Ma Photo

septembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

--------------------------

RECHERCHE

  • Google

----

Blog powered by Typepad

script mobile

« Schröder dans le gaz | Accueil | Europe colmatée »

15 décembre 2005

Commentaires

JIB

Au lieu de modifier sa maquette le Monde et Libé (Dont je suis un lecteur très -trop ?- assidu) devraient plutôt réfléchir à leur politique éditoriale.
Le monde est la tribune de l'intellectualisme bien-pensant et PC, ce qui ne serait pas grave si il ne jetait pas systématiquement l'opprobre sur ceux qui n'ont pas le même « regard sur les choses » et surtout si il ne manipulait pas les infos pour « l'imposer ». « L’enquête » sur la diffusion des idées du FN en est pour moi le parfait exemple, Le Pen n’est finalement qu’un outil commode qui permet de disqualifier un certain nombre d’idées parfaitement légitimes (attachement à la nation, à l’ordre). Au point de lui d’avoir laissé au FN le monopole de la défense de ces valeurs ce qui est dramatique.
Souvent je me dit que le vote FN est une transgression, une réaction à la catéchèse des médias particulièrement au sermon du grand quotidien du soir. La popularité de Sarkozi et les pourcentages du FN sont la preuve de la lassitude et le rejet de l’électeur devant ce terrorisme intellectuel. La polémique sur la colonisation et Napoléon ne fera qu’accélérer les choses. Si les Français son prêt à reconnaître les erreurs passées de leur pays ils ne veulent pas pour autant en arriver à dénigrer leur histoire.

Le figaro est d’obédience Libérale qui n’a pas bonne presse (sourire), d’autant plus qu’il a deux très sérieux concurrents les échos et la tribune qui présentent l’actualité de manière très factuelle et sont très au-dessus pour l’information économique –et qui se portent assez bien non ?-. Et libé perd à la fois les lecteurs modérés (c’est gentil les jeux de mots dans les titres mais un peu réducteur), et les nonistes.

Les quotidiens Français si ils veulent s’en sortir devront de toute façon comprendre que le journal distribué en kiosque n’est plus que la version papier de leur site internet, d’ailleurs le monde avec sa formule d’abonnement et la possibilité au lecteurs de réagir est de loin le plus en pointe .

Robert Marchenoir

Note très juste.

D'ailleurs, il suffit de lire les éditoriaux qui accompagnent en général ces nouvelles formules. Ils se ressemblent tous, quel que soit le journal. Ils sont caractérisés par leur vacuité et leur caractère soporifique. N'importe quel commercial du service publicité du journal ferait plus convaincant, faute de faire plus pertinent.

Je peux vous le refaire de mémoire:

"Grâce à cette nouvelle formule, xxx [ici le nom du journal] vous apporte une information plus accessible, mieux rythmée, mieux mise en valeur..."

C'est comme dans la techno: il y a le rythme (et encore, il faut le dire vite...), mais pas de contenu.

D'ailleurs, plus accessible, il faut aussi le dire vite. La nouvelle formule du Figaro par Jean Bayle, c'est: 1) les articles consommation dans un troisième cahier (énôôôrme innovation!), 2) le bleu qui remplace le rouge (quelle audâââce!), 3) la disparition de la majorité des repères de lecture qui faisaient l'excellente ergonomie de la précédente maquette (surtitres, sous-titres...).

Le Monde a été mieux inspiré en allant chercher un cabinet de direction artistique en Angleterre, ce qui lui a permis d'éviter certaines erreurs de base.

Mais, pour en rester au niveau de la maquette, la énième résolution, depuis des années, de "donner plus de place à la photo dans le Monde", se résume à prendre n'importe quelle photo sans intérêt et à la coller en grand dans la page. La culture visuelle, ça s'apprend.

Quant à Eric Fottorino, le maître d'oeuvre de la nouvelle formule, il aurait été mieux avisé de ne pas se lancer lui-même dans un format de billet ultra-court aussi prétentieux que ridicule.

Pour écrire quelque chose d'intéressant en aussi peu de mots, il faut beaucoup, beaucoup de talent, et son absence se révèle ici cruellement: on trouve, sur le Web, des blogueurs à la pelle qui font beaucoup mieux dans le genre.

Michel-Pascal

Sans même discuter du contenu ou de la présentation des journaux, il faudrait parler de leur distribution. Lorsque j'étais en activité, je prenais Le Monde dans une station de métro.
Actuellement, retraité vivant en banlieue trouver le même journal n'est pas évident. Nombre de points de vente ont disparu et ceux qui restent sont approvisionnés d'une manière aléatoire, retard de livraison, quantité limitée. Trop tôt, vous vous dérangez pour rien, trop tard, il n'en reste plus. L'abonnement n'étant pas pour un retraité qui bouge une solution. Le Parisien qui est disponible chez le boulanger a trouvé une solution efficace mais qui n'est pas extensible sauf à transformer cet artisan en Maison de la presse.

fradet

je pense que c'est la réflexion de July et de son compère Rotschild qui est pertinente!es aiutres y viendront!

Yuca de Taillefer

Non seulement, avant en voyageant, j'avais du mal à lire les journaux parisiens, que je trouvais hautains et nombrilistes, mais c'est vrai qu'aujourd'hui, avec internet et les blogs, les communications avec les antipodes ou entre personnes en rase campagne, je trouve que le décalage de ces journaux sont énormes.

La phrase disant qu'un des journaux "impose son regard sur les choses" me paraît complètement surréaliste! Je peut comprendre dans les endroits du monde ou il n'y a pas de journaux, mais ce n'est pas le cas ici! Il faudrait peut-être qu'ils sortent de leurs bulles non?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

France Identitaire

  • Je publie le 2 février 2012 "La France identitaire - enquête sur la réaction qui vient" aux éditions La Découverte. Un site est consacré à ce livre où vous trouverez la quatrième de couverture, la table des matières, l'introduction et une revue de presse qui sera mise à jour progressivement. Vous pouvez lire aussi des extraits du chapitre consacré à la gauche publiés sur Slate.fr.

Suivez-moi sur Twitter

Publicité