pourtant les mêmes chiffres visiblement. On dirait que cela n'a pas l'air de vous arranger, vous et votre discours.

Qui était au pouvoir en 1995, 1996,et début 1997, déjà ? Les fameuses années où cela avait reculé !

Au delà de la facilité intellectuelle qui consiste à recycler ses post, au prétexte fort pratique du "déjà répondu", ce qui n'est pas très cool en regard du débat que nous avons ensemble, je me doutais bien que vous alliez me sortir les deux arguments de mauvaise foi, bien connue à votre bord, que sont soit le truquage des chiffres par le Ministre sécuritaire, soit le grand concept de "police de proximité" visant à expliquer que les socialistes ont eu de mauvais résultats parce qu'il y avait plus de policiers pour enregistrer les plaintes, et qu'à contrario, cette police ayant disparu, il y a moins de policiers et donc moins de plaintes. Il ne vous viendrait pas à l'idée de vous dire que si on obtient des résultats c'est aussi peut-être parce qu'au lieu d'avoir des policiers cutés dans un Bureau pour faire dans les RP, ils sont plus sur le terrain et font leur métier de base consistant à enquêter, à identifier et à arrêter les délinquants.

Donc pour avancer, et sans vous reposter de précédents messages commis par ma pomme, je livre à votre réflexion deux choses. D'abord un texte commis par un chercheur du CNRS, faisant parti de l'OND, et d'autre part, et même si vous devez déroger à vos saines habitudes de lecture (une fois n'est pas coutume), un article du Figaro plutôt factuel, sur comment obtenir des résultats.

Pas de quoi casser la baraque, mais juste de quoi, peut-être susciter, plus de réserves, plus d'objectivité, et moins de schémas "prêt-à-penser". J'ai l'occasion "à la ville" de débattre avec des amis qui n'ont pas les mêmes opinions que moi et qui sont anti-Sarko, mais ils ont, eux, le mérite de rendre à César ce qui lui appartient. C'est plutôt avec ce genre de personnes que droite et gauche dans d'autres contrées arrivent à traiter pour tout ou partie des problémes de toute nature. Cela s'appelle l'honnêteté intellectuelle, et ça fonctionne sur la base de constats communs du réel. Les divergences n'apparaissant derrière que sur la méthode, le comment, et les objectifs visés. Sacré différence !

http://champpenal.revues.org/document440.html.

et

LA FIGARO – 25/11/2006
Moins de police de proximité rime avec davantage d'efficacité
J.-M. L. .
Publié le 25 septembre 2006.

Désolé j'arrive pas à choper le lien !

Je tiens à votre disposition de la documentation sur les novations apportées depuis 2002 dans l'accueil et le traitement des victimes dont les préfets disaient dans leur lettre du mois d'août : "Plus on facilite le dépôt des plaintes, plus on améliore l'accueil des victimes, et plus les statistiques augmentent" commentant l'augmentation des faits enregistrés sur le premier semestre 2006.

bernard

>"Donc pour avancer, et sans vous reposter de précédents messages commis par ma pomme, je livre à votre réflexion deux choses"

TRès franchement je ne serais pas outré si vous repostiez certains de vos posts. Il y a des posts de vous et d'autres très intéressants noyés dans les limbes temporels de ce blog et de CDP qui mériteraient , je pense, de ressortir de temps en temps.

Quant aux bidonnages des chiffres de la délinquance ce doit être un sport courant au sein des commissariats. Mais bien entendue personne n'en connaît l'étendue réelle et peut-être qu'ils ne jouent qu'à la marge dans les stats qu'on nous présente.

Se méfier des chiffres qu'on nous présente ne relève pas du "prêt à penser". La délinquance est un phénomène complexe, je pense qu'en raison de cela les "chiffres" devraient être accompagnés de plus d'explications (contexte, méthode de collectes, traitements etc ...).


>"et d'autre part, et même si vous devez déroger à vos saines habitudes de lecture (une fois n'est pas coutume), "

Je ne relève pas votre sarcasme et lirai néanmoins vos liens. Aussi surprenant que cela puisse vous paraître mes saines lectures consistent aussi bien en Le Fig, Le Monde, Libé , Le Parisien , la Tribune, lesEchos , j'essaie aussi de décrypter The Economist (bon j'essaie avec ce que me permet mon Anglais laborieux) et je consulte aussi des blogs de toute tendance.
Il n'y a probablement pas que des saines lectures (selon vos critères propres) mais au moins j'essaie de varier.

Bon allez je m'étais pourtant promis de ne plus m'emporter. Bon a-m.

eczistenz

Bon moi aussi il m'arrive de lire le Figaro, bien qu'avec des pincettes car certains articiles sont clairement orientés. C'est surtout le cas des "opinions", c'est effrayant de voire la boite à idée de l'UMP d'ailleurs... L'efficacité de la police de proximité ne se mesure pas par des journalistes, il me semble que cela fait encore débat, et son efficacité ne se mesure pas qu'à coup de chiffres.
Sinon, pour ceux qui aiment faire la part des choses entre le fameux "réel" et le "fantasmé" (l'un et l'autre ne se situent pas toujours où on les attend...), un article très intéressant du Monde...
http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],[email protected],0.html
Bon, c'est un chercheur, donc un c***ard de gaucho, quelqu'un qui cherche, c'est quelqu'un qui cherche à comprendre, donc un laxiste, un bien pensant... mais ca n'empêche que ca éclaire un peu le (faux) débat

Matéo

"Se méfier des chiffres qu'on nous présente ne relève pas du "prêt à penser". La délinquance est un phénomène complexe, je pense qu'en raison de cela les "chiffres" devraient être accompagnés de plus d'explications (contexte, méthode de collectes, traitements etc ...)."

Mais non. Bien sûr. "la délinquance est un phénomène complexe, les chiffres ? Il faut s'en méfier" On se croirait sur un plateau télé avec un éléphant du PS se prenant les pieds dans le tapis. Causez, causons, restent des chiffres, qu'on peut toujours bien sûr nous expliquer truqués, trafiqués, et de toute façon à prendre avec pincettes, gants et scalpels, mais une réalité tangible, palpable et touchable. Je sais c'est très emmerdant "les chiffres".

Merdum, "les chiffres" montrent que le nombre de faits enregistrés diminuent, allez c'est pas grave : Sarko truque, trafique, la réalité est complexe, on ne saurait ramener le bidule aux chiffres machin, je suis pour le débat terme à terme, circonstancié, étayé et tout et tout. Mouais !

Pour le reste et plus sérieusement, je connais votre capacité à citer, à donner des liens, et donc comme je pouvais le supposer, à ne pas vous brider en matière de lecture de la presse nationale. Je ne suis pas surpris si vous pouvez, comme Eczistenz lire n'importe quel canard, car je vous sais l'un et l'autre ouverts sur ces outils "à disposition".

En revanche, Bernard, je vous trouve parfois, un peu "militant" babache, du style à réfuter, même confronté à la réalité, ce qui saute aux yeux et n'appelle pas la polémique. La vôtre paraît du coup un peu réflexe, un peu conditionné : posture intellectuelle ? Positionnement politique ou idéologique ?. Je ne pense avoir ce genre de discipline, me permettant de critiquer copieusement quand nécessaire le camarade Sarko.

Lisez les liens, c'est un peu long et fastidieux, mais c'est comme l'aligot : un peu riche !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité